Le che­mi­not ivre ju­gé au­jourd’hui

3,34 g aux com­mandes du Pa­ris­cler­mont.

Le Journal du Centre - - La Une - Lu­do­vic Pille­vesse lu­do­vic.pille­vesse@cen­tre­france.com

Le che­mi­not contrô­lé avec 3,34 g d’al­cool aux com­mandes de son train, en juin, se­ra ju­gé, au­jourd’hui, par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Nevers, ville où il avait ou­blié d’ar­rê­ter son In­ter­ci­tés.

Ses 3,34 g d’al­cool par litre de sang aux com­mandes du train Pa­ris­cler­mont­fer­rand (Puy­de­dôme) avaient fait le tour de France.

Le che­mi­not ivre, in­ter­pel­lé en gare de Sain­cai­zeMeauce, mer­cre­di 28 juin au soir, après un ar­rêt man­qué en gare de Nevers (nos édi­tions des 30 juin et 1er juillet),

se­ra ju­gé cet après­mi­di par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Nevers. De­puis deux mois, il est pla­cé sous contrôle ju­di­ciaire avec in­ter­dic­tion de conduire tous vé­hi­cules et d’exer­cer sa pro­fes­sion. Cô­té SNCF, une pro­cé­dure dis­ci­pli­naire est en cours. Deux litres de ro­sé en rou­lant

Ce che­mi­not de la ré­gion pa­ri­sienne, 43 ans au len­de­main de son pro­cès, com­pa­raî­tra pour mise en dan­ger de la vie d’au­trui et conduite sous l’em­pire d’un état al­coo­lique. Il en­court jus­qu’à un an d’em­pri­son­ne­ment et 15.000 € d’amende pour la pre­mière in­frac­tion et deux ans de pri­son et 4.500 € d’amende pour la se­conde. Des bières à la mai­son et du vin au tra­vail

Il a trans­por­té ses deux cents pas­sa­gers entre la ca­pi­tale et la Nièvre en… bu­vant du vin ro­sé !

À l’in­té­rieur de sa ca­bine, il a été dé­cou­vert un cu­bi de trois litres sé­rieu­se­ment en­ta­mé. Il n’en res­tait qu’un tiers après deux heures de tra­jet.

Lors de sa garde à vue, le che­mi­not a ex­pli­qué aux gen­darmes « avoir bu plu­sieurs bières à son do­mi­cile en ré­gion pa­ri­sienne avant de prendre son tra­vail, puis avoir conti­nué à boire tout en condui­sant », in­di­quait à l’épo­ que le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Nevers, Lu­cile Jaillon­bru.

Des di­zaines de voya­geurs sur le quai de la gare de Nevers ont vu pas­ser la lo­co­mo­tive et les wa­gons sous leur nez à 110 km/h sans com­prendre pour­quoi le train ne s’ar­rê­tait pas. Re­cou­vrant ses es­prits, le conduc­teur a stop­pé son In­ter­ci­tés en gare de Sain­caize­meauce où le poste de com­man­de­ment de la SNCF avait dé­clen­ché un feu rouge.

Jus­qu’à cet ar­rêt man­qué à Nevers, il n’avait fait l’ob­jet d’au­cune sus­pi­cion d’ivresse. Comme le veut la ré­gle­men­ta­tion, il main­te­nait la pres­sion, pen­dant une mi­nute, sur une pé­dale ou une ma­nette, puis la re­lâ­chait, trois se­condes maxi­mum, pour si­gna­ler sa par­faite maî­trise du train. Et ain­si de suite…

VIN. L’in­ter­ci­tés ne s’était pas ar­rê­té en gare de Nevers. Et pour cause, son conduc­teur avait bu deux litres de ro­sé entre Pa­ris et la ci­té du­cale. PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION FRED LONJON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.