Le maire règle quelques comptes… et la Ré­gion dé­çoit sur la base nau­tique

Le Journal d'Abbeville - - Autour De Rue - Johann Rauch

Ça, c’est fait. Pe­tit ordre du jour du jour pour le der­nier conseil mu­ni­ci­pal fort-ma­hon­nais qui s’est te­nu mar­di der­nier en mairie. En pré­lude à ce conseil, Alain Baillet, maire, te­nait faire part de « mises au point » qui sem­blaient lui te­nir tout par­ti­cu­liè­re­ment à coeur : « grand un, je tiens à pré­ci­ser que mon voyage à la Réunion dans le cadre de l’ANEL a coû­té en tout et pour tout juste cent eu­ros à la com­mune. On est donc loin de ce qui peut se ra­con­ter çà et là ». Et deuxième point, qui al­lait lit­té­ra­le­ment scot­cher l’au­di­toire : « tou­jours pour cal­mer les ru­meurs qui courent : je n’ai pas de maî­tresse, pas plus ailleurs au­tour de cette table qu’ailleurs ». Sans tran­si­tion - mais à deux doigts d’en tom­ber de sa chaise - on abor­dait l’ordre du jour.

La fa­meuse so­li­da­ri­té ter­ri­to­riale

Au pro­gramme : les sta­tuts et les nou­velles com­pé­tences de l’in­ter­com­mu­na­li­té Pon­thieu-Mar­quen­terre, dont le fu­tur gui­chet d’ins­truc­tion des do­cu­ments d’ur­ba­nisme au sein de l’in­ter­com­mu­na­li­té dès le 1er jan­vier 2018, ou en­core la taxe GEMAPI (ges­tion des mi­lieux aqua­tiques et pré­ven­tion des inon­da­tions) qui fait ap­pel à so­li­da­ri­té in­ter­com­mu­nale dont on ne man­quait pas de sou­li­gner une cer­taine « mol­lesse » entre com­munes lit­to­rales di­rec­te­ment concer­nées et celles de l’ar­riè­re­pays au sein de l’in­ter­com­mu­na­li­té Pon­thieu-Mar­quen­terre « pour­tant bien contentes des re­tom­bées tou­ris­tiques entre autres qu’ap­porte la côte » s’étran­glait le conseiller, Eric Krae­mer, aus­si vice-pré­sident de in­ter­com­mu­nal.

Mettre les centres de loi­sirs dans les clous

On no­tait aus­si, que la com­mune fort-ma­hon­naise est mise en de­meure par la sous-pré­fec­ture de se plier aux dis­po­si­tions ré­gle­men­taires sur l’at­tri­bu­tion de son centre de loi­sirs dé­lé­gué à l’as­so­cia­tion EVEILS de­puis plu­sieurs dé­cen­nies. Mal­gré la ré­tro­ces­sion de cette com­pé­tence à l’in­ter­com­mu­na­li­té, Fort-Ma­hon Plage fait en la ma­tière aus­si ici ex­cep­tion, puisque les centres de loi­sirs lo­caux fonc­tionnent tou­jours sous la hou­lette de l’as­so­cia­tion EVEILS, et non pas di­rec­te­ment sous l’égide de la com de com. Une or­ga­ni­sa­tion que l’in­ter­com­mu­na­li­té ne re­met pas en ques­tion, mais qui dé­sor­mais im­pose la mise en place d’une dé­cla­ra­tion de ser­vice pu­blique (DSP) et donc un sys­tème d’ap­pels d’offres en bonne et due forme… Dès lors, tout or­ga­nisme pri­vé ou as­so­cia­tif pour­ra concou­rir à la ges­tion des centres de loi­sirs de la sta­tion. « Mais je ne suis pas très in­quiet pour l’EVEILS qui a l’his­toire et l’ex­pé­rience » in­sis­tait tou­te­fois Eric Kra­mer. Rap­pe­lons que les centres de loi­sirs fort-ma­hon­nais re­pré­sentent un bud­get an­nuel de l’ordre de 150 000 eu­ros grê­vé sur les charges trans­fé­rées de l’in­ter­com­mu­na­li­té à la com­mune.

La Ré­gion di­vise par deux sa par­ti­ci­pa­tion à la basse nau­tique

Au rayon ti­roir-caisse tou­jours, on fai­sait quelques comptes de l’an­née 2017. Les ho­ro­da­teurs en­re­gistrent une baisse de l’ordre de 17 000 eu­ros par rap­port à 2016, an­née où les en­gins avaient col­lec­té en­vi­ron 300 000 eu­ros. On met­tait en avant plu­sieurs rai­sons à cette baisse : une mé­téo es­ti­vale très moyenne, la hausse du nombre de cartes d’abon­ne­ment (10 000 eu­ros en plus), la fer­me­ture du par­king payant du bout du bou­le­vard ma­ri­time sud et la fer­me­ture de la moi­tié de ce­lui du bou­le­vard ma­ri­time nord en rai­son du chan­tier de la base nau­tique. Le sta­tion­ne­ment payant des cam­ping-cars af­fiche, lui, une hausse de l’ordre de 36 000 eu­ros, et ce­lui des au­to­cars une hausse de 1 950 eu­ros… On es­time peu ou prou à 114 000 eu­ros - comme en 2016 - le pro­duit des re­de­vances éma­nant des ter­rasses et mar­chés… À la fin des fins, on de­vrait être glo­ba­le­ment à l’équi­libre en ma­tière de re­cettes.

En re­vanche, on ne ca­chait pas une pro­fonde dé­cep­tion quant à la sub­ven­tion de la ré­gion pour le chan­tier de la base nau­tique. L’ins­tance ré­gio­nale dont on at­ten­dait quelque 1,5 mil­lion d’eu­ros n’a fi­na­le­ment va­li­dé sa par­ti­ci­pa­tion « que » pour 780 863 eu­ros. Rap­pe­lons que le chan­tier ac­tuel­le­ment en cours - et qui de­vrait s’ache­ver pour mi-2018 - était es­ti­mé à un peu plus de trois mil­lions d’eu­ros hors taxe. Ini­tia­le­ment, la part fort-ma­hon­naise ne de­vait pas ex­cé­der 30 % (916 988 eu­ros). Si les autres fi­nan­ceurs ne font pas dé­faut, il y au­ra tout de même des fonds com­mu­naux à ajou­ter pour payer l’ad­di­tion. Mon­sieur le maire glis­sait qu’il al­lait re­con­tac­ter Xa­vier Ber­trand, pré­sident Les Républicains des Hauts-de-France, sur le su­jet…

Le pro­jet de base nau­tique si­gné Po­ly­nôme, en cours de réa­li­sa­tion en lieu et place de l’an­cienne struc­ture in­cen­diée au prin­temps 2012 de­vrait ou­vrir ses portes pour la mi-2018

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.