Con­cer­to pour ac­cor­déon. Six études pour or­chestre

Le Monde - - CULTURE - pierre ger­va­so­ni

Teo­do­ro An­zel­lot­ti (ac­cor­déon), Or­chestre sym­pho­nique de la ra­dio ba­va­roise, Emi­lio Po­ma­ri­co (di­rec­tion). A la dif­fé­rence de la plu­part des com­po­si­teurs d’au­jourd’hui qui s’in­té­ressent à l’ac­cor­déon, Georges Aperghis (né en 1945) n’em­ploie au­cun des ef­fets of­ferts par l’ins­tru­ment ver­sion « mu­sique contem­po­raine ». Il pré­fère oeu­vrer à par­tir de ce qui fait son ori­gi­na­li­té propre, le souf­flet. Mer­veille de res­pi­ra­tion col­lec­tive, le Con­cer­to vaut alors à l’or­chestre d’ap­pa­raître comme un ac­cor­déon maintes fois dé­mul­ti­plié sous l’ac­tion dis­crète d’un agent in­fil­tré aux al­lures d’an­guille (le très souple Teo­do­ro An­zel­lot­ti). Tout aus­si fas­ci­nantes, les Six études pour grand or­chestre confirment que l’ex­pres­sion d’Aperghis est celle d’un rô­deur dans les cou­lisses du théâtre ins­tru­men­tal. 1 CD Neos/So­ca­disc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.