Faux plom­biers et po­li­ciers si­gna­lés

Le Journal d'Elbeuf - - La Une -

GARE AUX AR­NAQUES

Vul­né­rables parce que plus âgées ou trop confiantes, les se­niors consti­tuent des cibles par­faites pour les au­teurs de vols par ruse ou fausse qua­li­té, ces mal­fai­teurs dé­gui­sés en po­li­ciers, en plom­biers ou en agents des eaux.

En Seine-ma­ri­time, près de 70 faits de vols par fausse qua­li­té ont été re­cen­sés en 2017. Pour Ni­co­las de Gol­mard, chef de la Sû­re­té dé­par­te­men­tale et ad­joint du di­rec­teur dé­par­te­men­tal char­gé de l’in­ves­ti­ga­tion, l’as­pect es­sen­tiel pour faire di­mi­nuer ce type de dé­lin­quance reste la prévention. « Gé­né­ra­le­ment, les per­sonnes vul­né­rables n’ont pas les bons ré­flexes face à ces vo­leurs ra­pides, ef­fi­caces et dif­fi­ciles à cer­ner », re­grette-t-il.

« Ils si­mulent une in­ter­pel­la­tion »

De­puis quelque temps, le mode opé­ra­toire de cer­tains d’entre eux a chan­gé. « Ils opèrent en deux phases : un faux agent des eaux ou autre, par­vient à en­trer chez une vic­time, puis deux autres per­sonnes ar­rivent, se pré­sen­tant comme des po­li­ciers. Ils

vont même jus­qu’à si­mu­ler une in­ter­pel­la­tion de leur com­plice » , ex­plique Ni­co­las de Gol­mard.

Cette mésa­ven­ture est ré­cem­ment ar­ri­vée à un couple de re­trai­tés el­beu­viens. « Une per­sonne se pré­sen­tant comme un agent de Veo­lia est ve­nue voir ma femme alors qu’elle ren­trait dans le ga­rage, ex­plique cet ha­bi­tant du quar­tier du Bu­quet. Il lui di­sait qu’il était en train de faire une en­quête pour voir si notre eau était pol­luée. Il a tra­ver­sé la cave avec ma femme, puis je me suis dé­pê­ché de le faire par­tir. » Quelques ins­tants plus tard, deux hommes se pré­ten-

dant po­li­ciers ont son­né à la porte du couple. « Ils in­sis­taient pour ren­trer en di­sant qu’ils étaient à la re­cherche d’un mal­frat, re­late l’el­beu­vien. Je ne me suis pas lais­sé avoir et je les ai lais­sés de­hors. »

Si ce couple de re­trai­tés s’en est sor­ti sans pré­ju­dice, ce n’est pas le cas à chaque fois. Un autre El­beu­vien de 90 ans a dû être hos­pi­ta­li­sé après la vi­site, à son do­mi­cile, d’un faux agent des eaux, le 27 sep­tembre. Vou­lant conser­ver un sac dont le sus­pect s’était sai­si, l’homme âgé a été bles­sé lé­gè­re­ment. Il a été pris en charge par les sa­peurs-pom­piers et trans­por­té à l’hô­pi­tal des Feu­grais.

« Un homme por­tant une casquette et se pré­sen­tant comme un agent des eaux Veo­lia avait frap­pé à sa porte, pour ef­fec­tuer des vé­ri­fi­ca­tions de tuyau­te­rie. Peu après, deux autres hommes se dé­cla­rant po­li­ciers sont ar­ri­vés mais il a eu un doute quant à leur qua­li­té » , re­late une source ju­di­ciaire.

Sen­si­bi­li­sa­tion

Les deux po­li­ciers étaient des faux et quand l’el­beu­vien a vou­lu se sai­sir de son té­lé­phone pour ap­pe­ler la po­lice, l’un des sus­pects le lui a ar­ra­ché des mains. Les mis en cause ont en­suite ra­pi­de­ment pris la fuite, em­por­tant des bi­joux et un por­te­feuille. Une en­quête a été ou­verte pour re­trou­ver leur trace.

Pour sen­si­bi­li­ser les per­sonnes âgées à ce type de dé­lin­quance, la di­rec­tion dé­par­te­men­tale de la sé­cu­ri­té pu­blique (DDSP) mène ré­gu­liè­re­ment des ac­tions avec les Clic (Centres lo­caux d’in­for­ma­tion et de coor­di­na­tion) et les CCAS ( Centre com­mu­nal d’ac­tion so­ciale) : 250 se­niors ont ain­si dé­jà été sen­si­bi­li­sés au cours de l’an­née.

G. VERDU avec 76 Ac­tu

À El­beuf, des per­sonnes âgées ont été vic­times de l’ar­naque à la fausse iden­ti­té. © Le Cour­rier de Mantes

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.