Eve­lyne Bloch-Da­no perce les mys­tères du ques­tion­naire de Proust

L’écri­vain Éve­lyne Bloch-Da­no, qui a été prof au ly­cée Me­ze­ray, a en­quê­té sur le ques­tion­naire de Proust. Son der­nier livre, pa­ru chez Stock, brosse le por­trait d’une gé­né­ra­tion, celle des jeunes filles en fleur et de la bour­geoi­sie de la Belle Époque.

Le Journal de l'Orne - - Argentan - Ma­man » ma­man » res­sait » Graal » « saint Ni­co­las GIORGI Une jeu­nesse de Mar­cel Proust, Éve­lyne Bloch-Da­no, chez Stock. 19,50 €. Ren­contre-si­gna­ture à la mé­dia­thèque Fran­çois-Mit­ter­rand à Ar­gen­tan le sa­me­di 18 no­vembre de 14 h 30 à 17 heures.

Quel se­rait son plus grand mal­heur ? « Être éloi­gné de

, qu’il cor­rige d’un trait de plume par « être sé­pa­ré de

. Le lieu où il ai­me­rait vivre ? « Au pays de l’idéal, ou plu­tôt de mon idéal » .

Le sou­ci de la langue, l’at­ten­tion aux dé­tails, le ca­rac­tère, tout est dé­jà là.

Lors­qu’il rem­plit le fa­meux « ques­tion­naire » qui por­te­ra son nom, en sep­tembre 1887, le jeune Mar­cel n’a que 16 ans et n’est pas en­core l’au­teur de la Re­cherche.

Juste un ado­les­cent qui ré­pond aux ques­tions de l’al­bum Con­fes­sions que lui a ma­li­cieu­se­ment glis­sé entre les mains son amie An­toi­nette Faure, la fille du fu­tur pré­sident de la Ré­pu­blique, et sa pe­tite bande d’amies.

Le « ré­seau so­cial de l’époque »

Il s’agit d’un jeu de société très po­pu­laire à la fin du XIXe siècle. Une mode ve­nue tout droit d’An­gle­terre.

« Ce jeu consiste à pré­sen­ter cet al­bum à ses amis et à les faire ré­pondre à ces ques­tions. C’est un peu le ré­seau so­cial de l’époque » , com­pare Éve­lyne Bloch-Da­no.

L’au­teure, qui vit de­puis plus de 20 ans à l’Étang- la- Ville, vient de pu­blier Une jeu­nesse de Mar­cel Proust, aux édi­tions Stock. Un au­teur avec qui elle nour­rit une re­la­tion par­ti­cu­lière, puis­qu’elle avait dé­jà pu­blié Ma­dame Proust, une bio­gra­phie sur « ma­man » , en 2004. Un livre ré­com­pen­sé du Prix Re­nau­dot de l’es­sai.

« C’est un au­teur ma­jeur. En tout cas c’est l’écri­vain qui, je pense, est le plus im­por­tant pour moi, le plus pro­fond, vers le­quel je re­viens. »

Cette Prous­tienne note d’ailleurs un re­tour en force de l’au­teur de Du cô­té de chez Swann.

« Proust, tout le monde en parle énor­mé­ment, se ré­fère à lui sans l’avoir for­cé­ment lu. Mais ça n’a pas tou­jours été comme ça. Ce phé­no­mène est re­la­ti­ve­ment ré­cent. »

Son livre, à mi-che­min entre l’es­sai et la bio­gra­phie, lui a de­man­dé trois ans de tra­vail. Mais l’idée lui trot­tait dans la tête de­puis au moins 10 ans.

Il se ré­vèle une en­quête pal­pi­tante sur le fa­meux ques­tion­naire, ici pré­texte à une ex­plo­ra­tion de la jeu­nesse do­rée de la Belle Époque.

« L’idée ori­gi­nale était de dé­cryp­ter l’al­bum, ce qui n’avait ja­mais été fait. Je vou­lais mieux cer­ner le jeune gar­çon qu’était Proust à l’époque, en le re­met­tant dans son contexte. C’est sur­tout l’ado­les­cent qui m’in­té- , pour­suit-elle.

Un ado­les­cent d’au­tre­fois

« L’éclai­rage in­di­rect est sou­vent pro­pice à dé­ce­ler les re­liefs et les creux » , comme l’écrit l’écri­vain dans son livre. « Tout est par­ti de cet al­bum Con­fes­sions, ra­conte-t-elle. En 2014, j’ai pu avoir ac­cès aux do­cu­ments. J’en garde un sou­ve­nir ex­tra­or­di­naire, car ça fai­sait long­temps que je l’at­ten­dais. Pour moi, ça a été une quête qui abou­tis­sait » , confesse Éve­lyne Bloch-Da­no, qui a été au­to­ri­sée à prendre quelques pho­tos du

. Les ré­ponses de Proust à ce ques­tion­naire nous montrent un gar­çon ex­trê­me­ment sen­sible, doué d’une grande ma­tu­ri­té. Dé­jà si sin­gu­lier. « Les pré­mices de l’écri­vain qu’il al­lait de­ve­nir, et cette pé­riode de re­cherche de lui- même et de son iden­ti­té » , comme le ré­sume Éve­lyne Bloch-Da­no.

Vul­ga­ri­sé, my­thi­fié, su­jet à mille va­ria­tions, le ques­tion­naire a de­puis fait le tour du monde. Il est aus­si de­ve­nu un ob­jet té­lé­vi­suel. Ber­nard Pi­vot le po­pu­la­rise, dans son émis­sion Bouillon de culture, à la fin des an­nées 90.

« Il est de­ve­nu une forme pure, un genre, un pa­ra­digme » , mais n’avait ja­mais été contex­tua­li­sé. C’est dé­sor­mais chose faite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.