Ren­trée amère au Sa­blier du Frêne

Le Journal du Pays Yonnais - - Vie Et Boulogne -

Alors que la ren­trée s’an­non­çait sous les meilleurs aus­pices avec la mise en ser­vice du bel agran­dis­se­ment de l’école (une su­perbe classe pour les CP, une bi­blio­thèque et une salle bien­ve­nue dé­diée au Ra­sed), Le Sa­blier du frêne a per­du une classe en ma­ter­nelle. Ain­si en a dé­ci­dé la di­rec­trice aca­dé­mique. Une dé­ci­sion qui laisse un goût amer à l’équipe en­sei­gnante. Trois ques­tions à Ch­ris­telle Li­mou­zin, di­rec­trice de l’éta­blis­se­ment.

JPY : Cette fer­me­ture de classe était-elle pré­vi­sible ?

Ch­ris­telle Li­mou­zin : Nous n’y croyions pas. Lun­di ma­tin, le jour de la ren­trée, l’ins­pec­teur dé­par­te­men­tal Philippe Mo­rin est ve­nu comp­ter les élèves en pré­sence des élus et des pa­rents d’élèves dé­lé­gués. Il nous man­quait cinq élèves en ma­ter­nelle mais nous res­tions op­ti­mistes. Nous avons en­re­gis­tré une pe­tite baisse d’ef­fec­tifs ponc­tuelle à cause d’un creux dé­mo­gra­phique mais nos pré­vi­sions pour l’an pro­chain étaient bonnes. L’ins­pec­trice aca­dé­mique en a dé­ci­dé au­tre­ment. Nous avons ap­pris mar­di soir qu’une de nos classes fer­mait en ma­ter­nelle.

Quelle a été votre ré­ac­tion ?

Nous re­gret­tons cette dé­ci­sion, d’au­tant que nous avons une classe de CP à 28 (et même 29 à la fin du mois). Nous nous étions or­ga­ni­sés sur le plan pé­da­go­gique pour al­lé­ger cette classe ; au­jourd’hui nos agen­ce­ments ne sont plus pos­sibles. L’ins­pec­teur met à notre dis­po­si­tion une maî­tresse rem­pla­çante qui se­ra af­fec­tée dans notre école lors­qu’elle n’au­ra pas de rem­pla­ce­ment, un peu comme une maî­tresse sur­nu­mé­raire, mais oc­ca­sion­nelle.

Lors­qu’elle se­ra là, nous pour­rons pra­ti­quer du co­en­sei­gne­ment ou du dé­cloi­son­ne­ment pour as­su­rer une meilleure prise en charge des élèves de cours pré­pa­ra­toire. Nous sur­veillons nos ef­fec­tifs et n’ex­cluons pas de rou­vrir une classe à la ren­trée pro­chaine.

Quelle est la nou­velle confi­gu­ra­tion de l’école?

Nous avons été contraints de nous ré­or­ga­ni­ser au pied le­vé et de re­dis­tri­buer les élèves. Nous avons, au­jourd’hui en ma­ter­nelle, une classe de TPS, PS et MS as­su­rée par San­drine Pas­quier et moi-même, et une classe de MS/GS prise en charge par Ma­nuel­la Ro­ger et moi-même. La salle de classe vide va ser­vir de se­cond dor­toir, ce qui per­met­tra une uti­li­sa­tion à temps plein et pour tous les ni­veaux de la salle de mo­tri­ci­té. Cô­té élé­men­taire, deux de nos jeunes pro­fes­seurs ont été dé­pla­cés jeudi ma­tin à Saint-Ch­ris­tophe-du-Li­gne­ron et Fré­dé­rique Mar­mi­nat, qui as­su­rait tous les com­plé­ments de ser­vice en ma­ter­nelle et élé­men­taire, se re­trouve à temps plein sur le CM1. La ren­trée a vrai­ment été com­pli­quée, la di­men­sion psy­cho­lo­gique de tels chan­ge­ments n’est pas du tout prise en compte. C’est re­gret­table.

Alors que toute l’équipe du Sa­blier du frêne se ré­jouis­sait d’ac­cueillir les CP dans une su­perbe grande classe très lu­mi­neuse, l’école pu­blique a dû faire face à une fer­me­ture de classe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.