Gillaine Ges­tin par­tage sa pas­sion de l’his­toire lo­cale

Gillaine Ges­tin, Bre­tonne d’ori­gine, ins­tal­lée à Vi­mou­tiers en 1971, est gree­ter. Elle ac­com­pagne les tou­ristes le temps d’une ba­lade.

Le Journal de l'Orne - - Auge Ornais - Men­tal »

Pas­sion­née de mu­sique, de pein­ture et sur­tout d’His­toire, Gillaine Ges­tin met à pro­fit sa re­traite pour faire par­ta­ger aux tou­ristes ses connais­sances sur l’his­toire lo­cale. Il faut dire que ce sec­teur re­gorge de per­son­nages cé­lèbres et d’anec­dotes en lien avec la grande His­toire. De­puis quatre ans, cette adhé­rente à la so­cié­té his­to­rique est gree­ter. « En fran­çais, ce­la si­gni­fie hôte. J’ac­cueille les tou­ristes gra­tui­te­ment et en amie, pour une ba­lade per­son­na­li­sée. Je ne suis pas guide, ce n’est pas une vi­site gui­dée des lieux. Il s’agit d’un ac­com­pa­gne­ment et d’un échange, le temps d’une ba­lade en ville ou en cam­pagne » . Le groupe ne doit pas ex­cé­der six per­sonnes, cha­cun de­vant se re­joindre par son propre moyen de lo­co­mo­tion sur les lieux de vi­site.

« Peu de gens savent ce qu’est un gree­ter »

Le lien entre les tou­ristes et le gree­ter est le site in­ter­net des Gree­ters et l’Of­fice de tou­risme. « Les of­fices de tou­risme de­vraient nous pro­po­ser des per­sonnes mais ce­la semble avoir du mal à fonc­tion­ner. Lors du der­nier congrès, il a été an­non­cé qu’il était en­vi­sa­gé de pro­po­ser nos ser­vices dif­fé­rem­ment » . Gillaine Ges­tin constate en ef­fet que « cette sai­son, je n’ai pas été sol­li­ci­tée une seule fois » . Du­rant l’été, elle s’est ma­ni­fes­tée par écrit au­près du maire, Guy Ro­main. « J’avais ap­pris qu’il avait de­man­dé à un ha­bi­tant d’or­ga­ni­ser une vi­site de la ville à un groupe de cam­ping ca­ristes. Il ne sa­vait pas que j’étais gree­ter » . Gillaine Ges­tin constate que « peu de gens savent ce qu’est un gree­ter » . Elle a juste été sol­li­ci­tée « au ni­veau dé­parte-

pour ac­com­pa­gner une jour­na­liste an­glaise ve­nue réa­li­ser un re­por­tage sur Char­lotte Cor­day. « C’était en mars der­nier. Nous nous sommes ren­dues à sa mai­son na­tale aux Cham­peaux et à l’église des Li­gne­rits » .

Site in­ter­net pour prendre ren­dez-vous

La jour­na­liste avait été hé­ber­gée au ma­noir de Cau­vi­gny, de­meure qui avait ap­par­te­nu aux grands-pa­rents pa­ter­nels de Char­lotte Cor­day. « L’ac­tuel pro­prié­taire l’avait ac­cueillie. Il a d’ailleurs ac­cep­té, sous ré­serve d’en être préa­la­ble­ment in­for­mé, que je puisse ame­ner des tou­ristes » . Gillaine par­tage ain­si ses connais­sances sur Char­lotte Cor­day, sur la fer­mière, Ma­rie- Ha­rel, ren­due cé­lèbre pour avoir créé le ca­mem­bert. Elle ra­conte aus­si l’his­toire des vi­traux de l’église Notre-Dame à Vi­mou­tiers, réa­li­sés par le cé­lèbre maître-ver­rier Ga­briel Loire, qu’elle avait eu l’oc­ca­sion de ren­con­trer. Et bien d’autres en­core.

Alors, en­vie de dé­cou­vrir une ville, une ré­gion, ac­com­pa­gné d’un ha­bi­tant pas­sion­né ? Con­nec­tez-vous sur le site des gree­ters : www.gree­ters-or­nenor­man­die.com

Gillaine Ges­tin se tient à la dis­po­si­tion de celles et ceux qui sou­haitent dé­cou­vrir le sec­teur avec son re­gard, ce­lui d’une pas­sion­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.