Un tri­cot, une mé­moire et des his­toires

Le Journal de l'Orne - - Argentan - Louise CHAPPE

Pour la pre­mière fois, l’ar­tiste Ma­rie-France Du­bro­mel a ex­po­sé dans la ré­gion son tra­vail, avec la mer­ce­rie am­bu­lante du 24 juin au 30 sep­tembre à la médiathèque Fran­çois-Mit­ter­rand.

Cette gla­neuse, dont la de­vise est « le fil rouge va où il veut », a mon­tré au pu­blic son ca­bi­net de cu­rio­si­té per­son­nel, com­po­sé d’ob­jets de la vie or­di­naire qui, peut-être, dis­pa­raî­tront dans les an­nées à ve­nir.

À tra­vers ses oeuvres, elle lie ces pe­tites his­toires à une plus grande, au­tour du thème de la mé­moire et du voyage. El­le­même, à l’ori­gine bi­blio­thé­caire, a un goût pour les livres, les traces et les sou­ve­nirs. On a ici, d’après Isa­belle Bo­scher, vi­ce­pré­si­dente d’Ar­gen­tan In­ter­com, « le re­gard d’une ar­tiste sur le monde qui est le nôtre » .

Un pro­jet d’ex­pres­sion

Du­rant cette ex­po­si­tion, a eu lieu la confec­tion du tri­cot de mé­moire. Les vi­si­teurs étaient, en ef­fet, in­vi­tés, avec un feutre rouge, à cou­cher sur des bandes de tis­su leurs sou­ve­nirs, leurs doutes ou leurs si­lences.

Une grande li­ber­té d’ex­pres­sion est alors ga­ran­tie par le tri­co­tage de ces his­toires, dont ne reste vi­sible que le pré­nom de l’au­teur qui est pour Ma­rieF­rance Du­bro­mel une « idée de nom­mer contre l’ou­blie » .

C’est d’ailleurs l’ar­tiste qui a com­men­cé ce pro­jet, en com­men­çant à écrire au feutre rouge. Puis, son amie et an­cienne col­lègue, Na­dine Pierre, di­rec­trice de la médiathèque, l’a ter­mi­né.

Elle re­prend ce prin­cipe d’un concept po­sé en 2004 dans une autre de ses ex­po­si­tions en Bel­gique et de son pre­mier tri­cot sur son his­toire per­son­nelle, le « tri­cot du vé­cu », com­men­cé en 2001 et tou­jours en pro­gres­sion.

Le franc suc­cès du tri­cot

Une cen­taine de per­sonnes ont, chaque jour, dé­am­bu­lé dans l’ex­po­si­tion et par­ti­ci­pé au tri­cot de mé­moire ; un suc­cès in­es­pé­ré pour l’ar­tiste. Cette oeuvre a ren­con­tré un franc suc­cès au­près de toutes les gé­né­ra­tions qui ont dé­ci­dé de se li­vrer et de créer une mé­moire col­lec­tive.

L’ar­tiste a, par exemple, aper­çu un jeune étu­diant en psy­cho­lo­gie, une classe de BTS où le pro­fes­seur ini­tiait ses élèves au tri­cot, et une adulte qui ai­dait un gar­çon de 10 ans à tri­co­ter sa propre his­toire.

Le don de la mé­moire ar­gen­ta­naise

Il y a un fil rouge entre cette dé­mons­tra­tion et les vi­si­teurs qui créent leur propre voyage au sein de l’ex­po­si­tion en se l’ap­pro­priant. Ma­rie- France Du­bro­mel vou­lait d’ailleurs qu’ils « s’y sentent bien, là comme chez eux, à faire comme à la mai­son » . Le jeu­di 2 no­vembre, cette oeuvre d’1,50 m de long a été re­mise par Ma­rie-France Du­bro­mel à la di­rec­trice en pré­sence d’Isa­belle Bo­scher. D’après l’ar­tiste, « c’est la po­pu­la­tion qui fait le don » , au fonds lo­cal de la médiathèque, du tri­cot comme étant le té­moi­gnage de l’ex­po­si­tion et la mé­moire des vi­si­teurs.

Peut-être que, dans 150 ans, quel­qu’un dé­noue­ra ce tri­cot pour y lire les his­toires qu’il ren­ferme et les trans­mettre aux gé­né­ra­tions fu­tures.

De gauche à droite : Isa­belle Bo­scher, vice-pré­si­dente d’Ar­gen­tan In­ter­com ; Ma­rie-France Du­bro­mel, l’ar­tiste ; Na­dine Pierre, di­rec­trice de la médiathèque, lors de la re­mise du tri­cot de mé­moire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.