La grogne en marche à l’école Cu­rie

Mau­vaise sur­prise pour les élus cléon­nais, les en­sei­gnants et pa­rents d’élèves de l’école élé­men­taire Cu­rie. Ils ont ap­pris, ven­dre­di, la fer­me­ture d’une classe !

Le Journal d'Elbeuf - - La Une -

La carte sco­laire 2017-2018, pu­bliée à l’is­sue de la réunion du groupe de tra­vail de ven­dre­di der­nier, ne fait pas que des heu­reux, loin de là. Si l’ins­pec­trice d’aca­dé­mie est re­ve­nue sur quelques me­sures (sept an­nu­la­tions de fer­me­tures mais pas celle concer­nant l’école élé­men­taire Jules-verne de Saint-pier­re­lès-el­beuf, voir ci-des­sous), elle a éga­le­ment pro­non­cé de nou­velles ou­ver­tures (douze) et sur­tout fer­me­tures (qua­torze). Dans cette der­nière ca­té­go­rie ap­pa­raît, contre toute at­tente, l’école élé­men­taire Cu­rie de Cléon. Une me­sure qui a fait l’ef­fet d’une bombe, per­sonne ne s’at­ten­dant à une telle dé­ci­sion. « C’est une sur­prise to­tale, confirme Frédéric Marche, maire de Cléon. Nous avions ren­con­tré, le 26 jan­vier à Rouen, la DA­SEN (di­rec­trice aca­dé­mique des ser­vices de l’éducation na­tio­nale) qui nous avait as­su­ré qu’il n’y avait pas d’in­quié­tude à avoir, au­cune fer­me­ture n’étant en­vi­sa­gée ». À tel point que, lun­di ma­tin, l’ins­pec­teur de la cir­cons­crip­tion de Saint-etienne-du-rou­vray (à la­quelle ap­par­tient Cléon, de­puis le re­dé­cou­page in­ter­ve­nu il y a deux ans) n’avait même pas été in­for­mé of­fi­ciel­le­ment ! Il l’a ap­pris dans la jour­née.

Pour­quoi ce re­vi­re­ment ? Il semble qu’il faille trou­ver les rai­sons dans les me­sures an­non­cées par Em­ma­nuel Ma­cron de li­mi­ter à douze le nombre d’élèves par classe en

zone d’éducation prio­ri­taire REP + (*). De­puis jan­vier, les élec­tions sont en ef­fet pas­sées par là et comme il faut faire vite, le mi­nis­tère semble bien pro­cé­der à du dé­tri­co­tage, n’hé­si­tant pas à désha­biller Pierre pour ha­biller Paul, sans vi­si­ble­ment se sou­cier de la réa­li­té du ter­ri­toire, ce que re­grette Frédéric Marche : « Nous sommes lan­cés dans un projet de re­nou­vel­le­ment ur­bain mais il n’y a pas de prise en compte. C’est le même sché­ma que pour la crèche des Brû­lins. Nous avons une vo­lon­té de main­te­nir les ser­vices pu­blics mais, der­rière, on fait tout pour nous sa­von­ner la planche » .

Dans cette école inau­gu­rée le 9 juillet 1964 (l’an­née de nais­sance du maire ac­tuel !), il y a seize classes. Cette an­née, il y en avait huit oc­cu­pées : 2CP, 2 CE1, 1CE1-CE2, 1CM1, 2CM2. Du fait de la sup­pres­sion d’un poste, il pour­rait donc ne plus y en avoir que sept à la pro­chaine ren­trée

alors que l’ef­fec­tif an­non­cé (160 contre 158 cette an­née) est stable. Voire en pro­gres­sion puisque 84 élèves sont an­non­cés élèves sont an­non­cés en CP, pour deux écoles.

Très forte mo­bi­li­sa­tion

Dès lun­di, les en­sei­gnants se sont donc mis en grève pour ma­ni­fes­ter leur in­com­pré­hen­sion par rap­port à la mé­thode et sur­tout leur désac­cord sur le fond, d’au­tant que le poste en moins concerne l’en­sei­gnante qui por­tait de nom­breux pro­jets édu­ca­tifs. Mar­di et mer­cre­di, c’était au tour des pa­rents d’élèves, so­li­daires, de blo­quer l’école. La mu­ni­ci­pa­li­té, quant à elle, a l’in­ten­tion de sai­sir la nou­velle dé­pu­tée de la cir­cons­crip­tion, Si­ra Syl­la, afin de lui de­man­der d’in­ter­ve­nir dans l’es­poir de voir l’ins­pec­tion aca­dé­mique re­ve­nir sur cette dé­ci­sion.

Mer­cre­di, la mo­bi­li­sa­tion a pris de l’am­pleur avec l’oc­cu­pa­tion de l’école ma­ter­nelle

Ca­pu­cine, qui « ali­mente » l’école Cu­rie, et la pé­ti­tion lan­cée par les pa­rents d’élèves de l’école Cu­rie avait dé­jà re­cueilli plus de 220 si­gna­tures. Une de­mande d’en­tre­tien a été for­mu­lée au­près de la DA­SEN (à l’heure de notre bou­clage, sans ré­ponse). Le mou­ve­ment va conti­nuer, sous une forme res­tant à dé­ter­mi­ner. Ce jeu­di, les pa­rents d’élèves doivent se réunir afin d’étu­dier la ma­nière de pour­suivre l’ac­tion. La ba­taille ne fait que com­men­cer… mais les va­cances vont venir vite !

Pa­trick PELLERIN

* La ville de Cléon n’est pas en REP +, clas­se­ment au­quel elle pour­rait pré­tendre, mais seule­ment en REP, ce clas­se­ment étant opé­ré à par­tir de la zone du col­lège Jacques-brel qui couvre aus­si les com­munes de Tour­ville-la-ri­vière, Fre­neuse et Sot­te­ville-sous-le-val.

So­li­daires des en­sei­gnants, les pa­rents d’élèves ont blo­qué l’école mar­di et mer­cre­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.