La der­nière ren­trée de Mi­chèle Liau­det et Pa­trice Phi­lippe

Si la ren­trée sco­laire gé­nère tou­jours un pin­ce­ment au coeur, que ce soit chez les en­fants ou les pa­rents, elle a un goût par­ti­cu­lier lors­qu’il s’agit de la der­nière pour l’en­sei­gnant. C’est le cas pour Mi­chèle Liau­det et Pa­trice Phi­lippe à saint-pierre-l

Le Journal d'Elbeuf - - Actualité - Pro­pos recueillis par Mi­chel GUIL­BERT

La ten­sion était pal­pable à l’école Jules Verne ce lun­di ma­tin en rai­son de l’in­cer­ti­tude qui plane quant au nombre de classes pour l’an­née à ve­nir. Pa­trice Phi­lippe, le di­rec­teur, et Mi­chèle Liau­det, pro­fes­seure des écoles, avaient eux un pe­tit pin­ce­ment au coeur en sa­chant que dans un an, ils fe­ront par­tie des re­trai­tés de l’édu­ca­tion na­tio­nale. Nous les avons ren­con­trés. Comment res­sen­tez-vous cette ren­trée ?

Pa­trice Phi­lippe : « Après qua­rante ans de mé­tier, j’ai for­cé­ment un pe­tit pin­ce­ment au coeur à l’oc­ca­sion de ma der­nière ren­trée ».

Mi­chèle Liau­det : « J’ai moins d’an­cien­ne­té que Pa­trice. Si une ren­trée sco­laire reste une ren­trée, ce­la m’a fait tout drôle quand en ren­trant dans ma classe ven­dre­di, je me suis dit : c’est la der­nière fois ». - Ré­su­mez-nous votre car­rière

P.P. : « De­puis tout jeune j’ai vou­lu tra­vailler dans le mi­lieu en­sei­gnant, et en troi­sième, j’ai pas­sé brillam­ment le concours d’en­trée, et ai pour­sui­vi mes études à Lou­viers.

Mes pre­mières an­nées je les ai exer­cées au Havre, et en 1982 suis ar­ri­vé à l’école Vic­tor-hu­go et en 2002 à l’école PaulBert, toutes deux à Saint-aubin-lès-el­beuf. De­puis 2012, je suis à Jules-verne, pour une

der­nière an­née 2017-2018 ».

M.L :« J’ai tra­vaillé à La Poste puis à L’ANPE et même bar­maid, avant de pas­ser le concours de l’école nor­male en 1986, et de dé­bu­ter comme Pa­trice au Havre.

Après une an­née par­ta­gée entre l’école et le ter­rain, j’ai été nom­mée à Dar­né­tal puis à Saint-aubin où j’ai eu la chance d’en­sei­gner dans les trois écoles. Après avoir en­sei­gné deux ans à l’école

ma­ter­nelle voi­sine Malot, j’ai in­té­gré l’école Jules Verne il y a quinze ans, en 2003 où je n’ai connu que les CE1-CE2 » .

Le Jour­nal d’el­beuf : Avez­vous dé­jà pré­pa­ré votre ave­nir ?

P. P : « Si je risque d’être moins en vue dans l’ag­glo­mé­ra­tion, je ne vais sur­tout pas bais­ser les bras chez moi à Mon­taure. Je compte m’in­ves­tir un peu plus dans ma com­mune, puisque je fais dé­jà par­tie de l’as­so­cia­tion de pa­rents d’élèves. Cet in­ves­tis­se­ment se­ra d’ordre po­li­tique, mais aus­si as­so­cia­tif, ce en tous do­maines : spor­tif, cultu­rel et bien d’autres. Une chose est sûre, je com­bat­trai comme je l’ai tou­jours fait, les in­éga­li­tés. Sin­cè­re­ment si je suis content de ma car­rière, je veux être fier de ma re­traite. Mais avant, il reste une an­née ! »

M.L : « Moi je vais pas­ser le reste de ma vie à lut­ter contre la mère de tous les vices : l’oi­si­ve­té. Je compte pour­suivre la rando, la danse de sa­lon, mais aus­si le snoo­ker, et en­tre­te­nir ma forme en gé­né­ral ».

Pa­trice Phi­lippe et Mi­chèle Liau­det heu­reux de leur der­nière ren­trée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.