Les com­merces ou­verts en conti­nu le ven­dre­di

Sur pro­po­si­tion de la mai­rie et de l’as­so­cia­tion Les Vi­trines du pays d’el­beuf, les com­merces de la ville res­tent ou­verts en conti­nu tous les ven­dre­dis, sans fer­me­ture le mi­di.

Le Journal d'Elbeuf - - La Une - Do­rian LE JEUNE

Faites-vous par­tie de ceux qui quittent trop tard le tra­vail ou le com­mencent trop tôt pour avoir le temps de consom­mer hors de votre temps libre du week-end ? Si tel est le cas, un cré­neau ho­raire se dé­gage pour vous le ven­dre­di mi­di. En ef­fet, la mai­rie d’el­beuf est par­tie du pos­tu­lat se­lon le­quel les ac­tifs ne dis­posent pas de la li­ber­té de consom­mer en se­maine, puisque le temps de tra­vail se su­per­pose au temps d’ou­ver­ture des com­merces. Conjoin­te­ment avec les Vi­trines du pays d’el­beuf (LVPE, as­so­cia­tion de com­mer­çants), la mu­ni­ci­pa­li­té a pro­po­sé aux com­merces adhé­rents ou non de l’as­so­cia­tion de pour­suivre leur ac­ti­vi­té les ven­dre­dis mi­di.

L’idée est née à par­tir d’une étude me­née à la de­mande de l’hô­tel de ville sur les bé­né­fices de la jour­née conti­nue, réa­li­sée au­près de com­merces pra­ti­quant ces horaires. « Un cer­tain nombre de per­sonnes nous disent qu’elles ai­me­raient consom­mer sur le temps du mi­di, af­firme le maire Djou­dé Me­ra­bet. J’ai donc de­man­dé à l’as­so­cia­tion des Vi­trines du pays d’el­beuf d’es­sayer de voir de quelle ma­nière, col­lec­ti­ve­ment, on pou­vait mettre en place une jour­née com­mune où le consom­ma­teur el­beu­vien pour­rait le faire. »

« Les ha­bi­tudes de vie ont chan­gé »

Pour ce ven­dre­di 23 juin, jour d’inau­gu­ra­tion de l’ac­tion, le maire a ren­du vi­site à Pa­trice et Pierre, qui tiennent la bou­tique de cor­don­ne­rie du 98, rue des Mar­tyrs. Un lé­ger par­fum de cuir à l’en­trée et des sou­rires der­rière le comptoir. Ils ap­prouvent de quelques ho­che­ments de tête lorsque le maire par­tage son

ana­lyse. « Par ma fonc­tion, je vois les mu­ta­tions de la so­cié­té. Si le com­merce ac­tuel ne s’y adapte pas, il en meurt, af­firme l’élu. Les ha­bi­tudes de vie ont chan­gé. Les gens veulent plus de loi­sirs et plus de temps, alors ils veulent or­ga­ni­ser leur jour­née pour ne pas pas­ser leur temps aux courses le sa­me­di. »

D’après Pa­trice, d’autres ne par­tagent pas né­ces­sai­re­ment cette idée. Il ex­plique que

« quand [il] dis­cute un peu avec d’autres com­mer­çants, cer­tains disent que vu la si­tua­tion ac­tuelle, ça ne mar­che­ra pas du tout, que ce n’est pas parce qu’on va ou­vrir un mi­di que ça va être mieux. » Pour-

tant, son expérience en ga­le­rie lui a mon­tré que les pe­tites bou­tiques perdent leurs clients qui « s’échappent en grande sur­face » car « en ville, ils ne trouvent rien d’ou­vert » sur

les heures libres comme celles

entre mi­di et qua­torze heures. C’est pour­quoi il trouve cette ini­tia­tive très in­té­res­sante, sur­tout lors­qu’un com­merce se trouve être un ser­vice, comme celle de ré­pa­ra­tion de chaus­sures, dans ce cas pré­cis.

Du cô­té des clients, l’ou­ver­ture en conti­nu est très bien ac­cueillie. Clau­dine, ve­nue faire un double d’une clé, as­sure que

« c’est ar­ran­geant pour les gens qui tra­vaillent, car c’est pen­dant l’heure du mi­di qu’ils ont le temps de faire leurs achats, si­non ça les oblige à re­ve­nir le soir. »

Le refus d’une di­zaine de bou­tiques

Ar­naud Tré­pa­gny, pré­sident de l’as­so­cia­tion LVPE, as­sure que « tout le monde trouve

ça utile », bien qu’une di­zaine des quatre-vingts com­mer­çants ait pour l’ins­tant re­fu­sé l’ou­ver­ture conti­nue pour di­verses rai­sons. Il reste confiant pour les convaincre sous peu, af­fir­mant que « d’une ma­nière ob­jec­tive, on est sur une très bonne ap­proche du projet ». Pré­vue pour six mois, l’opé­ra­tion pour­rait bien de­ve­nir dé­fi­ni­tive si les bien­faits se trouvent être aus­si concluants que le dé­montre l’étude.

Le maire Djou­dé Me­ra­bet aux cô­tés du cor­don­nier Pa­trice Pa­ris et de son col­lègue Pierre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.