Trump s’at­taque aux sciences du cli­mat

La Mai­son-Blanche veut un bud­get ré­dui­sant sé­vè­re­ment le fi­nan­ce­ment des re­cherches sur le ré­chauf­fe­ment.

Le Figaro - - SCIENCES - CY­RILLE VANLERBERGHE @cy­ril­le­van

ÉTATS-UNIS La science amé­ri­caine a eu très chaud. Au der­nier mo­ment, la Mai­sonB­lanche est re­ve­nue cette se­maine sur des coupes bud­gé­taires de plu­sieurs mil­liards de dol­lars dans les pro­jets de fi­nan­ce­ments de la re­cherche fon­da­men­tale et sur la san­té pour l’an­née pro­chaine. Dans son pro­jet de bud­get pour 2019, l’Ad­mi­nis­tra­tion Trump de­man­dait ini­tia­le­ment des baisses de 27 % et 30 % dans les bud­gets res­pec­tifs des ins­ti­tuts de la san­té, les Na­tio­nal Ins­ti­tutes of Health (NIH) et de la Na­tio­nal Science Foun­da­tion (NSF), par rap­port aux ni­veaux de 2017. Avec les der­niers plans, leurs bud­gets de­vraient fi­na­le­ment res­ter stables, voire en lé­gère crois­sance pour l’an­née 2019. Des pro­jec­tions qui per­mettent d’évi­ter une crise ma­jeure pour la re­cherche pu­blique aux États-Unis, même si le Con­grès n’est pas du tout obli­gé de suivre les de­mandes de la Mai­son-Blanche.

En re­vanche, mal­gré ce re­vi­re­ment de der­nière mi­nute, Do­nald Trump pour­suit une of­fen­sive très claire contre les re­cherches liées au ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique et à l’en­vi­ron­ne­ment, avec des an­nu­la­tions de mis­sions d’ob­ser­va­tion de la Terre à la Na­sa, et des coupes très sé­vères dans le bud­get de l’agence mé­téo­ro­lo­gique fé­dé­rale, la Na­tio­nal Ocea­nic and At­mos­phe­ric Ad­mi­nis­tra­tion (NOAA), qui pour­rait perdre un mil­liard de dol­lars en 2019. L’autre grand per­dant se­rait l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment, l’US En­vi­ron­men­tal Agen­cy (EPA), or­ga­ni­sa­tion hon­nie par Do­nald Trump et vi­sée par une baisse de 40 % de ses fi­nan­ce­ments !

Certes, la Na­sa sort ga­gnante des ar­bi­trages, avec un bud­get pré­vu en lé­gère hausse et 19,9 mil­liards de dol­lars al­loués en 2019. Mais cette hausse pro­fi­te­ra en prio­ri­té aux pro­jets d’ex­plo­ra­tion du Sys­tème so­laire, pour les vols ha­bi­tés comme les mis­sions ro­bo­tiques. En re­vanche, les pro­grammes d’ob­ser­va­tion de la Terre par cette même agence sont vi­sés par une baisse de 120 mil­lions de dol­lars.

Plus spé­ci­fi­que­ment, l’Ad­mi­nis­tra­tion Trump ré­clame l’aban­don de cinq pro­grammes liés à la re­cherche sur le cli­mat. «Dès qu’un pro­gramme a le mot “cli­mat” dans son in­ti­tu­lé, il est me­na­cé, ré­sume To­ny Busalacchi, pré­sident de la Uni­ver­si­ty Cor­po­ra­tion for at­mos­phe­ric re­search (Ucar), à Boulder, dans le Colorado, et co­res­pon­sable d’un grand rap­port dé­cen­nal amé­ri­cain sur les sa­tel­lites pour les sciences de la Terre. Les cibles de l’Ad­mi­nis­tra­tion sont le sa­tel­lite OCO-3, qui cherche à faire pro­gres­ser la me­sure de CO2 de­puis l’or­bite, et qui a le mot “car­bone” dans son acro­nyme. Il y a aus­si la mis­sion Clar­reo, qui com­mence par “cli­mat”, et un ins­tru­ment qui ob­serve la Terre sur le sa­tel­lite DSCOVR, une mis­sion qui avait été for­te­ment pous­sée par l’an­cien vice-pré­sident Al Gore. »

«Ces de­mandes d’an­nu­la­tion ne ré­pondent pas à une vi­sion scien­ti­fique quel­conque, mais elles sont avant tout très sym­bo­liques, et aus­si quelque peu naïves, puis­qu’elles ignorent l’énorme tra­vail fait par toutes les autres mis­sions d’ob­ser­va­tion de la Terre et de l’at­mo­sphère à la Na­sa, et qui sont, elles, re­con­duites », com­mente Éric Ri­gnot, pro­fes­seur à l’uni­ver­si­té d’Ir­vine, en Ca­li­for­nie, et conseiller du Jet Pro­pul­sion La­bo­ra­to­ry de la Na­sa. Les an­nu­la­tions de­man­dées par Trump ne se­raient pas ca­tas­tro­phiques pour la Na­sa, puis­qu’elles ne re­pré­sentent que 6 % de son bud­get d’ob­ser­va­tion de la Terre.

La plu­part des ex­perts s’at­tendent d’ailleurs à ce que les rap­por­teurs du Con­grès ne suivent pas les de­mandes de la Mai­son-Blanche et ré­ta­blissent comme l’an­née der­nière la plu­part des fi­nan­ce­ments pour les mis­sions concer­nées. « Dans ce pays, c’est le Con­grès qui a le der­nier mot sur le bud­get, et on n’ar­rête pas si fa­ci­le­ment que ça une mis­sion quand des contrats in­dus­triels ont dé­jà été pas­sés », rap­pelle Éric Ri­gnot.

La si­tua­tion est peut-être bien plus grave pour l’agence mé­téo­ro­lo­gique NOAA, qui risque de perdre la to­ta­li­té de ses re­cherches sur le cli­mat, ain­si qu’une par­tie de ses fi­nan­ce­ments pour la re­cherche sur les pré­vi­sions mé­téo­ro­lo­giques. «L’ave­nir de la NOAA est as­sez inquiétant, car ils risquent des coupes bud­gé­taires dras­tiques, qui pour­raient af­fai­blir la qua­li­té du ser­vice pu­blic pour la mé­téo, dont peuvent dé­pendre des vies hu­maines », aver­tit To­ny Busalacchi. Et de nom­breux ex­perts émettent des doutes sur la ca­pa­ci­té du fu­tur pa­tron de la NOAA choi­si par Do­nald Trump, Bar­ry Myers, PDG des ser­vices mé­téo com­mer­ciaux Ac­cuWea­ther, pour être le meilleur dé­fen­seur de ce ser­vice pu­blic.

“Dès qu’un pro­gramme a le mot « cli­mat » dans son in­ti­tu­lé, il est me­na­cé ” TO­NY BUSALACCHI, PRÉ­SIDENT DE L’UCAR, À BOULDER DANS LE COLORADO

Si le bud­get de la Na­sa pro­gresse lé­gè­re­ment, cinq de ses pro­grammes d’étude cli­ma­tique sont me­na­cés par l’Ad­mi­nis­tra­tion Trump.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.