L’hom­mage aux Fu­sillés

Le Journal d'Abbeville - - Autour De Crécy -

Com­mé­mo­ra­tion. La ren­trée, la fin de l’été… le dé­but sep­tembre à Cré­cy re­vêt chaque an­née un ca­rac­tère di­sons un peu plus so­len­nel qu’ailleurs en Pi­car­die ma­ri­time où on com­mé­more en­core avec fer­veur la Li­bé­ra­tion. En ef­fet, après le dé­bar­que­ment de Nor­man­die en juin 1944, les troupes al­liées avan­cèrent un peu par­tout dans le pays à com­men­cer par Pa­ris, li­bé­ré le 22 août. Pa­ral­lè­le­ment, les co­lonnes ar­mées de la Li­bé­ra­tion com­battent pour li­bé­rer chaque lo­ca­li­té. En Pi­car­die ma­ri­time, le gros de ces com­bats a lieu dé­but sep­tembre 1944. Et comme par­tout, la Li­bé­ra­tion ne fut pas uni­que­ment qu’un dé­fi­lé triom­phant des sol­dats al­liés ac­cueillis dans une liesse po­pu­laire sans pré­cé­dent de­puis de nom­breuses an­nées… Ce 3 sep­tembre 1944, l’ar­mée al­le­mande fe­ra payer très cher sa dé­bâcle à la po­pu­la­tion ci­vile, et plus par­ti­cu­liè­re­ment au per­son­nel de la gen­dar­me­rie. Six hommes se­ront fu­sillés, dont trois gen­darmes : Ed­mond Mar­ti­nache, Ray­mond Pa­try, Émi­lien Berle et trois Cré­céens, Ar­thur Sa­vreux, Gil­bert Gaf­fet et Eu­gène Pe­tit.

De­puis, la mu­ni­ci­pa­li­té a à coeur de com­mé­mo­rer la mé­moire de ces six vic­times. Chaque an­née, un dé­ta­che­ment de la gen­dar­me­rie d’Ab­be­ville par­ti­cipe à la cé­ré­mo­nie. Pour cette édi­tion, le com­man­dant Eric Ha­basque et l’ad­ju­dant-chef Fré­dé­ric De­visme de Rue étaient pré­sents.

Le sa­cri­fice de leurs vies ne doit pas être vain

Dans le cor­tège tou­jours très sui­vi on comp­tait aus­si les ef­fec­tifs des pom­piers et jeunes sa­peurs pom­piers, des an­ciens com­bat­tants, la fan­fare lo­cale « Le Ré­veil Crécéen », ain­si que des re­pré­sen­tants de la Fé­dé­ra­tion Na­tio­nale des Re­trai­tés de la Gen­dar­me­rie et de l’Union Na­tio­nale des Per­son­nels et Re­trai­tés de la Gen­dar­me­rie. Le maire, Gé­rard Lheu­reux, et son con­seil étaient aux cô­tés de Jo­ce­lyne Mar­tin, conseillère dé­par­te­men­tale et d’une cin­quan­taine de Cré­céens.

Après le dé­pôt de deux gerbes tri­co­lores, la mi­nute de si­lence, la son­ne­rie aux Morts et la Mar­seillaise, le maire in­vi­ta la po­pu­la­tion à re­joindre la grande salle de la ré­si­dence de re­traite pour les al­lo­cu­tions qui re­vinrent sur les faits de ce tra­gique épi­sode de l’his­toire cré­céenne. Les pro­pos du maire étaient d’ailleurs ponc­tués du té­moi­gnage de Mi­chel Berle, le seul res­ca­pé de cette tue­rie. Mon­sieur le maire in­sis­ta : « le sa­cri­fice de leurs vies ne doit pas être vain. Et il le se­rait s’il tom­bait dans l’ou­bli. Ils ont com­bat­tu pour la dé­fense d’un idéal : « la li­ber­té ». N’ou­blions ja­mais et trans­met­tons aux fu­tures gé­né­ra­tions, c’est un de­voir de mé­moire ».

La stèle des Fu­sillés cré­céens au coeur de la com­mé­mo­ra­tion an­nuelle du 3-sep­tembre

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.