Au tri­bu­nal, Cam­pion dé­fend son mar­ché de Noël

Les fo­rains étaient ve­nus en nombre, mar­di, à Pa­ris, pour sou­te­nir le « pa­tron ».

Le Figaro - - LA UNE - DEL­PHINE DE MALLEVOÜE dde­mal­le­voue@le­fi­ga­ro.fr

JUS­TICE Ils sont ve­nus, ils sont tous là, les vi­sages du monde fo­rain, pour sou­te­nir leur pa­triarche, Mar­cel Cam­pion, 77 ans, de­vant le juge des ré­fé­rés du tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Pa­ris. De l’Ile-de-France mais aus­si du Nord ou en­core d’An­gers, comme Adrien, vice-pré­sident du Syn­di­cat na­tio­nal des in­dus­triels fo­rains, qui a lâ­ché le ma­nège pour être aux cô­tés du «pa­tron». Mar­di après-mi­di, la jus­tice ad­mi­nis­tra­tive, sai­sie en ur­gence par le «roi des fo­rains», exa­mi­nait son re­cours dé­po­sé contre la Ville de Pa­ris pour ten­ter de faire sus­pendre la dé­ci­sion de celle-ci de sup­pri­mer le mar­ché de Noël des Champs-Ély­sées, ex­ploi­té par Mar­cel Cam­pion de­puis sa créa­tion en 2008.

Dans la salle d’au­dience, quoique dense et bi­gar­rée, l’am­biance est à la so­brié­té et au si­lence. Mar­cel Cam­pion, che­veux neige et long man­teau noir, reste scru­pu­leu­se­ment muet, aux cô­tés de son épouse, sa fille et son pe­tit-fils. Les avo­cats sont pas­sés par là. Pas un fo­rain qui s’ébroue ou qui bronche. En face, seule, la juge des ré­fé­rés, mo­na­cale, à peine au­dible, rap­pelle en pré­am­bule, dans un contraste co­mique, l’ar­ticle R731-2 du Code de jus­tice ad­mi­nis­tra­tive: «Les per­sonnes qui as­sistent à l’au­dience doivent ob­ser­ver une at­ti­tude digne (…) Il leur est in­ter­dit (…) de don­ner des signes d’ap­pro­ba­tion ou de désap­pro­ba­tion ou de cau­ser quelque dé­sordre que ce soit », dit-elle comme pour conju­rer une pro­phé­tie, voire un pré­ju­gé.

« Qualité mé­diocre »

Les échanges qui suivent, plai­doi­ries al­ter­nées des avo­cats de la Ville de Pa­ris et de Mar­cel Cam­pion, sont tech­niques, sans ef­fets de manche ni de style. Les pre­miers font va­loir que la sup­pres­sion du mar­ché de Noël est la simple non-re­con­duc­tion d’une conven­tion si­gnée en oc­tobre 2015 pour une du­rée de deux ans re­nou­ve­lable deux fois. Non seule­ment au terme des bonnes échéances mais aus­si après vote una­nime du Conseil de Pa­ris, en juillet der­nier. Les se­conds contestent en avançant un contrat de six ans re­nou­ve­lable ta­ci­te­ment. Pour eux, c’est une ré­si­lia­tion et le mo­tif d’in­té­rêt gé­né­ral in­vo­qué n’est « ni réel ni suf­fi­sant ». La non­re­con­duc­tion n’a ja­mais été en­vi­sa­gée, les en­cou­ra­ge­ments et fé­li­ci­ta­tions ont tou­jours été abon­dants, af­firment Mes As­sous et Ca­nu-Ber­nard, conseils de Mar­cel Cam­pion.

La rai­son avan­cée par la mairie de­puis quelques se­maines dans les mé­dias est «la qualité mé­diocre des ani­ma­tions et des pro­duits ven­dus». Un ar­gu­ment sor­ti du cha­peau, se­lon le monde fo­rain, qu’on ne re­trouve d’ailleurs pas dans la lettre adres­sée à la so­cié­té de Mar­cel Cam­pion pour lui si­gni­fier la sup­pres­sion du mar­ché. Elle sti­pu­lait vou­loir «va­rier les mo­da­li­tés d’ani­ma­tion». Ce que confirme à l’au­dience Me Ré­gis Fro­ger, avo­cat de la Mairie de Pa­ris, in­di­quant que « la mé­dio­cri­té » n’est pas tant «en cause» que la vo­lon­té de la mu­ni­ci­pa­li­té de « re­trou­ver cette li­néa­ri­té des­si­née par Le Nôtre » entre les Tui­le­ries et les Champs-Ély­sées, d’être plus « com­pa­tible », aus­si, avec « la po­li­tique gé­né­rale de la Ville pour les pié­tons ».

Un « re­vi­re­ment » qui cache autre chose, pour la par­tie ad­verse. «On a in­ven­té un mo­tif, ac­cuse Me Jérémie As­sous, on a or­ga­ni­sé la mise à mort, de ma­nière in­fon­dée. » Il fal­lait, se­lon lui, «se dé­so­li­da­ri­ser » de Cam­pion, qui a été mis en exa­men en mai der­nier pour re­cel de fa­vo­ri­tisme dans l’at­tri­bu­tion du mar­ché de sa Grande Roue. Mais aus­si « faire di­ver­sion » sur la propre mise en exa­men de la Ville dans ce dos­sier, ven­dre­di der­nier, en or­ga­ni­sant « une cam­pagne » de dé­ni­gre­ment dans la presse ces der­nières se­maines et en an­non­çant sup­pri­mer aus­si la Grande Roue, ré­duire de moi­tié la Foire du Trône et an­nu­ler les Jours de fête au Grand Pa­lais. « Mais ils n’y ar­ri­ve­ront pas, souffle Mar­cel Cam­pion en sor­tant de l’au­dience. Je suis très confiant.» D’ores et dé­jà, les syn­di­cats fo­rains ont ap­pe­lé à «une grosse mo­bi­li­sa­tion» le 18 no­vembre «en fonc­tion du ré­sul­tat du ré­fé­ré». Une or­don­nance qui se­ra ren­due dans les tout pro­chains jours.

THO­MAS PA­DILLA/MAXPPP

« Je suis très confiant », a dé­cla­ré Mar­cel Cam­pion, mar­di, en sor­tant du tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.