Seth Ch­wast, l’au­tiste peintre amé­ri­cain

Le Journal de Gien - - La Une - ALAIN BREU­ZÉ

Seth Ch­wast, 34 ans, est un peintre amé­ri­cain re­con­nu in­ter­na­tio­na­le­ment pour son art sin­gu­lier. At­teint d’au­tisme, l’ar­tiste, ac­com­pa­gné de sa mère, sillonne ré­gu­liè­re­ment l’Eu­rope pour ex­po­ser. L’oc­ca­sion, à chaque fois, de s’ar­rê­ter aux Ré­gents à Coullons, sa nou­velle terre d’ac­cueil.

C’est à Coullons, au lieu­dit Les Ré­gents, que Seth et sa ma­man De­bra ont élu par­tiel­le­ment do­mi­cile et par­courent l’Eu­rope pour ex­po­ser les oeuvres de l’ar­tiste peintre, ori­gi­naire de Cleveland aux États­Unis. Diag­nos­ti­qué au­tiste dès l’en­fance, Seth parle ra­re­ment et c’est à l’âge de 20 ans (il en a dé­sor­mais 34), au cours d’un stage de pein­ture au mu­sée d’art de sa ville, que se ré­vèle son ha­bi­le­té à com­mu­ni­quer sa vi­sion du monde et son uni­vers in­té­rieur à tra­vers ses ta­bleaux. Son art, qui était pro­ba­ble­ment la­tent, au­jourd’hui l’a ren­du cé­lèbre en Amér ique du Nord. L’Amé­ri­cain en­chaîne les ex­po­si­tions, les confé­rences dans les uni­ver­si­tés, les do­cu­men­taires sur l’art et l’au­tisme à la té­lé­vi­sion ; un timbre des Na­tions Unies lui est même consa­cré. Outre la pein­ture, Seth a une autre pas­sion : les parcs d’at­trac­tions, et no­tam­ment les mon­tagnes russes. Il est in­col­lable au ni­veau mon­dial sur le su­jet et y a d’ailleurs consa­cré de nom­breuses toiles. Au­to­di­dacte, Seth peint tout ce qui l’ins­pire ; le ré­sul­tat est très éclec­tique se­lon l’en­vi­ron­ne­ment où il se trouve : pois­sons tro­pi­caux, créa­tures my­thiques, abs­trait, fleurs. Les châ­teaux de la Loire ont été peints avant sa ve­nue en France en 2015, après des re­cherches d’images sur In­ter­net. Pas en­core de ta­bleaux peints dans le Gien­nois Des étu­diants « coach ou men­tor », is­sus de l’ins­ti­tut d’art de Cleveland, sont ré­gu­liè­re­ment au cô­té de Seth : une pré­sence in­dis­pen­sable pour que l’ar­tiste soit en confiance, ait le dé­clic de se mettre au tra­vail, par une sorte de trans­fert d’éner­gie créa­trice. De ce fait, Seth n’a pas, à ce jour, réel­le­ment peint en étant dans le Gien­nois. En re­vanche, ce mois d’août, à Brook­lyn, a été l’oc­ca­sion pour lui de se consa­crer à son art d’une ma­nière pro­li­fique : « Je suis content, joyeux, ex­ci­té », des mots sou­vent ré­pé­tés dans son blog. Seth est un vi­sion­naire et un idéa­liste : « Mon art ren­dra les gens heu­reux ». Des ex­po­si­tions à Rome, Vienne et Pa­ris Après un livre pour en­fants qui vient de pa­raître, un prix à la Bien­nale de Londres en avril, des ex­po­si­tions en Ita­lie en juin, il y au­ra Rome fin sep­tembre, Vienne (Au­triche) en dé­cembre et la ga­le­rie pa­ri­sienne La vache noire. L’agen­da est donc bien rem­pli et les pro­jets nom­breux pour Seth et sa ma­man De­bra qui n’en ou­blient pas leur Gien­nois d’adop­tion, af­fec­tion­nant les bords de Loire avec une nou­velle pas­sion pour les vieilles pierres de la ré­gion.

Seth Ch­wast avec quelques oeuvres dans le jar­din à Coullons.

Un ta­bleau mu­ral dont sont ex­traites les il­lus­tra­tions du livre pour en­fants King Seth

Dreams.

Une sé­rie d’au­to­por­traits de Seth réa­li­sés en 2005.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.