Fran­çois Ruf­fin choi­sit le Val de Nièvre pour sa pre­mière marche an­ti-Ma­cron

Près de trois mois après son élec­tion, le dé­pu­té Fran­çois Ruf­fin était à Saint-Ouen pour une pre­mière « marche an­ti-Ma­cron », po­pu­laire et re­ven­di­ca­tive. Il y a no­tam­ment ré­af­fir­mé sa vo­lon­té « de dire ce que les gens ont sur le coeur ».

Le Journal d'Abbeville - - Autour De Flixecourt Et Bernaville -

Nous sommes ici pour rendre de l’en­vie aux gens Fran­çois Ruf­fin

Un dé­pu­té dans la rue. Il l’avait pro­mis le soir de son élec­tion : le dé­pu­té Fran­çois Ruf­fin conti­nue­rait à ar­pen­ter les rues du ter­ri­toire. « Il ne faut pas battre le pa­vé la veille des élec­tions puis ou­blier ce pour quoi on a été élu », a-t-il rap­pe­lé le wee­kend der­nier à l’oc­ca­sion de la pre­mière « marche an­ti-Ma­cron » de son man­dat.

C’est Saint-Ouen, ville très mar­quée par le chô­mage, que le dé­pu­té a choi­si pour ce ren­dez­vous po­pu­laire, qui a at­ti­ré une cen­taine de per­sonnes. « Nous sommes ici pour rendre de l’en­vie aux gens. Notre mis­sion est de contri­buer à ré­ta­blir l’es­poir et de dire ce que les gens ont sur le coeur. Les dé­ci­sions du gou­ver­ne­ment mé­prisent les sa­la­riés comme nous mé­pri­sons les four­mis quand on ar­pente la pe­louse… » a-t-il cla­mé.

Un dis­cours qui a trou­vé un bel écho dans la Mai­son du Peuple, où Fran­çois Ruf­fin te­nait une réunion pu­blique : « Il a ai­dé les gens de Whir­pool et c’est à notre tour de le sou­te­nir, té­moigne ain­si la Saint-Ouen­naise Odette Beau­jois. J’ai une pen­sée pour les jeunes qui bé­né­fi­cient d’un contrat ai­dé et qui risquent de se re­trou­ver, une nou­velle fois, au chô­mage. »

Cette ques­tion des em­plois ai­dés a été très pré­sente dans l’in­ter­ven­tion de Fran­çois Ruf­fin, qui s’est ap­puyé sur des té­moi­gnages concrets pour dé­plo­rer le désen­ga­ge­ment de l’État : « C’est un vé­ri­table plan so­cial na­tio­nal qui va pri­ver des as­so­cia­tions, des col­lec­ti­vi­tés lo­cales, des écoles… de moyens hu­mains in­dis­pen­sables. Nous ne sommes pas fa­vo­rables au re­cours aux em­plois pré­caires, mais le gou­ver­ne­ment ne pro­pose rien pour rem­pla­cer ces contrats dont il de­vrait plu­tôt com­battre la pré­ca­ri­té. »

En­quê­ter, in­for­mer, ren­con­trer… Fran­çois Ruf­fin confirme qu’il veut res­ter connec­té avec un ter­ri­toire dont les be­soins et les at­tentes ne cessent de croître.

Dé­fi­lé, pé­ti­tion, mu­sique… L’art de re­ven­di­quer dans un es­prit po­pu­laire

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.