Le net­toyage des ré­seaux de ven­ti­la­tion com­porte deux as­pects, en­vi­ron­ne­men­tal et sa­ni­taire, et les deux se re­joignent éco­no­mi­que­ment

Le Nouvel Économiste - - LA UNE -

Faire net­toyer son en­tre­prise ne si­gni­fie pas s’ar­rê­ter aux par­ties vi­sibles du bâ­ti­ment. Les ré­seaux de ven­ti­la­tion et de cli­ma­ti­sa­tion ont éga­le­ment un be­soin im­pé­rieux d’être en­tre­te­nus pour des rai­sons sa­ni­taires et de per­for­mance. “Les bâ­ti­ments s’ap­puyaient dans le pas­sé sur la ven­ti­la­tion na­tu­relle, ex­pose Ju­lien Os­tapt­chouk, res­pon­sable mar­ke­ting chez Hy­gia­tech Ser­vices. Mais ils sont de plus en plus étanches en rai­son de la course aux éco­no­mies d’éner­gie et l’air doit être re­nou­ve­lé da­van­tage.” Si la qua­li­té de l’air d’un es­pace de bu­reaux n’était fran­che­ment pas une pré­oc­cu­pa­tion il y a en­core une ving­taine d’an­nées, le constat a com­plè­te­ment chan­gé, de­ve­nant presque à l’op­po­sé, un ef­fet de mode. Il se­rait pour­tant bien ré­duc­teur de can­ton­ner cette tâche à l’air du temps. Le net­toyage des ré­seaux de ven­ti­la­tion com­porte deux as­pects, en­vi­ron­ne­men­tal et sa­ni­taire, et les deux se re­joignent éco­no­mi­que­ment. “L’en­cras­se­ment des ré­seaux en­traîne une plus forte consom­ma­tion d’éner­gie, ex­plique Ju­lien Os­tapt­chouk. Nous avons es­ti­mé la sur-consom­ma­tion du ré­seau entre 20 et 30 %. En plus, la cli­ma­ti­sa­tion est sou­vent cou­plée au chauf­fage.” À ce jour, si une loi sur la qua­li­té de l’air dans les lieux de vie comme les crèches existe de­puis le dé­but de l’an­née, rien n’est en­core obli­ga­toire dans les bu­reaux. Pe­tit à pe­tit, les en­tre­prises, à l’ins­tar de l’en­tre­tien du parc in­for­ma­tique, com­prennent qu’il vaut mieux un trai­te­ment pré­ven­tif que cu­ra­tif. “Des sta­tis­tiques ont ré­vé­lé que 4 ar­rêts ma­la­dies sur 10 ve­naient en par­tie de la mau­vaise qua­li­té de l’air, pré­cise-t-on chez Hy­gia­tech Ser­vices. Un ré­seau de cli­ma­ti­sa­tion, chaud ou froid, dans un en­vi­ron­ne­ment hu­mide peut de­ve­nir un va­po­ri­sa­teur à bac­té­ries.” La pose de nou­veaux filtres, les ré­pa­ra­tions de cer­tains mé­ca­nismes né­ces­sitent des in­ter­ven­tions dans une fré­quence qui dé­pend de nom­breux fac­teurs, hu­mains et géo­gra­phiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.