L’ov­ni In Bloom au Quai des Arts

Le Journal de l'Orne - - Loisirs - Cou­pon Pra­tique. Le spectacle a lieu jeu­di 19 oc­tobre au Quai des Arts, 20 h 30.

Danse. Le Sacre du Prin­temps de Stra­vins­ky est une oeuvre in­tem­po­relle et si puis­sante qu’elle a été re­vi­si­tée par de grands cho­ré­graphes comme Pi­na Bausch, Mau­rice Bé­jart ou en­core An­ge­lin Prel­jo­caj. Ini­tia­le­ment cho­ré­gra­phié par Va­slav Ni­jins­ki, ce ta­bleau où les hommes se livrent à la danse dans une grande cé­ré­mo­nie sa­crale païenne in­ter­roge l’ave­nir se­lon leurs rites.

Avec In Bloom, les cho­ré­graphes Pierre Bo­lo et An­na­belle Loi­seau ap­portent une nou­velle cou­leur à cette oeuvre « mo­nu­ment » en créant une ver­sion hip-hop in­édite, à la fois contem­po­raine et in­tui­tive, ré­so­lu­ment ur­baine. Sur scène, dans un dé­cor to­tem, dix dan­seurs forment une mo­saïque d’hommes et de femmes in­domp­tables et exal­tés, dans la har­diesse de leur éner­gie et fi­dèles à leur vo­ca­bu­laire riche et sen­sible.

L’im­por­tance de la mu­sique

Les corps vi­re­voltent, à l’image d’une bat­tle de hip-hop ou d’une rave par­ty, comme pour se pro­té­ger d’une réa­li­té éco­no­mique et so­ciale et faire naître les fruits de leur épa­nouis­se­ment. Une flo­rai­son qui porte le sceau de Nir­va­na et de sa chan­son, In Bloom, sur le sa­cri­fice d’une jeu­nesse à la fois dé­çue et por­teuse d’es­poirs.

Une pièce qui res­pire une jeu­nesse ou­verte, épa­nouie et éman­ci­pée, por­tée par une ronde d’ado­les­cents dont la danse prend ap­pui sur la terre pour cher­cher l’en­vol.

L’im­por­tance de la mu­sique est in­dé­niable. Bien qu’il existe le sou­hait de don­ner de l’im­por­tance à la cho­ré­gra­phie de Ni­jins­ki, car elle est souvent mise au se­cond plan, le dé­fi ré­side da­van­tage dans le domp­tage de la par­ti­tion mu­si­cale.

Sur scène à l’en­trée du pu­blic

La com­pa­gnie a choi­si la ver­sion de Pierre Bou­lez et l’or­chestre de Cle­ve­land car les par­ties ryth­miques sont ma­gni­fi­que­ment ci­se­lées sans man­quer de ron­deurs, l’or­ches­tra­tion est très pré­cise. Les com­po­si­teurs Yvan Tal­bot et Phi­lippe Pham Van Tham ont ré­pon­du pré­sents pour créer une in­tro­duc­tion qui sou­ligne la mise en scène.

Pen­dant l’en­trée du pu­blic, les dan­seurs sont dé­jà pré­sents comme si les loges étaient sur scène. La mise en place se fait à vu pour une meilleure en­trée dans l’uni­vers et pour mar­quer une scé­no­gra­phie brute de théâtre où l’ar­chi­tec­ture et les pro­jec­teurs sont l’es­sence du dé­cor. Ils sont en jeu, comme un par­te­naire cho­ré­gra­phique.

L’oeuvre de Stra­vins­ki est faite de deux grandes par­ties avec cha­cune une in­tro­duc­tion. Comme si le temps avait pas­sé, l’entre-deux-actes est par­ti­cu­liè­re­ment sou­li­gné. Un in­ter­lude ha­billé par la voix du chef d’or- chestre Leo­nard Bern­stein qui, lors d’une ré­pé­ti­tion à Sal­zeau, nous livre sa vi­sion du Sacre.

à rem­plir (et à re­tour­ner au jour­nal) pour ga­gner une en­trée. Quatre gagnants se­ront ti­rés au sort mar­di 17 oc­tobre à 12 h. Les noms se­ront com­mu­ni­qués dans le pro­chain nu­mé­ro du Jour­nal de l’Orne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.