20 ans pour son meur­trier en fuite

15 ans après les faits, la Cour d’as­sises de Pa­ris a condam­né à 20 ans l’Ivoi­rien qui avait tué deux mi­li­taires fran­çais en Côte d’Ivoire en août 2003 dont le jeune Mi­ckaël Du­pré, d’Ou­zouer-sur-Loire.

Le Journal de Gien - - Faits Divers - RÉMI BICHON

■ « C’est un sou­la­ge­ment », confie Ro­land Ma­rien­feldt, le beau­père de Mi­ckaël Du­pré en évo­quant la sen­tence de 20 ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle à l’en­contre du meur­trier pro­non­cée ven­dre­di der­nier par la Cour d’as­sises de Pa­ris com­po­sée en la cir­cons­tance de ju­rés pro­fes­sion­nels.

Mor­tel­le­ment bles­sé d’une balle dans le dos

Mi­ckaël Du­pré, 22 ans, ca­po­ral au 1er RIMA (ré­gi­ment d’in­fan­te­rie de Ma­rine) d’An­gou­lême, fai­sait par­tie d’un groupe de mi­li­taires pa­trouillant sur les berges du lac de Kos­sou, en Côte d’Ivoire, dans le cadre du man­dat de l’ONU. Dans la zone de confiance qui est dé­mi­li­ta­ri­sée, les mi­li­taires fran­çais tombent sur une di­zaine de re­belles ar­més, al­coo­li­sés et dro­gués comme le dé­mon­tre­ra l’en­quê­ te. Au terme d’une heure et de­mie de pa­labres, un des re­belles fait usage de son arme. La ra­fale d’arme au­to­ma­tique tue le bri­ga­dier­chef Fa­bien Ri­vière, du 515e ré­gi­ment du train de Bra­conne, et at­teint d’une balle dans le dos, Mi­ckaël Du­pré. Un autre mi­li­taire est bles­sé d’une balle dans le pied et le lieu­te­nant com­man­dant la sec­tion est bles­sé d’un coup de ma­chette. Mi­ckaël Du­pré dé­cé­de­ra quelques heures plus tard pen­dant l’opé­ra­tion chi­rur­gi­cale.

Trois jours près le drame, deux re­belles sont ar­rê­tés : l’un dé­cé­de­ra en pri­son en 2007 et l’autre Ivoire Tou­ré Ama­ni, 25 ans à l’époque, s’échappe des pri­sons ivoi­riennes en 2011.

C’est donc en son ab­sence qu’il a été ju­gé à Pa­ris quinze ans après les faits lors d’un pro­cès sur deux jours, mer­cre­di et ven­dre­di. « Nous avons ap­pris des choses sur le dé­rou­le­ment des faits, ce­la nous a ap­por­té des éclair­cis­se­ments », confie le beau­père qui as­sis­tait avec la mère de Mi­ckaël au pro­cès du meur­trier. « Un man­dat d’ar­rêt in­ter­na­tio­nal est lan­cé contre lui », pré­cise le beau­père, sa­tis­fait avec son épouse de ce pro­cès « apai­sant pour les fa­milles des vic­times ».

(PHO­TO D’AR­CHIVES : HER­VÉ LE ROUX DUPEYRON)

Ca­po­ral au 1er RIMA d’An­gou­lême, Mi­ckaël Du­pré, d’Ou­zouer-sur-Loire avait été tué en août 2003 en Côte d’Ivoire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.