Tre ca­ra­vane, l’iso­la­tion

Le Monde du Plein Air - - CARAVANE EXPERTISE -

po­ly­sty­rène ex­tru­dée lui a per­mis d’être uti­li­sée dans les vé­hi­cules fri­go­ri­fiques, les vé­hi­cules de loi­sirs, ain­si que pour l’iso­la­tion des bâ­ti­ments. Bien sûr, les iso­lants uti­li­sés dans l’in­dus­trie de la ca­ra­vane et du cam­ping-car, le po­ly­sty­rène ex­pan­sé, le po­ly­uré­thane et le po­ly­sty­rène ex­tru­dé, sont tous d’ex­cel­lents ma­té­riaux. Mais ce qui dif­fé­ren­cie le XPS, et en par­ti­cu­lier le Sty­ro­foam, est sa struc­ture cel­lu­laire qui lui confère une com­bi­nai­son de pro­prié­tés in­com­pa­rables dans la du­rée tant sur le plan ther­mique que mé­ca­nique, ain­si qu’une ex­cel­lente ré­sis­tance à l’hu­mi­di­té. En termes tech­niques de sur­croît, cette mousse per­met une dé­coupe de grande pré­ci­sion, une mise en oeuvre fa­cile car peu fra­gile et gé­né­rant peu de pous­sières.

LMPA :

AS : Dans le do­maine des pan­neaux com­po­sites – élé­ments es­sen­tiels pour le de­si­gn – le choix du ma­té­riau d’âme joue un rôle pri­mor­dial dans la qua­li­té et la lon­gé­vi­té des vé­hi­cules de loi­sirs. Le ma­té­riau iso­lant doit ga­ran­tir une bonne per­for­mance ther­mique, une ex­cel­lente ré­sis­tance à l’eau et à la va­peur d’eau, ain­si qu’une ré­sis­tance mé­ca­nique no­table tout en ayant un ra­tio per­for­mances/poids im­por­tant. La lon­gé­vi­té d’une ca­ra­vane ou d’un cam­ping-car est donc prin­ci­pa­le­ment in­fluen­cée par la du­ra­bi­li­té des per­for­mances de ce ma­té­riau d’âme, lui-même sou­mis aux condi­tions réelles d’uti­li­sa­tion. La ré­sis­tance à l’hu­mi­di­té sur la du­rée de vie du vé­hi­cule est le point clef.

LMPA :

AS : Il faut avoir à l’es­prit les condi­tions réelles d’uti­li­sa­tion d’un vé­hi­cule, no­tam­ment en rai­son de la pré­sence de la va­peur d’eau gé­né­rée par toute ac­ti­vi­té hu­maine : lorsque nous res­pi­rons, fai­sons de la cui­sine, uti­li­sons les sa­ni­taires… La concen­tra­tion de la va­peur d’eau est d’au­tant plus grande que le vo­lume est ré­duit et la ven­ti­la­tion li­mi­tée. Cette va­peur d’eau va du chaud vers le froid. C’est donc tout na­tu­rel­le­ment que celle-ci pé­nètre au tra­vers des sur­faces po­reuses des pa­rois ou au ni­veau des joints pour al­ler vers la face froide. Si le re­vê­te­ment de la cloi­son in­té­rieure est très per­méable, la va­peur le tra­verse et va être blo­quée par le re­vê­te­ment ex­té­rieur du vé­hi­cule qui lui est très étanche car com­po­sé de po­ly­es­ter ren­for­cé en fibres de verre ou en alu­mi­nium. La va­peur va se conden­ser en eau et s’ac­cu­mu­ler peu à peu dans les pa­rois avec pour consé­quences une perte des pro­prié­tés iso­lantes, un risque de dé­for­ma­tions en cas de gel, et une hu­mi­di­té per­ma­nente qui va en­gen­drer des moi­sis­sures et des odeurs désa­gréables. Il est im­por­tant de sa­voir qu’un iso­lant hu­mide, avec seule­ment 10 % de prise d’eau, peut perdre jus­qu’à 45 % de sa ca­pa­ci­té iso­lante. Grâce à la struc­ture cel­lu­laire fer­mée du Sty­ro­foam et la bonne ré­sis­tance à l’hu­mi­di­té, il est pos­sible d’aug­men­ter si­gni­fi­ca­ti­ve­ment la du­ra­bi­li­té de la struc­ture et ses qua­li­tés ther­miques, sans l’ap­pa­ri­tion d’odeurs.

LMPA : AS : Les pan­neaux sand­wichs cou­ram­ment uti­li­sés dans la construc­tion de vé­hi­cules de loi­sir sont consti­tués d’un ma­té­riau d’âme et de pa­re­ments en bois, alu­mi­nium, po­ly­es­ter avec éven­tuel­le­ment de ren­forts in­ternes. Ces pan­neaux, dits struc­tu­rels, doivent ré­sis­ter aux sol­li­ci­ta­tions mé­ca­niques dy­na­miques in­duites par la route, les condi­tions mé­téos et la charge du vé­hi­cule. Grâce aux ca­rac­té­ris­tiques d’un ma­té­riau d’âme comme le Sty­ro­foam, qui est sus­cep­tible d’en­cais­ser des contraintes mé­ca­niques très im­por­tantes en sta­tique et en dy­na­mique, il est pos­sible d’al­lé­ger au maxi­mum cette struc­ture en op­ti­mi­sant les épais­seurs de chaque com­po­sant, ain­si que le nombre et la sec­tion des ren­forts. Il est en ef­fet im­por­tant de no­ter que dans un pan­neau sou­mis à la flexion, les pa­re­ments sont ex­po­sés à de la trac­tion et com­pres­sion, et l’âme à du ci­saille­ment.

Grâce aux per­for­mances des mousses iso­lantes, il n’est pas né­ces­saire d’avoir des pan­neaux de grande épais­seur pour iso­ler cor­rec­te­ment une ca­ra­vane.

Pour une iso­la­tion ef­fi­cace, il faut aus­si un bon re­nou­vel­le­ment d’air et une cir­cu­la­tion de ses flux à l’in­té­rieur du vé­hi­cule (image Hy­mer).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.