« S’at­ta­quer au mar­ché sud-amé­ri­cain »

Le Journal de Gien - - Gien -

■ « L’en­tre­prise ATI a été créée en 1930 à Mon­treuil (Seine­Saint­De­nis) par Mau­rice Mul­ler, un in­gé­nieur al­le­mand qui construi­sait alors des com­po­sants de mac­hine avant de fa­bri­quer des fours de trai­te­ment ther­mique à Vanves (Hauts­de­Seine) », rap­pe­lait Syl­vie Tor­re­gros­sa, di­rec­trice ad­mi­nis­tra­tive et fi­nan­cière.

« La fa­mille Ber­chon a en­suite re­pris l’af­faire et s’est spé­cia­li­sée dans la fa­bri­ca­tion des équi­pe­ments pour in­ci­né­ra­teurs puis dans la cré­ma­tion : le pre­mier four a été ven­du à Pa­ris en 1960. »

Il fau­dra fi­na­le­ment at­tendre 2005 pour que l’his­toire d’ATI trouve son at­tache lo­cale : d’abord, par le dé­mé­na­ge­ment de l’en­tre­prise de quinze sa­la­riés de Vanves à Cham­ pou­let, puis de Cham­pou­let à Gien dé­but 2012. Entre­temps, ATI a su s’ex­pa­trier en fon­dant deux fi­lières en An­gle­terre (2010) et en Ita­lie (2017), qui font au­jourd’hui de la so­cié­té gien­noise un lea­der eu­ro­péen dans son do­maine.

Mais ATI n’en­tend pas s’ar­rê­ter là : forte au­jourd’hui de 45 sa­la­riés, l’en­tre­prise « mise sur l’in­ter­na­tio­nal », souffle Syl­vie Tor­re­gros­sa, qui rap­porte qu’ATI est dé­jà pré­sent sur les mar­chés afri­cains et du Moyen­Orient.

Son pro­chain dé­fi ? « S’at­ta­quer au mar­ché sud­amé­ri­cain. » Un dé­ve­lop­pe­ment qui pour­rait as­seoir un peu plus le lea­der­ship de l’en­ti­té gien­noise, cette fois au ni­veau mon­dial. Pour rap­pel, ATI compte « 3.000 im­plan­ta­tions dans le monde » à ce jour.

Les brû­leurs sont voués à être ex­por­tés à l’étran­ger.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.