Ca­na­pés Mo­du­lables à bloc !

Un mo­dèle, une mul­ti­tude de com­bi­nai­sons, c’est la ten­dance forte de la ren­trée. Mi­ni ou maxi, en angle, en lon­gueur ou tête-bêche, com­po­sez le ca­na­pé que vous vou­lez !

Le Journal de la Maison - - Sommaire -

Les an­nées 1970 cé­lé­braient la vie au ras du sol, et cer­tains ca­na­pés, nés à cette époque, sont de­ve­nus ico­niques et res­tent d’ac­tua­li­té comme par exemple le « Mah Jong » de Roche Bo­bois. Il re­ven­dique une to­tale li­ber­té de formes et de fonc­tions à par­tir de trois élé­ments simples jux­ta­po­sés ou su­per­po­sés qui per­mettent de mul­tiples com­po­si­tions. Ha­billé par Ken­zo, Mis­so­ni Home ou en­core Jean Paul Gaul­tier, il reste une ré­fé­rence de mo­du­la­ri­té et de créa­ti­vi­té. Autre siège culte, le « To­go » de Ligne Ro­set, avec sa struc­ture mousse et sa housse ca­pi­ton­née, dé­cli­né en pouf, chauf­feuse d’angle, etc. Leurs formes libres, à géo­mé­trie va­riable sont, plus que ja­mais, une source d’ins­pi­ra­tion pour les de­si­gners qui mul­ti­plient les créa­tions « mo­biles » au­tour de blocs de mousse, avec ou sans dos­sier, per­met­tant toutes les confi­gu­ra­tions. « On sort au­jourd’hui des ty­po­lo­gies clas­siques salon-table basse et on note un réel chan­ge­ment au ni­veau de l’er­go­no­mie, sou­ligne la de­si­gner Ma­rine Peyre, qui joue beau­coup avec les mo­dules puzzle. L’as­sise sert au­jourd’hui à man­ger, consul­ter son or­di­na­teur, etc. On passe d’une po­si­tion as­sise à angle droit à une autre, plus “ava­chie”, au ras du sol. »

Un es­pace évo­lu­tif

Un peu plus « construits », mais tou­jours loin des mo­dèles fi­gés à vo­ca­tion unique, les ca­na­pés com­po­sables se livrent aus­si à de mul­tiples va­ria­tions à par­tir de mo­dules avec as­sises et dos­siers (chauf­feuses, élé­ments d’angle, mé­ri­diennes). Tous se com­binent pour ou­vrir ou fer­mer l’es­pace en fonc­tion des mo­ments. On ajoute ou on dé­place un élé­ment se­lon ses envies, on ne cherche plus à « col­ler » le ca­na­pé contre le mur. Et dans cette nouvelle dis­tri­bu­tion, qui se prête à toutes les fan­tai­sies, on ne fait pas l’éco­no­mie

du confort. « Le ca­na­pé doit être en­ve­lop­pant, mais es­thé­ti­que­ment beau, note Jean-Guy Tes­tut, res­pon­sable de la col­lec­tion Sièges chez Roche Bo­bois. On opte pour des as­sises re­la­ti­ve­ment basses (40 cm) afin d’ob­te­nir une vraie fonc­tion de dé­tente. Le dos­sier bas est com­pen­sé par de gros cous­sins ou par un sys­tème re­le­vable, avec plu­sieurs po­si­tions. » Le confort s’est per­fec­tion­né et sur­tout di­ver­si­fié. Les ca­na­pés sont sou­vent pro­po­sés en deux pro­fon­deurs et la pré­sence de la mé­ri­dienne ap­porte une note « lounge ». À no­ter, les mo­dules in­dé­pen­dants peuvent être so­li­da­ri­sés par une pe­tite pièce de mé­tal, si l’on sou­haite « re­fer­mer » l’en­semble.

Un confort trois-étoiles

L’as­sise doit être ferme et élas­tique. Tou­jours reine, la mousse de po­ly­uré­thane haute résilience (HR) reste la plus per­for­mante en termes de ner­vo­si­té et de du­ra­bi­li­té. La den­si­té doit être au mi­ni­mum de 30 kg par m3 pour as­su­rer une bonne te­nue. Cer­tains fa­bri­cants jouent sur ces pos­si­bi­li­tés pour un meilleur bien-être et in­sèrent sou­vent une couche de ouate ou de plumes sur la mousse pour com­bi­ner sou­tien et moel­leux. Les dos­siers s’ac­cordent plus de sou­plesse (mousse, plumes, mé­lange des deux ou fibres creuses) et la sus­pen­sion offre un sup­plé­ment de confort au ca­na­pé. L’idéal ? Des res­sorts ou des sangles élas­tiques en­tre­croi­sées, qui évitent l’ef­fet « ha­mac ». Chez Roche Bo­bois, elles sont larges (20 cm) et se touchent à la fa­çon d’un tram­po­line. Un gage de so­li­di­té.

SOUPLE. Com­po­si­tion confor­table au­tour d’une mé­ri­dienne et d’un ca­na­pé à la struc­ture pa­re­men­tée de mousse et de plumes d’oie, avec as­sises en Bultex et ga­lette de plumes, cous­sins de dos­sier en plumes. « Nils », 6249 €, de­si­gn Di­dier Go­mez, Ligne Ro­set.

ÎLOT POP. Ce pro­gramme d’as­sises mo­du­lables en mousse Bultex, fixables grâce à leur socle, per­met d’in­ves­tir l’es­pace en toute li­ber­té avec 4 hau­teurs et 7 formes dif­fé­rentes. « Box », 9 740 € l’en­semble, de­si­gn Di­dier Ver­sa­vel, Dé­sio. SO­LO, DUO, TRIO. Ces chauf­feuses s’agencent se­lon les envies, en lon­gueur pour créer un ca­na­pé ou en­core en quin­conce. Struc­ture en pan­neaux de par­ti­cules et mousse HR, cous­sins d’as­sise en mousse de po­ly­uré­thane HR et dos­sier en fibres creuses. « Ki­vik », H 45 ou 83 x L 90 x P 98 cm, 269 € l’une, Ikea.

CONFORT XXL. Quatre chauf­feuses dont une élec­trique, une mé­ri­dienne et un pouf pour prendre ses aises. Tê­tières re­le­vables et di­vers re­vê­te­ments. « Stan­ford », H 73 ou 83 x L 406 ou 305 x P 101cm, prix sur de­mande, Mobilier de France.

PUZZLE. Avec ces mo­dules per­son­na­li­sables ( large choix de ma­tières et de tis­sus), on joue avec l’es­pace et les cou­leurs mais on s’offre le confort : res­sorts No­sag et mousse haute résilience. Ac­cou­doirs op­tion­nels. « Udine », mo­dule à par­tir de 499 €, H & H. CLAS­SIQUE. Ces deux ban­quettes taupe en nu­buck avec liai­son d’angle sont équi­pées d’une sus­pen­sion à res­sorts mon­tés sur ro­tules. L’as­sise et le dos­sier sont en mousse po­ly­uré­thane HR re­cou­verte d’un mé­lange de plumes et de fibres. « Atrium », H 84 x L 120 + 132 + 180 x P 95 cm, à par­tir de 12 050 €, Du­vi­vier.

FAR­NIENTE. Ces chaises longues dé­hous­sables s’ins­tallent à la carte et sont ici sé­pa­rées par un pouf. As­sise en mousse HR et plumes d’oie, dos­sier en mousse HR et fibres. « Eole », H 78 x L 90 x P 148 cm, 2 170 €. Pouf, H 23 x L 47 x P 97 cm, 620 €, Roche Bo­bois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.