2 3 1 4

Le Monde du Camping-Car - - VOYAGE -

an­ti­ci­per afin d’évi­ter d’avoir à re­cu­ler. Sur la plage, des huî­triers pies ( tjal­dur) s’ali­mentent. C’est l’em­blème na­tio­nal du pays. On le voit com­mu­né­ment sur les grèves pi­co­rant au-de­vant des vagues. Lorsque la mé­téo se dur­cit et que le vent for­cit, creu­sant la houle, les sur­feurs pro­fitent à leur tour des lieux. On y ob­serve aus­si as­sez fa­ci­le­ment de très belles es­pèces comme le ca­nard ei­der, le grand labbe, des cour­lis et autres plu­viers. En toile de fond, Ri­sin et Kel­lin­gin, deux ro­chers gi­gan­tesques. L’un mas­sif et l’autre élan­cé (res­pec­ti­ve­ment 71 et 68 m) émergent des eaux à la pointe de l’île voi­sine, Eys­tu­roy, au pied d’une fa­laise de 564 m. Se­lon la lé­gende, Ri­sin le géant et Kel­lin­gin la sor­cière de­vaient at­ta­cher en­semble les dix-huit îles de l’ar­chi­pel afin de les ra­me­ner jus­qu’à leur Is­lande na­tale. Pour les pu­nir, les dieux, fu­rieux, les ont fi­gés en ces deux im­pres­sion­nants pi­tons tour­nés vers l’Is­lande. Gjogv est un mi­nus­cule village de carte pos­tale, au nord d’Eys­tu­roy. Au­tre­fois village de pê­cheurs, il est main­te­nant un lieu de vil­lé­gia­ture pour les Fé­rin­giens, qui ont la chance d’y pos­sé­der une ré­si­dence se­con­daire et qui ont su lui conser­ver son as­pect d’au­tre­fois. Au mi­lieu des mai­sons co­lo­rées ou noires, coule une pe­tite ri­vière dans la­quelle des en­fants bar­botent. Ils y vivent de grandes aven­tures en­fan­tines sur de pe­tites barques, sous le re­gard pro­tec­teur de leurs pa­rents et la lu­mière ra­sante du so­leil de mi­nuit, confé­rant à la scène, une au­ra d’éter­ni­té. En re­par­tant vers le sud-est, la route de mon­tagne est un spec­tacle en soi. Elle passe au-des­sus de Fun­nin­gur, of­frant une vue en plon­gée ma­gni­fique sur ce village blot­ti au fond d’une large val­lée, avec pour toile de fond, un fjord et l’île tout en lon­gueur de Kal­soy. Sur l’île de Bor­doy, Klaks­vik est la se­conde ville des Fé­roé. Son nom pro­vient de la contrac­tion de klak­kur, qui si­gni­fie la fa­laise et de vik qui veut dire la baie. C’est un im­por­tant port de pêche et sur­tout l’oc­ca­sion d’une ran­don­née fa­cile sur les hau­teurs de la ville. Le pa­no­ra­ma per­met de dé­cou­vrir non seule­ment Bor­doy et Eys­tu­roy, mais aus­si au nord, Kal­soy et Ku­noy ma­gni­fiées par des écharpes nua­geuses qui s’en­roulent sur leurs som­mets. À quelques ki­lo­mètres de là, Vi­da­rei­di est un village char­mant sur l’île de Vi­doy. On l’at­teint en tra­ver­sant deux tun­nels im­pres­sion­nants. En­tou­rée de fa­laises gi­gan­tesques, la vieille église au toit gris fait pen­ser à un jouet mi­nia­ture. Ku­noy est à la fois une île et un mi­nus­cule village, qui jouit d’une vue à 180° sur sa voi­sine Kal­soy. On se rend sur cette der­nière grâce à un pe­tit fer­ry qui part de Klaks­vik. At­ten­tion les places sont comp­tées et les tra­ver­sées aus­si. Si vous avez des vé­los ou un scoo­ter, c’est le mo­ment de les uti­li­ser. Une fois sur l’île, une route mène au nord, jus­qu’à Trol­lanes. Après une heure ou deux heures de marche, se­lon son rythme, on at­teint un phare sou­vent bat­tu par les vents. Une ran­don­née qui peut s’avé­rer fa­ti­gante, mais dont la ré­com­pense fi­nale ne s’ou­blie pas fa­ci­le­ment.

1. Gjogv est un village de carte pos­tale. En fin de jour­née, les en­fants s’amusent sur la ri­vière. 2. Quatre-vingt mille mou­tons peuplent les Fé­roé. Google en a uti­li­sé quelques-uns équi­pés de ca­mé­ras, pour com­plé­ter la car­to­gra­phie de l’ar­chi­pel… 3. Au Mu­sée na­tio­nal des Îles Fé­roé, bois sculp­té du XIVe siècle pro­ve­nant de la ca­thé­drale in­ache­vée Saint-Ma­gnus. 4. Le fer­ry Norrö­na, ici dans le port de Tor­shavn, est le seul à as­su­rer une tra­ver­sée ré­gu­lière entre le Da­ne­mark et l’Is­lande… via les Fe­roé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.