Du nou­veau dans les ho­ro­da­teurs… et les amendes de sta­tion­ne­ment

Le Journal d'Abbeville - - Autour De Rue -

On ne paie­ra plus pa­reil. Avis de bouleversement dans le sta­tion­ne­ment payant, et plus par­ti­cu­liè­re­ment dans les ho­ro­da­teurs. En ef­fet, les élus cro­tel­lois - comme tous les élus de France - ont ré­cem­ment pris acte en réunion de conseil mu­ni­ci­pal de la dé­ci­sion de l’État concer­nant « la dé­pé­na­li­sa­tion du sta­tion­ne­ment payant afin que le pro­duit des amendes au sta­tion­ne­ment payant soit in­té­gra­le­ment re­ver­sé aux com­munes ». En d’autres termes, l’en­semble de la lo­gis­tique, des coûts et des re­cettes des amendes de sta­tion­ne­ment payant se­ra gé­ré par la com­mune. Une ré­forme ini­tia­le­ment pré­vue pour être mise en place en 2016, mais qui fi­na­le­ment pren­dra ef­fet à comp­ter du 1er jan­vier 2018.

Plus d’un de­mi-mil­lion d’eu­ros par an

Cette dis­po­si­tion im­plique une mise aux normes et une connexion en ré­seaux des ho­ro­da­teurs ain­si que le rem­pla­ce­ment du ma­té­riel de contrôle et de la cin­quan­taine d’ho­ro­da­teurs ac­tuel­le­ment dis­sé­mi­nés dans les rues de la sta­tion. « Chaque ho­ro­da­teur de­vra être équi­pé d’un cla­vier al­pha­nu­mé­rique car l’im­ma­tri­cu­la­tion du vé­hi­cule de­vra ap­pa­raître sur le ti­cket ho­ro­da­teur » pré­cise-ton en mairie. D’ici le 1er avril 2018, date à la­quelle le sta­tion­ne­ment payant au Crotoy re­pren­dra du ser­vice, on de­vrait as­sis­ter à un re­nou­vel­le­ment to­tal du parc des ap­pa­reils. L’in­ves­tis­se­ment re­pré­sente un bud­get de l’ordre de 200 000 eu­ros. L’ap­pel d’offres est en cours de ré­dac­tion, et les ser­vices mu­ni­ci­paux de pré­ci­ser : « les ma­chines ayant énor­mé­ment fonc­tion­né dé­clenchent des pannes de plus en plus sys­té­ma­tiques et né­ces­sitent des chan­ge­ments de pièces, ce qui en­gendre des coûts ».

Le pro­duit du sta­tion­ne­ment payant au Crotoy entre avril et no­vembre de chaque an­née re­pré­sente 500 000 à 600 000 eu­ros de re­cette, pour un coût d’en­vi­ron 100 000 eu­ros. En mairie, on in­siste éga­le­ment sur la né­ces­si­té du sta­tion­ne­ment payant en tant que manne fi­nan­cière no­toire qui, si elle ne com­pense pas les baisses de do­ta­tions de l’État, per­met en tous les cas de li­mi­ter les hausses d’im­pôts lo­caux et donne à cha­cun - tou­ristes y com­pris - de par­ti­ci­per aux in­ves­tis­se­ments liés aux flux tou­ris­tiques. On cite pour l’exemple : une sta­tion d’épu­ra­tion plus im­por­tante que celle né­ces­saire pour la simple po­pu­la­tion cro­tel­loise ré­si­dente à l’an­née, l’en­tre­tien de la plage, des sa­ni­taires et de la voi­rie, le pro­gramme d’ani­ma­tions, les moyens de sé­cu­ri­té ou en­core la pré­sence d’un poste de SNSM es­ti­val en ren­fort à la SNSM per­ma­nente…

Pou­voir payer à dis­tance

En plus de dis­po­ser d’un sys­tème de paie­ment par carte ban­caire, la mu­ni­ci­pa­li­té ré­flé­chit aus­si à des ho­ro­da­teurs qui pro­po­se­ront un paie­ment par smart­phone… Une pe­tite ré­vo­lu­tion qui a dé­jà fait son oeuvre dans de nom­breuses villes, et qui offre l’avan­tage de pou­voir payer son sta­tion­ne­ment à dis­tance, et aus­si d’en dé­ma­té­ria­li­ser le fonc­tion­ne­ment. Exit le dé­pla­ce­ment jus­qu’à la voi­ture, les ti­ckets, la mon­naie… il suf­fi­ra d’en­trer l’em­pla­ce­ment du vé­hi­cule et la plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion pour être en­re­gis­tré au­près du sys­tème de contrôle de la po­lice mu­ni­ci­pale.

En­fin, si­gna­lons que cette ré­forme concerne uni­que­ment les amendes liées au sta­tion­ne­ment payant, « les autres in­frac­tions au sta­tion­ne­ment res­tent dans le do­maine du pé­nal et donc in­chan­gées ». D’autre part, la com­mune pré­pare, pour 2018 tou­jours, le re­nou­vel­le­ment des vi­gnettes de sta­tion­ne­ment dis­pen­sées à l’en­semble des vé­hi­cules des ré­si­dents à l’an­née.

Johann Rauch

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.