Co­rine Guillo­ton op­ti­cienne à do­mi­cile

Le Journal du Centre - - La Une - De­nis Chau­me­reuil

Co­rine Guillo­ton De­puis un an, cette professionnelle est op­ti­cienne mo­bile. Son mé­tier, elle l’exerce à do­mi­cile, en éta­blis­se­ments de san­té et en ré­si­dences ser­vices.

Le mé­tier, Co­rine Guillo­ton le connaît très bien. Ti­tu­laire d’un BTS op­ti­cien lu­ne­tier, elle af­fiche une tren­taine d’an­nées d’ex­pé­rience dans la pro­fes­sion, dont dix à la tête de son propre ma­ga­sin, dans le Cher. Dé­si­reuse d’exer­cer son mé­tier avec plus de li­ber­té, en pre­nant le temps d’en­core plus écou­ter ses clients, elle a re­joint, il y a un an, le ré­seau Les Op­ti­ciens Mo­biles. Elle est la pre­mière de ce ré­seau dans la Nièvre. « C’est une dé­ci­sion mû­re­ment ré­flé­chie. Nous l’avons prise en fa­mille. »

Il est vrai que le chan­ge­ment est ra­di­cal, no­tam­ment sur le plan fi­nan­cier. Co­rine Guillo­ton est ré­mu­né­rée à la com­mis­sion, per­çue sur chaque vente. « Si je vends, je gagne, si je ne vends pas, je n’ai rien. » Mais qu’im­porte. Elle s’épa­nouit dans cette fa­çon de tra­vailler, proche de ses clients. « Ce­la me cor­res­pond par­fai­te­ment. J’ai le sen­ti­ment d’ap­por­ter du bien­être aux clients, en pas­sant le temps né­ces­saire au­près d’eux. »

Mon­tures fran­çaises

Pour faire ap­pel aux ser­vices de Co­rine Guillo­ton, il faut avoir une or­don­nance dé­li­vrée de­puis trois ans maxi­mum. L’op­ti­cienne mo­bile vient chez vous, sur ren­dez­vous, avec son ma­té­riel pro­fes­sion­nel. La vue est à con­ trô­ler à l’aide d’une bat­te­rie de verres et de pe­tites pan­cartes com­por­tant des lignes de lettres plus ou moins grosses. En­suite, le client choi­sit la mon­ture sur la­quelle les verres, « fran­çais et de qua­li­té Es­si­lor », se­ront po­sés. Co­rine Guillon­ton éta­blit alors un de­vis. S’il est ac­cep­té, la com­mande est lan­cée au­près de l’usine propre au ré­seau. « Le ré­seau a sa propre usine de pro­duc­tion de verres en Co­rée du Sud. Quant aux mon­tures, elles sont fa­bri­quées en France, sont de la marque du ré­seau et ga­ran­ties deux ans. »

In­ter­ven­tions en Ehpad

Pour se consti­tuer un car­net de clients, Co­rine Guillo­ton a fait « beau­coup de pros­pec­tion, en dis­tri­buant de la do­cu­men­ta­tion ». Elle tient éga­le­ment des per­ma­nences dans des Éta­blis­se­ments Hos­pi­ta­liers pour Per­sonnes Âgées Dé­pen­dantes (Ehpad) et autres éta­blisse­ ments spé­cia­li­sés. Des per­ma­nences d’au­tant plus im­por­tantes qu’elle est co­or­di­na­trice en san­té vi­suelle au­près du per­son­nel in­fir­mier de ces struc­tures. Par ses in­ter­ven­tions, ses conseils et son ac­com­pa­gne­ment, Co­rine Guillo­ton met au ser­vice des autres, par le biais de ce ré­seau, sa tren­taine d’an­nées d’ex­pé­rience. Si ses in­ter­ven­tions dans ces éta­blis­se­ments, sont gra­tuites, c’est l’oc­ca­sion d’en­ri­chir son car­net clients.

L’or­don­nance du client doit avoir été dé­li­vrée de­puis trois ans au maxi­mum

PHO­TOS DE­NIS CHAU­ME­REUIL

Co­rine Guillo­ton a ache­té sa propre ma­lette de verres pour contrô­ler la vi­sion. MA­TÉ­RIEL.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.