Flo­rian Le­sel­lier brille à Nice

Le Journal de l'Orne - - La Une -

Le 2 sep­tembre der­nier, Flo­rian Le­sel­lier, pro­fes­seur de ju­do et coach spor­tif, s’est dé­pla­cé à Nice afin de par­ti­ci­per à son pre­mier concours. Le suc­cès ne s’est pas fait at­tendre !

À la base pro­fes­seur de ju­do puis tout fraî­che­ment di­plô­mé du titre de coach spor­tif, ce ju­do­ka de haut ni­veau (concur­rent de pre­mière di­vi­sion) s’est lan­cé un tout nou­veau dé­fi.

La mus­cu­la­tion est de­puis ses dé­buts de ju­do­ka in­dis­pen­sable. Seule­ment, ce­la ne fait que deux ans que le jeune homme de 26 ans a com­men­cé la pra­tique de la mus­cu­la­tion de fa­çon as­si­due. « De­puis que j’ai vé­ri­ta­ble­ment com­men­cé la mus­cu, mon corps change et c’est plai­sant de se voir mieux ! », sou­rit le jeune homme. Ce sport est, d’après lui, por­té par trop d’a prio­ri mais la réa­li­té est tout autre : « C’est un sport qui de­mande un grand nombre de connais­sances dié­té­tiques et phy­sio­lo­giques », confie Flo­rian qui avoue le pra­ti­quer pour le cô­té es­thé­tique qu’il donne au corps mais éga­le­ment « pour la per­for­mance et sur­tout la san­té que la mus­cu­la­tion ap­porte ».

Le concours

Le concours avait lieu le 2 sep­tembre à Nice et ac­cueillait des par­ti­ci­pants in­ter­na­tio­naux. Flo­rian Le­sel­lier s’y est ren­du après 2 mois de pré­pa­ra­tion sans au­cune pause. « L’avan­tage que j’ai, en étant pro­fes­seur de ju­do, c’est que j’ai les deux mois de va­cances sco­laires libres. Donc, j’ai pu tra­vailler sé­rieu­se­ment ma pré­pa­ra­tion pour le concours. » La pré­pa­ra­tion ne s’est pas seule­ment dé­rou- lée dans une salle de sport mais aus­si dans son as­siette. Car une diète contrai­gnante a dû être sui­vie afin d’ob­te­nir une masse grasse in­fé­rieure à 6 %. « C’était éprou­vant et com­pli­qué parce que j’aime man­ger. Mais, en fin de compte, ça en vaut le coup » , sou­rit le spor­tif.

Flo­rian à éga­le­ment dû s’en­traî­ner en salle six à sept fois par se­maine, soit 18 heures pas­sés à l’Orange Bleue d’Ar­gen­tan ou à Caen.

Le jour du grand prix de l’In­ter­na­tio­nal Fe­de­ra­tion of Bo­dyBuil­ding & Fit­ness, en­ten­dez par là la fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de Bo­dyBuil­ding et de fit­ness, le jeune homme a été frap­pé par le ni­veau des ath­lètes. Seule­ment, ce jour-là, c’est lui qui a été un des plus im­pres­sion­nant et a dé­cro­ché la deuxième place.

« Je ne me rends tou­jours pas compte de ce qu’il m’ar­rive car le ni­veau est plus éle­vé que les cham­pion­nats de France ; et que c’était ma pre­mière par­ti­ci­pa­tion à ce type de concours. » Deux mois de sa­cri­fices qui se concré­tisent et qui font ou­blier les mau­vais cô­tés. Le jeune homme a eu la chance de re­ce­voir un grand sou­tien de ses amis avec qui il pra­tique la même dis­ci­pline, mais éga­le­ment de sa femme. « C’est im­por­tant dans tout sport : si dans la tête ça ne va pas, le corps ne suit pas ! »

Suite à cette ex­pé­rience, Flo­rian Le­sel­lier compte se lan­cer dans de nou­veaux concours, no­tam­ment en mars lors des de­mi-fi­nales du cham­pion­nat de France.

Vous pou­vez suivre son par­cours sur son compte Ins­ta­gram : flo­rian.le­sel­lier

Flo­rian Le­sel­lier ne réa­lise tou­jours pas sa deuxième place au grand prix de Nice de Bo­dyBuil­ding.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.