Voyage à tra­vers l’oeuvre de Mi­chel Kirch

L’ar­tiste a com­men­té son ex­po­si­tion au Mu­sée de la faïence

Le Journal du Centre - - Nevers -

Mi­chel Kirch a pro­po­sé il y a peu, en tant in­vi­té d’hon­neur du Mois de la Pho­to en Nièvre, une vi­site gui­dée de son ex­po­si­tion au Mu­sée de la Faïence.

Il a dé­li­vré quelques clés afin de com­prendre ses pho­to­gra­phies et son ac­ti­vi­té créa­trice. Il a in­vi­té le pu­blic a par­ti­ci­per par des ques­tions ou l’ex­pres­sion de son re­gard sur ses oeuvres.

Le pho­to­graphe plas­ti­cien ex­plique que lors­qu’il com­mence un tra­vail, il ne sait pas a prio­ri où il va. « Je sors ça des tré­fonds de mon in­cons­cient, l’in­cons­cient sait où je veux al­ler, je lui fais confiance ».

L’ar­tiste sé­lec­tionne un cer­tain nombre de pho­tos dont il sait ins­tinc­ti­ve­ment qu’elles vont ser­vir. Il sou­ligne d’ailleurs l’im­por­tance de la main comme un ou­til de con­nexion entre l’in­cons­cient et le conscient. En ce qui concerne la tech­nique, le fond est fait à par­tir de pho­tos prises en ar­gen­tique et les per­son­nages à par­tir de pho­tos en di­gi­tal. « La pho­to­gra­phie ar­gen­tique donne quelque chose d’in­dé­fi­nis­sable, comme un sur­plus d’âme ».

Le pho­to­graphe uti­lise ra­re­ment de la cou­leur car se­lon lui, le mo­no­chrome per­met d’ex­pri­mer l’es­sen­tiel. Pour ex­pli­quer l’ir­rup­tion de lignes au mi­lieu de courbes, Mi­chel Kirch nous dit que le fond et la forme sont liés, « le monde est à la fois ru­gueux et ar­ron­di, il est doux et bru­tal », le sens est dans la struc­ture même de l’image.

L’ar­tiste es­saie de res­ti­tuer le monde tel qu’il est, avec ses forces po­si­tives et ses forces né­ga­tives. Même s’il n’est pas mi­li­ tant, le pho­to­graphe es­time qu’un « ar­tiste doit être im­pli­qué dans les pro­blé­ma­tiques contem­po­raines. »

On re­trouve d’ailleurs dans son oeuvre la ques­tion de la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment liée à la res­pon­sa­bi­li­té de l’homme et celle de l’ac­cueil des ré­fu­giés.

MI­CHEL KIRCH. « L’in­cons­cient sait où je veux al­ler, je lui fais confiance ». PHO­TO CHRIS­TOPHE MAS­SON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.