REGLEMENTATION

En at­ten­dant de nou­velles me­sures sur les li­mi­ta­tions de vi­tesse pour les routes se­con­daires l’été pro­chain, le Code de la route ne change pas pour la trac­tion. Voi­ci les ar­ticles et points prin­ci­paux que vous de­vez connaître avant de prendre le vo­lant.

Le Monde du Plein Air - - LA UNE - Texte : Frédéric Lutz. Pho­tos : Pierre Au­tef

Le per­mis de conduire Le Code de la route

Toute re­morque dont le PTAC est su­pé­rieur à 500 kg doit dis­po­ser de sa propre carte grise (R 322-1). En re­vanche, jus­qu’à 500 kg, elle doit sim­ple­ment por­ter le même nu­mé­ro d’im­ma­tri­cu­la­tion que la trac­trice. En outre, t oute re­morque sans ex­cep­tion doit i mpé­ra­ti­ve­ment dis­po­ser d’une plaque construc­teur ri­ve­tée, com­por­tant le nu­mé­ro de sé­rie frap­pé à froid et ré­pondre à des règles pré­cises concer­nant le frei­nage, le poids, les di­men­sions et le dis­po­si­tif d’éclai­rage. Eu égard à cette lé­gis­la­tion, seules les re­morques ho­mo­lo­guées is­sues de construc­teurs pro­fes­sion­nels peuvent prendre la route.

Quid de l’as­su­rance ?

Il n’y a pas de règles pré­cises en ma­tière d’as­su­rance. Chaque com­pa­gnie ap­plique ses ga­ran­ties se­lon ses propres cri­tères. Tou­te­fois, en règle gé­né­rale, il est consta­té qu’une re­morque jus­qu’à 500 kg de PTAC bé­né­fi­cie gra­tui­te­ment de la cou­ver­ture

res­pon­sa­bi­li­té ci­vile de la voi­ture qui tracte. Au-delà de ce seuil de poids, votre as­su­reur peut vous de­man­der de sous­crire un contrat spé­ci­fique avec des ex­ten­sions de ga­ran­tie. De toute fa­çon, quoique vous at­te­liez, la re­morque doit être dé­cla­rée au­près de votre as­su­reur.

La jungle des poids

Res­pec­tez les poids maxi­mums au­to­ri­sés en charge (PTAC) de la re­morque et de la trac­trice, qui cor­res­pondent à des li­mites tech­niques des vé­hi­cules. De plus, en cas d’ac­ci­dent, votre res­pon­sa­bi­li­té pour­rait être en­ga­gée si l’un de vos vé­hi­cules est en sur­charge. Il en va de même si vous ne res­pec­tez pas le poids re­mor­quable

maxi­mum au­to­ri­sé dé­fi­ni par le construc­teur de la voi­ture : ce­lui-ci se cal­cule en sous­trayant le PTAC (F2 sur la carte grise) de la trac­trice de son PTRA (F3 sur la carte grise). Vous ob­te­nez ain­si le poids trac­table précis, sauf éven­tuel re­port de charge (voir en­ca­dré). At­ten­tion, le poids réel de cet en­semble de vé­hi­cules ne doit pas dé­pas­ser le PTRA, au risque de rou­ler en sur­charge, et de s’ex­po­ser à une forte amende.

Faut-il un frein ?

Se­lon l’ar­ticle R 317-18, toute re­morque dont le PTAC ex­cède 750 kg, ou dont le PTAC ex­cède la moi­tié du poids à vide du vé­hi­cule trac­teur, doit être mu­nie d’un dis­po­si­tif de frei­nage. Les ma­nuels d’uti­li­sa­tion des au­tos in­diquent d’ailleurs un poids trac­table non frei­né cor­res­pon­dant à cette don­née (il est par­fois plus res­tric­tif). Vé­ri­fiez bien ce point si vous comp­tez trac­ter avec une pe­tite voi­ture une re­morque lé­gère (ba­ga­gère, porte-mo­tos) sou­vent non frei­née.

La vi­tesse maxi

Aber­ra­tion du Code de la route (R 413-8), les at­te­lages consti­tués d’une trac­trice dont le PTRA est su­pé­rieur à 3 500 kg sont sou­mis à des li­mi­ta­tions de vi­tesse res­tric­tives, quel que soit le poids de la re­morque. Ces vi­tesses spé­ci­fiques sont les sui­vantes : 4 À 90 km/h sur au­to­route. 4 À 80 km/h sur les routes à ca­rac­tère prio­ri­taire et si­gna­lées comme telles. Cette vi­tesse maxi­male est re­le­vée à 90 km/h pour les routes à deux chaus­sées sé­pa­rées par un terre-plein cen­tral. Pré­ci­sons que la me­sure de l’abais­se­ment de la li­mi­ta­tion à 80 km/h le 1er juillet pro­chain, sur les routes se­con­daires, risque de bou­le­ver­ser en­core la donne.

Sur la chaus­sée

Les at­te­lages me­su­rant plus de 7 mètres de lon­gueur (R 412-25) ne sont te­nus d’uti­li­ser que les deux voies les plus à droite sur les chaus­sées à sens unique à trois voies ou plus. En outre, cette même ca­té­go­rie d’at­te­lage routier doit im­pé­ra­ti­ve­ment en rou­lant conser­ver une dis­tance de sé­cu­ri­té de 50 m. Ces mêmes at­te­lages sont obli­gés de lais­ser la prio­ri­té aux vé­hi­cules les croi­sant quand la lar­geur de la chaus­sée est in­suf­fi­sante (R 414-2).

Ré­tros obli­ga­toires ?

Pour les re­morques de grande lar­geur, la ques­tion des ré­tro­vi­seurs ad­di­tion­nels se pose. Le Code (R 316-6) sti­pule sim­ple­ment que le conduc­teur doit avoir une vi­si­bi­li­té to­tale vers l’ar­rière, lui per­met­tant de voir un vé­hi­cule qui s’ap­prête à le dou­bler.

Si vous dou­tez du poids réel de votre at­te­lage, pas­sez sur un pont bas­cule pour le vé­ri­fier : en ef­fet vous ne pou­vez ni dé­pas­ser le PTAC ni le PTRA, au­tre­ment il y a sur­charge.

Les re­morques non freinées ne peuvent pas être trac­tées par des au­tos lé­gères (R 317-18).

Ces pan­neaux de li­mi­ta­tion de ga­ba­rit sont à prendre en consi­dé­ra­tion si l’on tracte une grosse re­morque.

Hors ag­glo­mé­ra­tion, une conduite cou­lée s’im­pose. La lon­gueur du frei­nage, ral­lon­gée, oblige à un strict res­pect de la si­gna­li­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.