Vieillir est une « belle af­faire » pen­dant la Semaine Bleue

Le Journal de l'Orne - - Argentan - A.M. Plus d’in­for­ma­tions sur la suite de la pro­gram­ma­tion en pages Loi­sirs

Lun­di 2 oc­tobre, la Semaine Bleue ar­gen­ta­naise a fait ses pre­miers pas dans le Hall du Champ de Foire. Une semaine pour dis­cu­ter, échan­ger sur et avec les per­sonnes âgées. Le thème : « Vieillir la belle af­faire ».

La ma­la­die, la so­li­tude ou la mort sont ha­bi­tuel­le­ment des su­jets dé­li­cats à abor­der. Grâce à la Com­pa­gnie Bleu 202 et sa pièce Vieillir la belle af­faire l’ou­ver­ture de la pre­mière semaine bleue ar­gen­ta­naise a connu un grand suc­cès. Ils étaient près de 250 à s’être réuni dans le Hall du Champ de Foire. Des élèves de l’école d’aide soi­gnante et la classe d’Aide à la per­sonne de la MFR étaient dans le pu­blic.

Une pièce « hu­mo­ris­tique et émou­vante »

En pre­mière par­tie, après une mi­nute de si­lence en l’hon­neur du pré­sident de Bleu 202, Paul Van­nier, les say­nètes se sont en­chaî­nées. En si­tua­tion, une fille et sa mère at­teinte de la ma­la­die d’Alz­hei­mer ou en­core deux amis qui dis­cutent des mai­sons de re­traite pour la mère d’un d’entre eux.

Pour Pierre Trou­vé, membre de la troupe : « à tra­vers le spec­tacle, on aborde des thèmes dif­fi­ciles d’une autre fa­çon. Au dé­part, ça sem­blait vrai­ment être un dé­fi pour nous. Il fal­lait par­ler de choses comme le dé­pis­tage du can­cer, ou la ma­la­die d’Alz­hei­mer de ma­nière hu­mo­ris­tique, mais émou­vante. Nous avons écrit les say­nètes grâce à des té­moi­gnages que l’on nous a faits. Grâce à ce tra­vail, on ar­rive à prendre de la dis­tance et à se dire : si les per­son­nages peuvent en par­ler, moi aus­si, per­son­nel­le­ment, je peux le faire » .

Vieillis­se­ment et main­tien à do­mi­cile

Après la re­pré­sen­ta­tion, un mo­ment d’échange a eu lieu avec tout le pu­blic. Quatre in­ter­ve­nantes ont pu ré­pondre aux in­ter­ro­ga­tions : Dr San­drine Sou­chon, Pau­line Durand, in­fir­mière au S.S.I.A.D (Ser­vice de Soins In­fir­miers à Do­mi­cile), Ma­rine Re­gnard, cadre de sec­teur à l’UNA (Union Na­tio­nale de l’Aide) d’Ar­gen­tan et Marion Fer­til, co­or­di­na­trice au CLIC (Centre Lo­cal d’In­for­ma­tion et de Co­or­di­na­tion gé­ron­to­lo- gique) à l’an­tenne d’Ar­gen­tan.

« En France, le vieillis­se­ment est une dy­na­mique so­cié­tale. Il n’y a plus seu­le­ment le 3è âge, main­te­nant, on voit émer­ger le 4è voire le 5è âge. Il faut que la so­cié­té s’adapte. En Nor­man­die, le pro­blème se si­tue au ni­veau de la dé­ser­ti­fi­ca­tion. Qu’elle soit mé­di­cale ou bien au ni­veau des trans­ports ou des ser­vices comme La Poste, phar­ma­cies… » in­dique San­drine Sou­chon.

Au centre du dé­bat, le main­tien à do­mi­cile. Outre le phé­no­mène de dé­ser­ti­fi­ca­tion ru­rale, pour le Dr Sou­chon, « il y a trois choses im­por­tantes pour pou­voir res­ter vivre dans sa mai­son. La pre­mière, il faut sor­tir tous les jours. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige. L’ac­ti­vi­té phy­sique est très im­por­tante. Ce­la sti­mule la mé­moire et per­met de res­ter au­to­nome. La deuxième chose, il faut man­ger comme lorsque vous aviez 40 ans ! Trois re­pas par jour, même quatre avec le goû­ter. Vous avez le temps main­te­nant, man­gez ce que vous ai­mez sans ré­duire les quan­ti­tés. Le der­nier point, se faire plai­sir ! » .

Un pot de l’ami­tié or­ga­ni­sé par l’épi­ce­rie so­li­daire a clô­tu­ré l’in­ter­ven­tion des quatre pro­fes­sion­nelles de san­té et aus­si cette pre­mière jour­née de la Semaine Bleue.

Près de 250 per­sonnes ont été au rendez-vous, lun­di, dans le Hall du Champ de Foire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.