L’écri­vain Miguel Bon­ne­foy à la Ga­lerne

Re­mar­qué avec son pre­mier ro­man Le voyage d’Oc­ta­vio, en 2015, Miguel Bon­ne­foy est l’in­vi­té de La Ga­lerne mar­di 19 sep­tembre. Il y pré­sen­te­ra Sucre noir, son nou­veau ro­man.

Le Havre infos - - LA UNE -

Avec son nou­veau ro­man Su­cre­noir , le jeune au­teur Miguel Bon­ne­foy in­vite ses lec­teurs à suivre une chasse au tré­sor, au coeur des Ca­raïbes. Il se­ra à la li­brai­rie La Ga­lerne mar­di 19 sep­tembre, pour pré­sen­ter son ré­cit, et le Ve­ne­zue­la.

LeHa­vrein­fos : Pré­sen­tez-nous votre nou­veau ro­man. Miguel Bon­ne­foy : C’est un ro­man d’aven­tures et de pi­rates, avec des hommes à la re­cherche d’un tré­sor ca­ché. C’est aus­si l’his­toire de femmes puis­santes, pour rompre avec le cli­ché des femmes vé­né­zué­liennes de ca­len­drier, ou dans les concours Miss Monde. Je vou­lais pré­sen­ter des femmes fortes, sou­ve­raines, qui n’ont pas be­soin de se jus­ti­fier.

Com­ment est née l’en­vie de prendre, pour point de dé­part, l’his­toire du cor­saire Hen­ry Mor­gan? J’ai beau­coup lu au­tour du folk­lore de la pi­ra­te­rie, no­tam­ment L’Odys­sée­des­ma­rins , d’Oli­vier et Pa­trick Poivre d’Ar­vor. Ce per­son­nage re­ve­nait sans cesse, et je me suis ren­du compte que ce se­rait beau de rendre hom­mage au Ve­ne­zue­la, en as­so­ciant ce monde de la pi­ra­te­rie, de tré­sors et ce­lui du rhum, et de la canne à sucre. Vous vous êtes éga­le­ment beau­coup ren­sei­gné sur la fa­bri­ca­tion du rhum. J’ai croi­sé un maître rhu­mier lors d’une ren­contre lit­té­raire, et je trou­vais que le champ lexi­cal de ce mi­lieu était très poé­tique et sensuel. Je suis par­ti dans une fer­me­dis­til­le­rie pour étu­dier la pro­duc­tion du rhum, de la plan­ta- tion de la canne à sucre à la mise en bou­teille,un che­mi­ne­ment qui a don­né sa struc­ture nar­ra­tive au ro­man. Je vou­lais un livre dont on par­le­rait comme d’une bou­teille de rhum, une lit­té­ra­ture qui se boit.

Outre la chasse au tré­sor ini­tiale, un autre conte se dé­gage dans le ré­cit. Quel est son vé­ri- table mes­sage? C’est un clas­sique de la lit­té­ra­ture : uti­li­ser l’or comme un leurre nar­ra­tif, pour mon­trer les vé­ri­tables ri­chesses du Ve­ne­zue­la. Le pays vit de sa rente pé­tro­lière et im­porte tout: le riz, le ca­fé, le sucre. Il creuse la terre plu­tôt que d’in­ves­tir sur elle. C’est comme une forme de ma­lé­dic­tion : l’homme cherche de l’or, alors qu’il l’a sous les yeux, sans s’en rendre compte. Cette al­lé­go­rie est plus simple à faire pas­ser au­près du pu­blic avec un ro­man, plu­tôt qu’un es­sai sur la ques­tion éco­no­mique du Ve­ne­zue­la. Nous pou­vons tou­cher plus de per­sonnes.

Vous en par­le­rez à vos lec­teurs. Ces ren­contres sont des mo­ments at­ten­dus ? J’aime énor­mé­ment voir mes lec­teurs. Ils sont aus­si l’ar­gile et la ma­tière qui nour­rissent des livres à ve­nir. Je trouve que le tra­vail au­tour du livre en France est rare. Ces ren­contres avec les lec­teurs en li­brai­rie forment une belle tra­di­tion, que l’on ne re­trouve pas dans les autres pays. Pro­pos re­cueillis par V.G.

Mar­di 19 sep­tembre, à 18h, ca­fé de LaGa­lerne, 148 rue Vic­tor-Hu­go, au Havre. EN­TRÉE LIBRE.

au Havre.

Miguel Bon­ne­foy pré­sen­te­ra

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.