Gnos­siennes en scène

Dans le fes­ti­val « off », un spec­tacle évoque la vie et l’oeuvre d’Erik Sa­tie, fa­çon mu­sic-hall

Le Monde - - CULTURE - Sylvain si­clier

Le 3 sep­tembre2016, à l’ini­tia­tive de la so­cié­té ci­vile pour l’Ad­mi­nis­tra­tion des droits des ar­tistes et mu­si­cien­sin­ter­prètes (Ada­mi), qui en avait confié la concep­tion et la mise en scène à Pierre Notte, avait été pré­sen­té au Théâtre du Rond-Point, à Pa­ris, le spec­tacle Night in White Sa­tie. Un hom­mage au com­po­si­teur Erik Sa­tie (1866-1925) en mu­sique, danse, chan­sons et texte avec une ving­taine d’in­ter­prètes. Il re­prend forme, plus mo­deste dans son ef­fec­tif, à cinq sur scène, dans le « off » d’Avi­gnon, au Théâtre du Bal­con, jus­qu’au 30 juillet, après une avant-pre­mière le 12 juin au Rond-Point.

Cha­peau me­lon et ves­ton, voi­ci Erik Sa­tie. Il boit un verre de por­to. Une voix se fait en­tendre, ses sou­ve­nirs d’en­fance, à Hon­fleur. Mu­sique, Gnos­sienne no 4. Les notes dé­ta­chées, comme des gout­te­lettes. Une mé­lo­die simple, li­sible, de celle faite pour une chan­son. Et jus­te­ment, des chan­sons, il y en a de nom­breuses dans Night in White Sa­tie, point fort de cette évo­ca­tion de la vie de Sa­tie. Avec des pa­roles poé­tiques, tendres, drôles par­fois, si­gnées Ray­mond Ra­di­guet (Adieu), LéonPaul Fargue (La Chan­son du chat), Jean Coc­teau (Dan­seuse), Du­rante (Al­lons-y cho­chotte), d’autres par Pierre Notte pour ce spec­tacle (sur Gym­no­pé­die no 1, Exer­cice, Elé­gie par exemple).

Ce Sa­tie fa­çon mu­sic-hall est chan­té par Ani­ta Ro­billard, Nel­son-Ra­faell Ma­del, Ni­cole Croi­sille et Do­nia Ber­ri­ri, par ailleurs au pia­no. Entre les chan­sons et les pièces ins­tru­men­tales, des in­ter­mèdes par­lés, dan­sés aus­si par Ke­vin Mi­schel. Ci­ta­tions de ceux qui l’ont ad­mi­ré, Coc­teau, Pi­ca­bia, De­bus­sy… ses propres écrits et dé­cla­ra­tions, sou­vent fan­tai­sistes, ré­ac­tions né­ga­tives de la cri­tique de son vi­vant, ex­traits d’une bio­gra­phie par Ro­main Ger­go­rin.

Pa­ra­pluies et faux cols

Point de ral­lie­ment des cinq in­ter­prètes, une table et des chaises, de pe­tits po­diums sur le cô­té, qui ser­vi­ront à des ap­pa­ri­tions-dis­pa­ri­tions. Cha­cun est tour à tour un Sa­tie dif­fé­rent. Ce­lui qui col­lec­tion­nait les pa­ra­pluies et faux cols. Ce­lui qui ai­mait mar­cher lon­gue­ment, qui avait des jour­nées ri­gou­reu­se­ment chro­no­mé­trées. Ce­lui qui s’était ins­crit au PCF. Ce­lui qui com­po­sa Vexa­tions en 1893, dont le mo­tif doit être joué 840 fois et qui ins­pi­ra les ré­pé­ti­tifs, dont John Cage, qui fut le pre­mier à le pré­sen­ter en in­té­gra­li­té en 1963. Ce­lui qui est mort pauvre et al­coo­lique…

On sent là une en­vie sin­cère de fê­ter Sa­tie, au-de­là des quelques «tubes». Lors de la pré­sen­ta­tion au Rond-Point, en juin, quelques lon­gueurs – lors d’une danse hi­phop ou de pas­sages sur l’uti­li­sa­tion de sa mu­sique au ci­né­ma – au­ront un rien tem­pé­ré l’ap­pré­cia­tion de cet en­semble. « Night in White Sa­tie », au Théâtre du Bal­con, 38, rue Guillaume-Puy, Avi­gnon. Tél. : 04-90-85-00-80. Jus­qu’au 30 juillet, à 22 h 15, re­lâche les 18 et 25. De 15,50 € à 22,50 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.