LES DIF­FÉ­RENTS AC­TEURS RES­TENT MO­BI­LI­SÉS CONTRE LE CAN­CER DU SEIN

Avec en­vi­ron 54 000 nou­veaux cas et plus de 11 000 dé­cès chaque an­née, le can­cer du sein mo­bi­lise plus que ja­mais le corps mé­di­cal, les as­so­cia­tions, les pou­voirs pu­blics et l’in­dus­trie du mé­di­ca­ment.

Le Monde - - COMMUNIQUÉ - Ge­za­belle Hau­ray Plan can­cer 2014-2019. 3e rap­port au pré­sident de la Ré­pu­blique. INCa, fé­vrier 2017.

DANS 9 CAS SUR 10, le can­cer du sein gué­rit s’il est pris en charge tôt, à un stade lo­ca­li­sé. D’après le 3 e rap­port du Plan can­cer 2014-2019, re­mis au pré­sident de la Ré­pu­blique en fé­vrier der­nier, cette si­tua­tion concerne 58 % des cas *.Au-de­là de la pré­ven­tion, le pi­lier de l’ei­ca­ci­té de la prise en charge re­pose donc sur la dé­tec­tion pré­coce. Si la par­ti­ci­pa­tion au dé­pis­tage or­ga­ni­sé de ce can­cer reste in­sui­sante, pla­fon­nant à 50 %, ses mo­da­li­tés ont été re­vues. Pro­po­sé aux femmes de 50 à 74 ans sans fac­teurs de risque par­ti­cu­liers, il a en efet connu des re­ma­nie­ments ma­jeurs ces deux der­nières an­nées. Le pro­gramme de dé­pis­tage du can­cer du sein re­vu pren­dra efet à par­tir du 1er jan­vier 2018. Il concerne les femmes de 25 et 50 ans. Les pre­mières au­ront une consul­ta­tion de sen­si­bi­li­sa­tion au dé­pis­tage, tan­dis que les se­condes bé­né­fi­cie­ront d’un sui­vi plus per­son­na­li­sé.Trai­ter mieux, c’est aus­si ce que per­mettent et laissent es­pé­rer les nom­breux pro­grès thé­ra­peu­tiques pas­sés et à ve­nir. En efet, les la­bo­ra­toires phar­ma­ceu­tiques, après avoir ap­por­té la ré­vo­lu­tion des thé­ra­pies ci­blées, vont tou­jours plus loin pour mieux trai­ter les femmes, no­tam­ment à des stades avan­cés : im­mu­no­thé­ra­pie, hor­mo­no­thé­ra­pie, ra­dio­thé­ra­pie ul­tra-pré­cise, au­tant de trai­te­ments à la per­for­mance crois­sante. Leur ob­jec­tif ? Al­lier ei­ca­ci­té, di­mi­nu­tion du risque de ré­ci­dive et meilleure qua­li­té de vie. Ce sont ces pro­grès qui per­mettent au­jourd’hui à de nom­breuses femmes de vivre mieux et plus long­temps avec un can­cer du sein mé­ta­sta­tique, ac­com­pa­gnées par les as­so­cia­tions de pa­tientes et les di­fé­rents ac­teurs du sys­tème de soins. L’in­no­va­tion se tourne au­jourd’hui vers les tests gé­no­miques qui per­mettent, en fonc­tion de si­gna­tures gé­no­miques de chaque tu­meur, de clas­ser les can­cers en fonc­tion de leur de­gré de sé­vé­ri­té et d’éta­blir des diag­nos­tics et pro­nos­tics de plus en plus pré­cis. Cinq nou­veaux gènes im­pli­qués ont été dé­cou­verts à la suite du sé­quen­çage du can­cer du sein. Pré­ven­tive, pro­nos­tique et thé­ra­peu­tique, l’in­no­va­tion n’a pas dit son der­nier mot face au can­cer du sein.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.