Con­fiez­Nous à l’ago­nie

Le Journal de Gien - - Region - HERVÉ LE ROUX DUPEYRON

Des re­tards de paie­ment du Dé­par­te­ment se­raient à l’ori­gine de cette si­tua­tion ayant conduit l’URS­SAF à sai­sir un huis­sier.

■ La si­tua­tion de­vient de plus en plus cri­tique pour l’agence de ser­vices à la per­sonne Con­fiez­Nous ins­tal­lée à Briare et à Sul­ly. Elle est ef­fec­ti­ve­ment confron­tée à de gros pro­blèmes de tré­so­re­rie qui se­raient dus à des re­tards de paie­ment du Con­seil dé­par­te­men­tal du Loi­ret.

Un trou de 60.000 € à fin juin si rien ne bouge

Rap­pe­lons que ce der­nier prend en charge, via l’APA (al­lo­ca­tion per­son­na­li­sée d’au­to­no­mie), une par­tie du coût des auxi­liaires de vie qui in­ter­viennent au­près des per­sonnes dé­pen­dantes, soit 55 % de l’ac­ti­vi­té de Con­fiez­Nous.

« Ce­la re­pré­sente pour nous un trou d’en­vi­ron 20.000 € par mois, in­diquent Yan­nick Hen­ry et Pau­line Da­guillon, res­pec­ti­ve­ment pré­sident et di­rec­trice gé­né­rale de la so­cié­té, et comme nous n’avons pas été payés en avril ni en mai, ce­la fait une grosse somme. Et si l’on ajoute celle de juin dont la fin ap­proche, on peut dire qu’on au­rait be­soin de 60.000 € très ra­pi­de­ment. Si­non, ce sont plus de 250 clients dont 127 bé­né­fi­ciaires de l’APA qui vont se re­trou­ver sur le car­reau, plus nous et nos 45 em­ployés. »

Bien évi­dem­ment, la di­rec­trice est in­ter­ve­nue à plu­sieurs re­prises au­près du Dé­par­te­ment, vi­si­ble­ment sans suc­cès. Les pro­ta­go­nistes sont re­par­tis dos à dos, tant pour les paie­ments tar­difs que pour un éven­tuel ac­cord sur un sys­tème d’avance, ce mal­gré le boî­tier Lys­box vou­lu par le con­seil dé­par­te­men­tal et ins­tal­lé chez les per­sonnes ai­dées. Se­lon Con­fiez­No us, cet équi­pe­ment ne fonc­tion­ne­rait pas pour les paie­ments…

Un autre pro­blème est ra­pi­de­ment ve­nu se gref­fer, ce­lui de l’URS­SAF, or­ga­nisme ré­pu­té pour sa ré­ac­ti­vi­té en cas de non­paie­ment… À force de voir ses pré­lè­ve­ments re­fu­sés, il a man­da­té un huis­sier qui s’est adres­sé au Tré­sor pu­blic (la Paie­rie dé­par­te­men­tale) pour in­ter­ve­nir. La ques­tion de pou­voir sai­sir l’APA s’est alors po­sée et la ma­chine ad­mi­nis­tra­tive s’est un peu en­rayée. Les pro­blèmes de Con­fiez­Nous, eux, n’ont fait que s’ag­gra­ver. Un cercle vi­cieux.

Le Dé­par­te­ment paye, l’URS­SAF ponc­tionne

Tou­te­fois, aux der­nières nou­velles (du mar­di 13 juin), la Paie­rie dé­par­te­men­tale au­rait ac­cep­té de ré­gler jeu­di pro­chain la par­tie non sai­sie par l’huis­sier de l’URS­SAF, soit 25.000 €, le reste étant condi­tion­né à l’as­pect ju­ri­dique de l’APA, sai­sis­sa­ ble ou pas.

Ce­la dit, le rai­son­ne­ment au con­seil dé­par­te­men­tal n’est pas le même. Le di­rec­teur ad­joint du ser­vice, Ja­cky Gué­ri­neau, re­con­naît un cer­tain dé­ca­lage de paie­ment, « mais le mois d’avril a été payé et la Paie­rie dé­par­te­men­tale a dû ponc­tion­ner une par­tie de la somme pour l’URS­SAF. Et l’ac­ti­vi­té de mai se­ra ré­glée le 15 juin pro­chain. Ce qui m’étonne, c’est que l’URS­SAF ait sai­si un huis­sier. Il doit y avoir autre chose car dans ce type de si­tua­tion, une so­lu­tion à l’amiable est trou­vée le plus sou­vent. »

Ce qui n’est pas l’avis de Pau­line Da­guillon pour qui les dates de rè­gle­ment sont les seules en cause. « Quand le Dé­par­te­ment dit payer à telle date, l’ar­gent ar­rive sur le compte bien plus tard. Et le pré­lè­ve­ment de l’URS­SAF in­ter­vient eux le 15 du mois, donc tou­jours avant. À force de re­fus, elle a sai­si un huis­sier, c’est tout. »

En ré­su­mé, tout le monde se­rait dans son bon droit et de bonne foi, mais l’en­tre­prise risque quand même de mettre la clé sous la porte. À suivre…

Yan­nick Hen­ry et Pau­line Da­guillon, res­pec­ti­ve­ment pré­sident et di­rec­trice gé­né­rale de Con­fiez-Nous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.