La mai­rie au se­cours de l’Of­fice jeu­nesse

Le Journal du Pays Yonnais - - La Une - S.H.

Lors du der­nier conseil mu­ni­ci­pal, les élus ont vo­té une sub­ven­tion ex­cep­tion­nelle de 20 000 € pour l’Of­fice En­fance Jeu­nesse, en dif­fi­cul­té fi­nan­cière. Ils se sont aus­si en­ga­gés à re­prendre la ges­tion du ser­vice dès la ren­trée 2018.

L’Of­fice En­fance Jeu­nesse d’Au­bi­gny est en crise. La se­maine der­nière, le per­son­nel s’est mis en grève deux jours pour dé­non­cer une sup­pres­sion de poste, qui s’est tra­duite par le li­cen­cie­ment du di­rec­teur de l’es­pace en­fance. Un coup dur mê­lé de grandes in­quié­tudes. « L’as­so­cia­tion est en grande dif­fi­cul­té fi­nan­cière », re­con­nais­sait Fa­brice Gau­tier, di­rec­teur de l’Of­fice. Avec un dé­fi­cit qui se creuse de­puis trois ans. Face à cette si­tua­tion in­ex­tri­cable, le bu­reau de l’Of­fice a de­man­dé que les ser­vices soient mu­ni­ci­pa­li­sés.

Pour rap­pel, l’OEJA existe de­puis 2003. Des bé­né­voles, pa­rents d’élèves, ont, tout au long de ses an­nées, por­té cette as­so­cia­tion qui gère l’ac­cueil de loi­sirs, l’ac­cueil pé­ri­sco­laire, l’es­pace et le foyer jeunes.

Au fil des an­nées, l’as­so­cia­tion a étof­fé ses ser­vices et son équipe. A ce jour, ils sont sept per­ma­nents et ré­pondent aux be­soins de 200 fa­milles. En dix ans, le bud­get de fonc­tion­ne­ment est pas­sé du simple au double, avoi­si­nant en 2017 les 300 000 € (dont 89 000 € de sub­ven­tion com­mu­nale hors charges sup­plé­tives comme l’eau, l’élec­tri­ci­té…). Une charge énorme pour le bu­reau ad­mi­nis­tra­tif, com­po­sé uni­que­ment de bé­né­voles.

Une chute pro­gres­sive

Mal­gré une bonne fré­quen­ta­tion pen­dant tout ce temps, les ré­sul­tats fi­nan­ciers n’ont pas sui­vi. Et, de­puis 2015, l’Of­fice creuse son dé­fi­cit. Une si­tua­tion que Ca­the­rine La­ville, élue, a ex­pli­quée lors du der­nier conseil mu­ni­ci­pal, mer­cre­di 29 no­vembre. « En 2014, on note une baisse de l’ac­ti­vi­té de l’ac­cueil de loi­sirs due à la ré­forme des rythmes sco­laires, car les en­fants n’avaient plus be­soin du centre le mer­cre­di ma­tin ». La si­tua­tion ne s’ar­range pas en 2015 « avec les pre­mières baisses des aides de la Ré­gion concer­nant les em­plois trem­plins, le contre­coup de la ré­forme sco­laire et le chan­ge­ment d’in­dices des agents ». En 2016, la chute se pour­suit avec moins de fré­quen­ta­tion à l’es­pace en­fance et au foyer de jeunes. « L’as­so­cia­tion a aus­si dû fi­nan­cer une com­plé­men­taire san­té obli­ga­toire et des for­ma­tions ».

Toutes ces charges ac­cu­mu­lées, plus une vo­lon­té de l’as­so­cia­tion de ne pas trop aug­men­ter les ta­rifs, ont, au fi­nal, fra­gi­li­sé la struc­ture. Si l’Of­fice d’Au­bi­gny fait par­tie des ser­vices d’ac­cueil les moins chers de l’Ag­glo, il en paye le prix fort au­jourd’hui et ne peut plus as­su­rer son ave­nir.

Les élus ont donc vo­té une sub­ven­tion ex­cep­tion­nelle de 20 000 € pour bou­cler le bud­get. Une aide qui per­met­tra de ré­gler les sa­laires de dé­cembre. Ils ont aus­si ac­cor­dé une avance sur la pro­chaine sub­ven­tion an­nuelle de 21 000 €, pour faire face au dé­but de l’an­née. Le maire, Ja­ny Gué­ret, a ex­pri­mé son sou­tien au­près des ani­ma­teurs, mais a rap­pe­lé que la com­mune n’est pas dé­ci­sion­naire de la sup­pres­sion de poste. Un choix dé­ci­dé par l’as­so­cia­tion qui n’en avait pas d’autre. Le maire s’est aus­si en­ga­gé à ce que le ser­vice soit mu­ni­ci­pa­li­sé dès la ren­trée 2018. « Une ré­flexion est dé­jà en cours de­puis la créa­tion de la com­mune nou­velle, sou­ligne Ja­ny Gué­ret, afin d’har­mo­ni­ser les ser­vices et les condi­tions fi­nan­cières pro­po­sés aux fa­milles d’Au­bi­gny et des Clou­zeaux ». En ef­fet, aux Clou­zeaux, l’ac­cueil jeu­nesse est gé­ré par la com­mune, contrai­re­ment à Au­bi­gny où le ser­vice est as­so­cia­tif. L’ob­jec­tif était alors de mu­ni­ci­pa­li­ser les ser­vices au­bi­nois, mais à l’ho­ri­zon 2019. « Au vu de la si­tua­tion ac­tuelle, nous al­lons ac­cé­lé­rer », a as­su­ré le maire.

Ca­pa­ci­té d’ac­cueil ré­duite

Un en­ga­ge­ment qui ne ras­sure pas en­tiè­re­ment les ani­ma­teurs. « La com­mune s’est en­ga­gée à re­prendre tout le per­son­nel au mo­ment du trans­fert, mais d’ici la ren­trée pro­chaine, il reste plu­sieurs mois et rien ne nous as­sure que d’autres postes ne se­ront pas tou­chés », s’in­quiète une ani­ma­trice. « Les fa­milles doivent aus­si sa­voir qu’en plus du dé­part de Vincent, di­rec­teur du centre, le con­trat de l’ani­ma­trice des pe­tits s’ar­rête en fé­vrier. Ce­la fait deux ani­ma­teurs en moins, ce qui joue­ra sur la ca­pa­ci­té d’ac­cueil », ajoute-t-elle. « Les pre­miers ins­crits se­ront les pre­miers ser­vis », conclut Fa­brice Gau­tier.

Jeu­di 30 no­vembre, les pa­rents ont mon­tré leur sou­tien aux ani­ma­teurs qui sont in­quiets pour l’ave­nir, mal­gré l’en­ga­ge­ment de la com­mune de re­prendre la ges­tion du ser­vice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.