Le FN consulte pour ten­ter de se trans­for­mer

En quatre-vingts ques­tions, Ma­rine Le Pen veut son­der ses adhé­rents avant le 16e congrès.

Le Figaro - - POLITIQUE - EM­MA­NUEL GALIERO ega­lie­ro@le­fi­ga­ro.fr

RE­FON­DA­TION Son­der le coeur des adhé­rents pour éva­luer l’am­pleur des chan­ge­ments qu’ils at­tendent. Quatre mois avant son 16e congrès, le Front na­tio­nal a en­fin mis au point son ques­tion­naire de la re­fon­da­tion. « Cons­trui­sez avec nous le nou­veau Front ! » lit-on en tête du do­cu­ment de huit pages, en­voyé cette se­maine aux 80 000 adhé­rents re­ven­di­qués par le par­ti. La consul­ta­tion est pré­sen­tée comme l’ou­ver­ture d’un « grand dé­bat », un « exer­cice de dé­mo­cra­tie in­terne » préa­lable à la trans­for­ma­tion « pro­fonde » du mou­ve­ment fron­tiste. À la fin de l’élec­tion pré­si­den­tielle, le soir même de sa dé­faite, Ma­rine Le Pen avait im­mé­dia­te­ment po­sé, en ces termes, les nou­veaux en­jeux du Front na­tio­nal.

Au-de­là des ré­ponses at­ten­dues aux quatre-vingts ques­tions po­sées, la di­rec­tion du FN a éga­le­ment dé­si­gné dix-huit am­bas­sa­deurs. « Têtes de pont » des ré­gions, ils sont char­gés d’ar­pen­ter les quatre-vingt-quinze fé­dé­ra­tions du mou­ve­ment pour re­cueillir éga­le­ment les « pro­po­si­tions ver­bales » des adhé­rents. La pré­si­dente du Front na­tio­nal a dé­jà com­men­cé ce tra­vail au cours des pre­mières étapes de son tour de France pré­vu jus­qu’en dé­cembre.

« Une phase in­édite »

«Elle veut faire vivre ce dé­bat », ex­plique, Sé­bas­tien Che­nu, l’un des trois porte-pa­role du FN, en pré­sen­tant une par­tie des « am­bas­sa­deurs », mar­di. Par­mi eux, on re­trouve cer­taines fi­gures des der­nières cam­pagnes, tels Jean Mes­si­ha, l’ani­ma­teur du col­lec­tif Les Ho­races, Au­ré­lien Le­grand, se­cré­taire dé­par­te­men­tal du FN Pa­ris, ou Franck Al­li­sio, conseiller ré­gio­nal en Pa­ca. Mais la di­rec­tion a aus­si vou­lu faire émer­ger de « nou­veaux vi­sages » aux pro­fils dif­fé­rents, choi­sis pour leur « dy­na­misme » et leurs « com­pé­tences ».

Via ces quatre feuilles de ques­tion­naires, les fron­tistes veulent mieux connaître « per­son­nel­le­ment » et « po­li­ti­que­ment » leurs adhé­rents. Ils cherchent aus­si à me­su­rer leur connais­sance du par­ti et leurs liens avec ses struc­tures. « Se­riez-vous fa­vo­rable à un changement de nom du Front na­tio­nal ? » On peut ré­pondre à cette ques­tion en for­mu­lant une pro­po­si­tion. Le FN sonde éga­le­ment l’avis de ses adhé­rents sur l’aban­don de la mon­naie unique ou sur la place de la ques­tion mo­né­taire dans son pro­gramme éco­no­mique. Tous les grands thèmes so­cié­taux sont abor­dés : im­mi­gra­tion, laï­ci­té, éducation, fa­mille, éco­lo­gie, ins­ti­tu­tions…

La consul­ta­tion avait été amor­cée en juillet, lors d’un sé­mi­naire des cadres. « C’est la clef de voûte de la re­fon­da­tion », sou­ligne Jor­dan Bar­del­la. Les conte­nus ré­col­tés n’en­ga­ge­ront pas Ma­rine Le Pen mais la gui­de­ront dans l’éla­bo­ra­tion du « nou­veau Front », cen­sé mo­der­ni­ser une struc­ture dont les sta­tuts n’ont pas chan­gé de­puis 1972. « Notre for­ma­tion po­li­tique doit au­jourd’hui évo­luer, s’adap­ter à cette nou­velle dynamique élec­to­rale, se pré­pa­rer à as­su­mer, de­main l’exer­cice du pou­voir », aver­tit Ma­rine Le Pen, dans l’in­tro­duc­tion du ques­tion­naire. Bar­del­la in­siste : « C’est une phase his­to­rique et in­édite du FN. » Pour au­tant, le ré­sul­tat dé­pouillé ne for­me­ra pas le pro­gramme pré­si­den­tiel de 2022. « Nous n’en sommes pas là », tem­père Sé­bas­tien Che­nu. Ma­rine Le Pen gar­de­ra la main sur la ligne po­li­tique du mou­ve­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.