L’homme qui ai­mait trop la France

Le Journal du Centre - - Actualité -

Condam­né à trois ans de pri­son pour tra­fic de stu­pé­fiants en 1993, An­to­nio Mendes Ro­drigues, Por­tu­gais de na­tio­na­li­té, s’était éga­le­ment vu si­gni­fier une in­ter­dic­tion dé­fi­ni­tive de pré­sence sur notre ter­ri­toire.

Près d’un de­mi­siècle plus tard, il a com­pa­ru hier à Ne­vers pour ce même mo­tif, sur­réa­liste.

À sa… trente­sep­tième sor­tie de pri­son, des po­li­ciers ne­ver­sois l’ont conduit, sur dé­ci­sion du pré­fet de la Nièvre, la se­maine der­nière à l’aé­ro­port de Rois­sy, et lais­sé à bord d’un avion à des­ti­na­tion de Lis­bonne. Deux jours plus tard, ces mêmes fonc­tion­naires tom­baient nez à nez avec lui, sor­tant d’une banque ne­ver­soise.

Garde à vue. Pré­sen­ta­tion de­vant le pro­cu­reur. Com­pa­ru­tion. « Je suis re­ve­nu, car j’avais deux­trois af­faires ad­mi­nis­tra­tives à ré­gler », confie be­noî­te­ment le gaillard, qui as­sure qu’il al­lait, toute af­faire ré­glée, ren­trer au pays. Pour preuve de bonne foi : « J’ai même ache­té une va­lise ».

Le pro­cu­reur s’exas­père : « Votre der­nière re­con­duite à la fron­tière date de mai 2016 ! Et vous avez été de nou­veau condam­né ici, en août 2016 ! » Il a re­quis huit mois de pri­son contre « ce mul­ti­ré­ci­di­viste » et son ex­pul­sion après peine.

Le tri­bu­nal a pro­non­cé six mois ferme avant l’ex­pul­sion. La pré­si­dente d’au­dience le sa­lue : « Au re­voir, Mon­sieur ! »

Au re­voir, pas adieu. Pru­dente, la pré­si­dente.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.