Ils volent le bar Nor­mand face au com­mis­sa­riat

Le Journal de l'Orne - - Actualités - Mis­sion » « sa

Ar­gen­tan. Dans la nuit du di­manche au lun­di 28 août, le bar Nor­mand, dans le quar­tier Saint-Martin à Ar­gen­tan a été la cible de cam­brio­leurs.

Du ta­bac et des jeux à grat­ter ont été vo­lés en grande quan­ti­té. Un acte qui déses­père la pro­prié­taire d’au­tant plus que son éta­blis­se­ment se si­tue à quelques mètres à peine du com­mis­sa­riat de po­lice d’Ar­gen­tan.

Seule­ment 15 jours en li­ber­té

Cette der­nière pense d’ailleurs quit­ter la ville « où elle ne se sent plus en sé­cu­ri­té » .

Les res­pon­sables du vol ont été attrapés par la po­lice dans la se­maine qui a sui­vi leur mé­fait. Ils ont été ju­gés sur re­con­nais­sance préa­lable de culpa­bi­li­té (CRPC) au tri­bu­nal d’Ar­gen­tan ven­dre­di 1er sep­tembre. William Le­blan et Goef­frey Jue, tous les deux dans la tren­taine ont été condam­nés à res­pec­ti­ve­ment 9 et 6 mois ferme de pri­son.

« Je veux quit­ter Ar­gen­tan ! »

William Le­blanc, ve­nait tout juste de sor­tir de pri­son. Ce­la fai­sait exac­te­ment 15 jours qu’il avait re­trou­vé sa li­ber­té.

La par­tie ci­vile a, en tout cas, loué le com­por­te­ment du fils du pro­prié­taire qui s’est re­trou­vé nez à nez avec les cam­brio­leurs qui étaient alors en train de dé­va­li­ser le ma­ga­sin de ses pa­rents.

Alors qu’ils étaient en va­cances, les pro­prié­taires du bar- ta­bac ont dû ren­trer en vi­tesse à Ar­gen­tan pour consta­ter les dé­gâts. Ex­cé­dés, ils pointent du doigt la po­li­tique de l’éclai­rage de la Cdc. « For­cé­ment, c’est la nuit noire à par­tir de 11 h 30. Les cam­brio­leurs ne se sont pas gê­nés ! En face du com- mis­sa­riat. C’est nor­mal, on ne voit plus rien. » « On ne se sent pas ai­dé ! Je veux quit­ter Ar­gen­tan et mettre mon com­merce en vente » , confie la pro­prié­taire.

Pré­sen­tant des troubles pré­cis, il sui­vait un trai­te­ment lourd à base de som­ni­fère. Ce même trai­te­ment qu’il échan­geait contre du ta­bac de­puis plu­sieurs jours avec des co­dé­te­nus. Or, c’est pen­dant

pour trou­ver du ta­bac qu’un sur­veillant va lui de­man­der de ren­trer dans sa cel­lule.

Le pré­ve­nu re­fuse. Et re­pousse vio­lem­ment une pre­mière fois le sur­veillant. Dans un se­cond temps, il re­pousse une se­conde fois avant de lui as­sé­ner deux vio­lents coups de poing. Au pre­mier coup, le

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.