Clau­dine Boi­vin, une ar­tiste aux mul­tiples fa­cettes

Le Journal d'Elbeuf - - Agglomération -

La sculp­trice vient de pu­blier son troi­sième livre, qui aborde son par­cours pro­fes­sion­nel. Le pas­sage de té­moin évoque tout ce qu’elle n’a ja­mais osé dire quand elle fai­sait par­tie de l’édu­ca­tion Na­tio­nale en tant que pro­fes­seur de Lettres clas­siques.

En qua­rante-deux ans d’en­sei­gne­ment, Clau­dine Boi­vin a vu les choses chan­ger. Et a vou­lu té­moi­gner de ces évo­lu­tions dans le livre qu’elle a pu­blié ré­cem­ment, Le pas­sage de té­moin.

Quand elle a écrit ce texte, « nous étions sous le règne de Na­jat Val­laud-bel­ka­cem et j’en avais des choses à dire. Le sys­tème n’est plus édu­ca­tif, les en­fants sont épui­sés mais ne font stric­te­ment rien sur le plan sco­laire, dé­plore la Lon­daise. On a vou­lu sup­pri­mer les bases comme l’or­tho­graphe et la gram­maire. » Clau­dine se sou­vient d’un ins­pec­teur qui lui a re­pro­ché de vou­loir faire ré­flé­chir ses élèves. Pour lui, on al­lait vers une ci­vi-

li­sa­tion en deux ca­té­go­ries : les gens qui sau­ront et les gens qui obéi­ront. Ce­pen­dant, un cha­pitre de son livre in­siste sur ce qui l’a émer­veillée, sur les bons mo­ments pas­sés avec les élèves tout au long de sa car­rière.

Sculp­ture et écri­ture

Fille d’un coif­feur d’el­beuf, rue Bou­cher de Perthes, elle est

at­ta­chée à ses ra­cines. D’abord ins­ti­tu­trice, elle a en­sei­gné le la­tin au ly­cée Mau­rois, puis en tant que PEGC le fran­çais, l’his­toire et la géo­gra­phie à Saint-pierre-lèsEl­beuf, pour ter­mi­ner sa car­rière à Saint-au­bin-lès-el­beuf en his­toire et géo­gra­phie.

Elle a com­men­cé la sculp­ture à 59 ans, grâce à une amie qui l’a ini­tiée. C’est de­ve­nu sa grande pas­sion : « J’ai tou­jours ai­mé sculp­ter ! La sculp­ture ne construit rien, elle ré­vèle l’es­sen­tiel de ce qui était en­fer­mé dans un bloc brut. Par mon mé­tier d’en­sei­gnante, j’ai ten­té de sculp­ter l’es­prit des en­fants pour qu’ils ré­vèlent le meilleur d’eux­mêmes », a- t- elle écrit sur la qua­trième de cou­ver­ture de son pre­mier re­cueil de poé­sies, Pro­pos à re­coudre. Elle est aus­si don­neuse de voix, c’est-à-dire qu’elle en­re­gistre des livres pour des non-voyants.

Un qua­trième livre en pré­pa­ra­tion

Pour Clau­dine Boi­vin, écrire est un be­soin. La sculp­ture, elle, est très phy­sique, et la Lon­daise de­vra donc ar­rê­ter cette pas­sion un jour. Un qua­trième livre est en pré­pa­ra­tion sur les femmes de sa fa­mille, qui ne se­ra peut-être pas pu­blié.

Clau­dine Boi­vin as­sure el­le­même la vente de son livre, mais on peut aus­si se le pro­cu­rer à la li­brai­rie La Pléiade, à El­beuf, et une séance de dé­di­caces se­ra bien­tôt or­ga­ni­sée à la Londe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.