Vik­tor Vincent, la réa­li­té comme par ma­gie

À la Co­mé­die des Champs-Ély­sées, à Pa­ris, ce spé­cia­liste du men­ta­lisme in­vite à s’in­ter­ro­ger sur la ra­tio­na­li­té du ha­sard. Ef­fi­cace ! MOR­CEAU CHOI­SI

Le Figaro - - LE FIGARO ET VOUS - Lé­na lu­taud £@Le­naLu­taud Vik­tor Vincent, « Les Liens in­vi­sibles », Co­mé­die des Champs-Ély­sées (Pa­ris VIIIe), de 20 à 45 €.

A vec ses fines bac­chantes, son cos­tume trois pièces et son crâne chauve, Vik­tor Vincent s’est for­gé une sil­houette à part dans le monde de la ma­gie. Un cô­té dan­dy chic qui colle par­fai­te­ment avec Les Liens in­vi­sibles. À l’af­fiche à la Co­mé­die des Champs-Ély­sées, ce spec­tacle est une pé­pite. De la ma­gie dans cette salle Art dé­co, c’est une pre­mière. Et une bonne idée tant cet écrin re­donne ses lettres de no­blesse à l’illu­sion.

La mise en scène est dé­li­cate. Une chaise, une table peinte en gris taupe, un mur en pan­neaux de cuivre où sont pro­je­tées des vi­déos. On pense aux ta­bleaux de Ma­gritte. La mu­sique est ins­pi­rée de Phi­lip Glass, Ho­ward Shore et Schu­bert. Comme un lien in­vi­sible, une même note re­vient dans chaque mé­lo­die. La lu­mière aus­si est sub­tile. Quand une pluie fine tombe sur le Pa­ris de la fin du XIXe siècle, on y est vrai­ment. Pour po­ser le dé­cor, Vik­tor Vincent ra­conte trois his­toires qui lui ser­vi­ront de trame. Son but? Nous dé­mon­trer que ces des­tins sont tous liés. «Ce n’est pas parce qu’une chose est in­vi­sible qu’elle n’existe pas », ré­pète ce Ch’ti de 37 ans ré­com­pen­sé d’un Man­drake d’or, l’équi­valent des Cé­sar pour les illu­sion­nistes.

Pro­duit par Claude Veillet et Luc Lan­ge­vin, Vik­tor Vincent s’est spé­cia­li­sé dans le men­ta­lisme. Comme la star de cette spé­cia­li­té, le Bri­tan­nique Der­ren Brown, il fait croire qu’il pos­sède le pou­voir de lire les pen­sées. En fait, il a en­traî­né sa mé­moire, connaît les sta­tis­tiques et sait ana­ly­ser le lan­gage des corps. Les connais­seurs vont ap­pré­cier son hom­mage à Ro­bert Hou­din (1805-1871), père de la ma­gie mo­derne. Il mul­ti­plie les anec­dotes sur les dî­ners du maître où des am­poules flot­taient au-des­sus des in­vi­tés. Nous re­plonge dans les «soi­rées fan­tas­tiques» illus­trées par de vraies af­fiches jau­nies du théâtre d’Hou­din. Les tours comme «à tra­vers le mi­roir» et «les cartes du des­tin» ont beau avoir 150 ans, ils res­tent mer­veilleux. « Ce qui res­semble au ha­sard est tout à fait ra­tion­nel », sou­rit le ma­gi­cien. Au bout d’une heure vingt, on res­sort émer­veillé.

Vik­tor Vincent fait croire qu’il pos­sède le pou­voir de lire les pen­sées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.