LE GROUPE VA VENDRE DES SER­VICES DE PROXI­MI­TÉ AUX RI­VE­RAINS DE SES HÔ­TELS

Le groupe sort une ap­pli­ca­tion mo­bile pro­po­sant des ser­vices de proxi­mi­té aux ri­ve­rains de ses éta­blis­se­ments.

Le Figaro - - ÉCONOMIE - IVAN LETESSIER @IvanLe­tes­sier

SER­VICES Et si les hô­tels Ibis, Mer­cure, Pull­man, No­vo­tel et So­fi­tel se trans­for­maient en dé­pôts de pain-ca­vistes-fleu­ristes-pres­sings-or­ga­ni­sa­teurs de cours de yo­ga-loueurs de voi­tures? Aus­si sur­pre­nant que ce­la puisse pa­raître, c’est l’ob­jec­tif d’Ac­corHo­tels, pro­prié­taire de ces en­seignes. Le groupe s’ap­prête à dé­ployer l’ap­pli­ca­tion mo­bile Ac­corLo­cal, qui com­mer­cia­lise en ligne l’en­semble de ces nou­veaux ser­vices. Tes­tée entre mars et juillet dans 8 hô­tels pa­ri­siens, elle met dé­jà en re­la­tion clients et com­merces de proxi­mi­té dans 300 des 1600 hô­tels fran­çais du groupe, et ce dans 42 villes.

Ac­corHo­tels va lan­cer une cam­pagne mar­ke­ting, vi­sant 100 000 té­lé­char­ge­ments d’ici à fin jan­vier. Il compte que la plu­part des 4200 hô­tels du groupe dans le monde soient par­te­naires d’Ac­corLo­cal d’ici à fin 2018, sur la base du volontariat.

«L’hô­tel­le­rie de de­main ne se­ra pas ré­ser­vée à l’ac­ti­vi­té de faire dor­mir des voya­geurs dans des chambres d’hô­tel, ré­sume Da­vid Am­sel­lem, PDG de John Paul, fi­liale de concier­gie d’Ac­corHo­tels, et à ce titre en charge d’Ac­corLo­cal. Ce n’est pas un pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment, mais une vi­sion du fu­tur de l’hos­pi­ta­li­ty. Nos hô­tels au­ront deux types de clients: les voya­geurs et les ri­ve­rains. »

Il suf­fit de té­lé­char­ger l’ap­pli Ac­corLo­cal sur son mo­bile pour avoir ac­cès à une bat­te­rie de ser­vices. «Dans toutes les villes du monde, on a de plus en plus de be­soins im­mé­diats et l’on est de plus en plus di­gi­ta­li­sés, pour­suit Da­vid Am­sel­lem. Avec les com­mis­sa­riats de po­lice et les ser­vices d’ur­gence, les hô­tels sont les seuls lieux ou­verts 24 heures sur 24. Nous sommes les mieux pla­cés pour di­gi­ta­li­ser le com­merce de proxi­mi­té: épi­ce­ries, pres­sings, li­brai­ries, ca­vistes, fleu­ristes… »

Jusque-là, la clien­tèle de proxi­mi­té des hô­tels se li­mi­tait à celle ve­nant au res­tau­rant. Avec son ap­pli, Ac­corHo­tels compte aus­si at­ti­rer des vi­si­teurs lo­caux dans les salles de fit­ness et les pis­cines de ses hô­tels, leur pro­po­ser une place de par­king ou la lo­ca­tion d’une voi­ture, grâce à un par­te­na­riat avec Hertz. « Les hô­te­liers pour­ront aus­si uti­li­ser leur salle de réunion tôt le ma­tin et tard le soir pour des cours de yo­ga, as­sure Scott Gor­don, di­rec­teur gé­né­ral d’Ac­corLo­cal. L’ap­pli­ca­tion se charge de leur trouver le prof et les élèves, ils n’au­ront plus qu’à les ac­cueillir. » La fi­liale a éga­le­ment si­gné des ac­cords avec Nes­pres­so pour vendre des cap­sules de ca­fé, des ré­seaux de fleu­ristes et le bou­lan­ger Poi­lâne.

Par­tage des pro­fits

Ac­corHô­tels n’a fixé au­cun ob­jec­tif de re­ve­nus pour Ac­corLo­cal, mais cette di­ver­si­fi­ca­tion est loin d’être anec­do­tique pour le groupe, dont le mo­dèle éco­no­mique est bou­le­ver­sé par une double ré­vo­lu­tion. D’une part, l’ex­plo­sion des agences de ré­ser­va­tions en ligne (Booking, ho­tels.com) ré­duit ses marges et tend ses re­la­tions avec ses par­te­naires fran­chi­sés : ces der­niers, sou­mis à la même chute de leurs marges, ré­clament en consé­quence une baisse des royal­ties qu’ils doivent ver­ser au groupe Ac­corHo­tels ; d’autre part, l’ex­pan­sion des sites de lo­ca­tions d’ap­par­te­ments et mai­sons de va­cances à la nuit (à com­men­cer par Airbnb) si­phonne une par­tie de sa clien­tèle, même si le lob­bying des hô­te­liers a, pour le mo­ment, per­mis de convaincre les au­to­ri­tés d’en­ca­drer l’es­sor de cette nou­velle concur­rence dans la plu­part des grandes villes du monde.

De­puis sa no­mi­na­tion à la tête du groupe à l’été 2013, Sé­bas­tien Ba­zin fait flèche de tout bois pour faire évo­luer le mo­dèle éco­no­mique de son groupe et l’état d’es­prit de ces équipes : il mul­ti­plie ac­qui­si­tions, in­ves­tis­se­ments, di­ver­si­fi­ca­tions, re­cru­te­ments et pro­jets. Le plus im­por­tant en cours? Fi­lia­li­ser les murs de cen­taines d’hô­tels dans une fon­cière, dont il veut ou­vrir le ca­pi­tal.

Avec sa der­nière in­no­va­tion, Sé­bas­tien Ba­zin es­père aug­men­ter les bé­né­fices du groupe et ceux de ses as­so­ciés. Ac­corLo­cal s’ar­roge de 10 à 20% de marge sur chaque vente de ser­vice via l’ap­pli­ca­tion. Ces pro­fits sont en­suite par­ta­gés à pa­ri­té entre Ac­corHo­tels et ses par­te­naires, fran­chi­sés et pro­prié­taires lui ayant confié le ma­na­ge­ment de leurs hô­tels.

L’hô­tel Ibis fait par­tie des hô­tels par­te­naires en France de l’ap­pli­ca­tion mo­bile Ac­corLo­cal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.