Le meurtre d’An­gèle, 4 ans, ju­gé aux As­sises

Le Journal du Pays Yonnais - - La Une - Yvan Bau­doin

Du 9 au 13 oc­tobre, la mère d’An­gèle, dé­cé­dée à 4 ans à Saint-Geor­gesde-Poin­tin­doux, doit ré­pondre de torture ou acte de bar­ba­rie, sui­vi de meurtre. Le com­pa­gnon de la jeune femme est, éga­le­ment, ac­cu­sé de torture ou acte de bar­ba­rie.

Cette af­faire d’in­fan­ti­cide a beau­coup fait par­ler. Et dans la pe­tite com­mune de SaintGeorges-de-Poin­tin­doux, les stig­mates sont en­core pré­sents, ra­vi­vés avec le pro­cès en cour aux As­sises, qui va se te­nir du­rant cinq jours au tri­bu­nal de La Roche-sur-Yon. De­puis les faits, la po­si­tion de cha­cun des ac­cu­sés n’a pas vé­ri­ta­ble­ment évo­lué.

Que s’est-il pas­sé ? En fin de ma­ti­née du 8 sep­tembre 2014, la mère d’An­gèle, Jor­dane Du­bois (22 ans), qui vit chez son nou­veau com­pa­gnon, David Pha­ri­sien (26 ans), au 23, route de Nantes à Saint-Georges-dePoin­tin­doux, ap­pelle les ser­vices de se­cours. L’en­fant est sans vie.

Les sapeurs-pompiers alertent un mé­de­cin, la gen­dar­me­rie de La Mothe-Achard ain­si que la bri­gade de re­cherche des Sa­blesd’Olonne. Le par­quet de La Roche-sur-Yon ouvre im­mé­dia­te­ment une en­quête. La mère et son com­pa­gnon, hé­ber­gé avec la fillette de­puis la mi-août, sont pla­cés en garde à vue.

Les pre­mières consta­ta­tions dé­montrent que l’en­fant a su­bi des sé­vices. Ce qui se­ra confir­mé par le mé­de­cin lé­giste lors de l’au­top­sie du corps le 9 sep­tembre. Un constat sans équi­voque : « Le dé­cès de l’en­fant est dû à une stran­gu­la­tion et est in­ter­ve­nu dans la jour­née du di­manche 7 sep­tembre. Le corps de l’en­fant com­porte des brû­lures re­pré­sen­tant 30 à 35 % de la sur­face cor­po­relle et cor­res­pondent à des brû­lures au deuxième de­gré. De nom­breuses traces de coups sont vi­sibles, des mor­sures ont été in­fli­gées au vu des traces très mar­quées qui sub­sistent. Des che­veux ont été ar­ra­chés en plu­sieurs en­droits. Ces vio­lences sont éche­lon­nées dans le temps et ont été com­mises de­puis en­vi­ron 7 jours », in­forme alors Her­vé Lol­lic, le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de La Roche-sur-Yon.

La mère et le com­pa­gnon in­car­cé­rés

Les au­di­tions de la mère et du com­pa­gnon sont « très fluc­tuantes ». La mère re­con­naît la stran­gu­la­tion, mais ré­fute avoir vou­lu don­ner la mort à l’en­fant. Les coups sont re­con­nus par les deux, qui les jus­ti­fient « par la tur­bu­lence et les déso­béis­sances mul­tiples de la fillette ». Les mor­sures sont re­con­nues par la mère qui ex­plique « avoir aus­si pu­ni sa fille de cette fa­çon ». Les deux mis en cause se re­jettent la res­pon­sa­bi­li­té des brû­lures « pro­ve­nant se­lon eux de douches brû­lantes don­nées par pu­ni­tion ».

Sur les condi­tions fa­mi­liales, on ap­pre­nait que la mère était ar­ri­vée de Li­meil-Bré­vannes (94), ville dans la­quelle l’en­fant était res­tée ins­crite à l’école. Elle l’était aus­si à La Mothe-Achard, où elle de­vait faire sa ren­trée le lun­di. Ne la voyant pas, l’ins­ti­tu­trice avait té­lé­pho­né à la mère, sans ré­ponse. De son cô­té, le père de­meu­rant en Cha­rente-Ma­ri­time a in­di­qué « avoir quit­té la mère de l’en­fant quand celle-ci avait 18 mois et ne pas par­ve­nir à voir ré­gu­liè­re­ment sa fille ».

Fait éga­le­ment si­gna­lé par le pro­cu­reur, « les ser­vices so­ciaux ven­déens n’avaient pas connais­sance de l’ar­ri­vée de cette fa­mille et n’avaient pas été aler­tés sur d’éven­tuelles dif­fi­cul­tés ou risques pour l’en­fant ».

Compte te­nu de l’en­semble des élé­ments, le par­quet avait ou­vert une in­for­ma­tion ju­di­ciaire avec une mise en exa­men des deux per­sonnes pour « meurtre sur mi­neure de 15 ans et actes de torture et de bar­ba­rie ». La mère et le com­pa­gnon étaient pla­cés en dé­ten­tion pro­vi­soire.

Qu’en est-il au­jourd’hui ?

A la veille de ce pro­cès, si les aveux de la mère semblent être main­te­nus, la po­si­tion du com­pa­gnon semble avoir quelque peu chan­gé. Il ne se­rait pas di­rec­te­ment in­ter­ve­nu sur la ma­jo­ri­té des sé­vices. Il n’est d’ailleurs pas ac­cu­sé de meurtre. Il se­ra dé­fen­du par Me Lee Ta­khed­mit du bar­reau de Poi­tiers. La mère, elle, ré­pon­dant de meurtre se­ra as­sis­tée par Me Loïc Ca­bioch du bar­reau de Nantes.

Le père, par­tie ci­vile, au­ra pour conseil Me Vé­ro­nique Cha­brier du bar­reau d’An­gou­lême. D’autres par­ties ci­viles se sont consti­tuées, plu­sieurs as­so­cia­tions de pro­tec­tion de l’en­fance se­ront re­pré­sen­tées par des avo­cats pa­ri­siens.

Beau­coup de fleurs avaient été dé­po­sées de­vant la porte de la mai­son qui avait été im­mé­dia­te­ment pla­cée sous scel­lés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.