Otages des dé­chets

Le Journal de Gien - - La semaine sucree-salee - FRAN­ÇOIS BASLEY

En France, terre de li­ber­té d’ex­pres­sion, cha­cun par­tage ses pen­sées, ses at­tentes et sur­tout son mé­con­ten­te­ment sans en­trave. Les ré­seaux so­ciaux, de­ve­nus les ca­fés du com­merce où la moindre âne­rie prend une va­leur sur­di­men­sion­née, en ap­portent la preuve. Lorsque le mé­con­ten­te­ment de quelques­uns de­vient li­ber­ti­cide pour le reste de la po­pu­la­tion, sans doute y a­t­il ex­cès. Ain­si, du cô­té de Châ­teau­neuf­Sul­ly, les op­po­sants au juste paie­ment de la fac­ture sur les or­dures mé­na­gères in­dexée sur leur poids, en­vi­sagent des opé­ra­tions es­car­got, his­toire de per­tur­ber la cir­cu­la­tion de tous. Une fa­çon dis­cu­table de se faire en­tendre, dans le si­lence as­sour­dis­sant de ceux, nom­breux, pour qui cette fac­ture a bais­sé car n’étant plus cal­quée sur la sur­face de l’ha­bi­ta­tion. En ma­tière de dé­chets, une prise en otage des usa­gers de la route est­il un bon moyen de se faire en­tendre ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.