« LES CHAS­SEURS VONT ÊTRE PÉ­NA­LI­SÉS »

Le Journal d'Abbeville - - Région -

Em­ma­nuel Ma­quet a en­voyé une lettre ou­verte à des­ti­na­tion des ha­bi­tants et chas­seurs du Vi­meu :

« Une fois de plus, les amou­reux de la na­ture que sont les chas­seurs de gi­bier d’eau vont être pé­na­li­sés. Dé­jà im­pac­tés dans leur quo­ti­dien par la hausse du ga­soil, l’in­ter­dic­tion de chasse du Cour­lis cen­dré hors DPM ou en­core la pro­blé­ma­tique grippe aviaire, ils se voient une fois de plus re­fu­ser le droit de pré­le­ver quelques oies en fé­vrier.

M. le mi­nistre ou­blie cer­tai­ne­ment que sans l’ac­tion quo­ti­dienne des chas­seurs, les zones hu­mides qui font le bon­heur de nom­breuses es­pèces ani­males et vé­gé­tales au­raient de­puis long­temps dis­pa­ru. Il ou­blie aus­si que ces zones hu­mides re­mar­quables que sont la baie de Somme, la baie d’Au­thie et le hâble d’Ault sont les mo­teurs es­sen­tiels de l’offre tou­ris­tique du lit­to­ral Pi­card.

Ce nou­veau re­fus que je qua­li­fie de dog­ma­tique va en­core pé­na­li­ser le monde ru­ral. Il est d’au­tant plus in­juste que les po­pu­la­tions d’oies sont en pleine ex­plo­sion, cer­tains pays eu­ro­péens étant obli­gés de les dé­truire par mil­liers !

Vous al­lez, M. le mi­nistre, par cette dé­ci­sion dé­nuée de tout fon­de­ment, pri­ver des mil­liers de dé­fen­seurs de la na­ture de leur pas­sion. Les ha­bi­tants du Vi­meu sont des pas­sion­nés, en­tiers et droits. Je com­prends leur exas­pé­ra­tion et leur co­lère de­vant tant d’ad­ver­si­té. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.