Avi­gnon Ch­ris­tiane Tau­bi­ra entre poé­sie et po­li­tique

L’ex-garde des sceaux et Anne-Laure Lié­geois ont conçu «On au­ra tout», don­né chaque jour à mi­di

Le Monde - - LA UNE - Avi­gnon - en­voyée spé­ciale cla­risse fabre

L’ex-mi­nistre de la jus­tice Ch­ris­tiane Tau­bi­ra et la femme de théâtre Anne-Laure Lié­geois mettent en scène On au­ra tout, à Avi­gnon. Toutes les deux ont choi­si de grands textes qui par- lent de la peine de mort, de la place des femmes, de l’éco­lo­gie, des mi­gra­tions, du post­co­lo­nia­lisme, des mi­no­ri­tés... Elles y mêlent poé­sie et po­li­tique. A la mi-jour­née, une soixan­taine de co­mé­diens feuille­tonnent ces pas­sages de Vic­tor Hu­go, Si­mone Veil, Michel Fou­cault ou de per­son­na­li­tés moins connues. « Je suis par­tie des su­jets qui m’animent », ex­plique Ch­ris­tiane Tau­bi­ra. « Nos deux uni­vers se ren­contrent », ajoute Anne-Laure Lié­geois.

Le jar­din Cec­ca­no, à Avi­gnon, ce n’est pas vrai­ment l’As­sem­blée na­tio­nale. L’en­jeu n’est pas de faire bas­cu­ler un camp ni de vo­ter une loi. Mais de ré­flé­chir, de vi­brer, en écou­tant des textes forts sous le grand pla­tane et les oli­viers. Et que d’idées politiques fusent, tous les jours, quand mi­di sonne et que dé­marre le feuille­ton théâ­tral conçu par l’an­cienne garde des sceaux Ch­ris­tiane Tau­bi­ra et la met­teuse en scène Anne-Laure Lié­geois – On au­ra tout, pro­gram­mé dans le « in » du 8 au 23 juillet. Sur les mi­gra­tions, la place des femmes, la peine de mort, le post­co­lo­nia­lisme, les mi­no­ri­tés, l’éco­lo­gie, etc., les textes clas­siques se mêlent aux écri­tures contem­po­raines pour éclai­rer le monde, poé­ti­que­ment et po­li­ti­que­ment…

C’est un peu le troi­sième tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle pour la gauche pri­vée de dé­bat, en 2017, du fait du duel an­non­cé – et avé­ré – entre Em­ma­nuel Ma­cron et Ma­rine Le Pen. Au len­de­main du se­cond tour, Ch­ris­tiane Tau­bi­ra a d’ailleurs co­fon­dé le mou­ve­ment Dès de­main avec la maire de Pa­ris, Anne Hi­dal­go, et la maire de Lille et an­cienne mi­nistre, Mar­tine Au­bry.

Au jar­din Cec­ca­no, on ac­court aus­si pour Ch­ris­tiane Tau­bi­ra. Di­manche 9 juillet, l’ex-mi­nistre de la jus­tice, qui a fait vo­ter le «ma­riage pour tous» du­rant le man­dat de Fran­çois Hol­lande (2012-2017), a été ac­cueillie par une spec­ta­trice bran­dis­sant le dra­peau gay friend­ly.

Em­ma­nuel Ma­cron vien­dra-t-il faire un tour dans l’arène si d’aven­ture il ef­fec­tue un dé­pla­ce­ment à Avi­gnon? Il sem­ble­rait qu’il ait très en­vie de ne se rendre qu’à Arles… Mais l’Ely­sée ne laisse rien fil­trer. De son cô­té, l’an­cien pré­sident Fran­çois Hol­lande est at­ten­du à Arles, ven­dre­di 21 juillet, pour une con­fé­rence aux Na­po­léons, un ré­seau d’ac­teurs qui pro­meut l’in­no­va­tion et les idées qui « font avan­cer le monde ».

« On a éplu­ché ses dis­cours »

Com­ment la femme de théâtre et la femme po­li­tique, can­di­date à la pré­si­den­tielle de 2002, ont-elles tra­vaillé en­semble? «J’ai ren­con­tré Ch­ris­tiane Tau­bi­ra cinq fois. On l’a écou­tée par­ler du monde, on a éplu­ché ses dis­cours, ses ou­vrages. On s’est ren­du compte que nos deux uni­vers se re­cou­paient», ré­sume la met­teuse en scène. « Je suis par­tie des su­jets qui m’animent », sou­ligne de son cô­té l’an­cienne dé­pu­tée de Guyane (19932012) : « Les femmes, bien sûr, avec la conquête des droits. Le dé­bat sur le travail, mais aus­si l’exil : qu’est-ce qui conduit les per­sonnes sur les routes? Pour­quoi ça nous sur­prend ? Quand on re­garde l’his­toire, les cir­cu­la­tions sont plus im­por­tantes que les sé­den­ta­ri­sa­tions », sou­ligne-t-elle.

Une soixan­taine de co­mé­diens se re­laie sur scène, au fil des épi­sodes: une qua­ran­taine d’ama­teurs, treize élèves du Con­ser­va­toire na­tio­nal su­pé­rieur d’art dra­ma­tique de Pa­ris et quatre ac­teurs pro­fes­sion­nels – So­phie Bou­rel, Oli­vier Du­tilloy, Paul Pas­cot et Nel­son-Ra­faell Ma­del. « J’adore les grandes mé­ca­niques », ra­conte Anne-Laure Lié­geois, qui avait dé­jà été in­vi­tée dans le « in » en 2001, avec sa créa­tion Em­bou­teillage, une pièce réunis­sant « vingt-sept au­teurs, trente-cinq voi­tures et cin­quante ac­teurs ». Il a fal­lu se mettre d’ac­cord sur les au­teurs. «On est partis de huit cents textes et on en a re­te­nu 245 », ré­sume Anne-Laure Lié­geois. Vic­tor Hu­go, Michel Fou­cault, Si- mone Veil, mais aus­si Léo­no­ra Mia­no, Ré­mi De Vos, Les­lie Ka­plan, Pa­trick Ker­mann…

Cette troi­sième édi­tion du « feuille­ton théâ­tral », spec­tacle en ac­cès libre ima­gi­né par le di­rec­teur du fes­ti­val Oli­vier Py, en 2015, pour re­nouer avec le théâtre pour tous, est un suc­cès public. On au­ra tout ne désem­plit pas. De­puis le 8 juillet, le ri­tuel s’est ins­tal­lé. Dès 10 h 30, les spec­ta­teurs ar­rivent et rem­plissent les bancs dé­ployés pour la cir­cons­tance. Les sui­vants se contentent des dalles de pierre, as­sis par terre. Vers 11 h 30, la jauge est dé­jà at­teinte et une bonne cen­taine de per­sonnes res­tent sur le car­reau. «Les haut-par­leurs sont tour­nés vers l’ex­té­rieur, et les af­fiches du “off” ont été en­le­vées des grilles pour une meilleure vi­si­bi­li­té », pré­vient un or­ga­ni­sa­teur.

Un soir de ré­pé­ti­tion, mar­di 11 juillet, on ob­serve la mé­ca­nique au travail. Les ac­teurs pré­parent le feuille­ton du len­de­main, sur la peine de mort, dans un gym­nase à la sor­tie des rem­parts. An­neLaure Lié­geois ex­plique aux co­mé­diens qu’il ne faut pas com­men­ter le texte, en ap­puyant sur tel ou tel mot. «Il faut po­ser sa voix pour faire pas­ser l’idée », ajoute-t-elle. Mer­cre­di 12, les voix ré­sonnent au jar­din Cec­ca­no: « La ci­ga­rette sans cra­vate, que l’on fume à l’aube dé­mo­crate »… On re­con­naît la chan­son culte de Léo Fer­ré, Ni dieu ni maître (1965). Après les ap­plau­dis­se­ments, vers 13 heures, comme chaque jour, les spec­ta­teurs dé­couvrent sur le grand pan­neau en bois, à l’en­trée du jar­din, la liste des ou­vrages qu’ils viennent d’en­tendre ce jour. En at­ten­dant de­main.

C’est un peu le troi­sième tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle pour la gauche, pri­vée de dé­bat en 2017

Lire l’en­tre­tien com­plet avec Ch­ris­tiane Tau­bi­ra sur Le­monde.fr

PAS­CAL VIC­TOR/ARTCOMPRESS

Ch­ris­tiane Tau­bi­ra, à Avi­gnon, en juillet, pour « On au­ra tout », conçu au­tour de su­jets politiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.