Bien­tôt, les vé­hi­cules au­to­nomes

Leur ar­ri­vée consti­tue l’oc­ca­sion, si ce n’est l’obli­ga­tion, de re­pen­ser tout le sys­tème de mo­bi­li­té

Le Nouvel Économiste - - GRAND PARIS - LU­CAS HOFFET AN­NONCES LE­GALES P. 3 Tél. 01 75 444 117 www.le­nou­ve­le­co­no­miste.fr an­non­ces­le­gales@nou­ve­le­co­no­miste.fr

L’ho­ri­zon se rap­proche sans cesse. 2040 il y a deux ans, 2025 il y a un an, et au­jourd’hui ce­la se­ra fi­na­le­ment pour de­main. Le dé­ploie­ment à grande échelle de vé­hi­cules au­to­nomes, des ro­bots, dans les grandes mé­tro­poles mon­diales est une don­née ac­quise pour tous les connais­seurs du dos­sier. Il s’agit dé­sor­mais d’an­ti­ci­per et de vi­ser juste. Car le vé­hi­cule au­to­nome ne se consi­dère pas comme un com­plé­ment à l’offre de trans­ports dé­jà dis­po­nible dans les grandes villes. Il ar­rive pour re­fondre un sys­tème de mo­bi­li­té et faire en­trer les villes dans un nou­veau pa­ra­digme. La mé­tro­pole fran­ci­lienne, du fait de ses spé­ci­fi­ci­tés, ne part pas la mieux ar­mée.

En 2017, lors du Sa­lon de l’au­to­mo­bile de Franc­fort, la marque fran­çaise Re­nault pré­sen­tait son concept-car Sym­bioz. Un taxi au­to­nome dont la date de li­vrai­son était pré­vue pour 2022. À la fin du mois de sep­tembre 2018, c’est l’équi­pe­men­tier Va­leo qui fai­sait fran­chir le pé­ri­phé­rique à l’une de ses voi­tures au­to­nomes, pour un tra­jet de 7 ki­lo­mètres le long de la Seine. Une pre­mière pa­ri­sienne, en mi­lieu ur­bain dense. Pour que les tests sans conduc­teurs se gé­né­ra­lisent, il fau­dra at­tendre 2019, sur dé­ci­sion du gou­ver­ne­ment. Mais tan­dis que la tech­no­lo­gie ga­lope, les mé­tro­poles vont se re­trou­ver confron­tées à son es­sor. Dès lors, la ques­tion n’est pas de sa­voir si Pa­ris, comme d’autres mé­tro­poles, y croit. Mais plu­tôt pour la ca­pi­tale de com­prendre que ce mo­dèle de mo­bi­li­té va s’im­po­ser, et de sa­voir si la ville y est prête.

Ar­ca­dis, so­cié­té in­ter­na­tio­nale d’in­gé­nie­rie et de conseil, a ré­cem­ment pu­blié un rap­port, ‘Ci­ti­zen in mo­tion’, qui ana­lyse 14 mé­tro­poles mon­diales et leurs ap­proches re­la­tives aux vé­hi­cules au­to­nomes. De Sin­ga­pour à San Fran­cis­co, en pas­sant par Pa­ris et Londres, il ap­pa­raît qu’il existe une mul­ti­tude d’ap­proches, en fonc­tion des mo­dèles de mo­bi­li­té de chaque ville. À San Fran­cis­co, la voi­ture par­ti­cu­lière est ul­tra-do­mi­nante. Plu­tôt que d’es­sayer de ra­battre ses usa­gers sur les trans­ports en com­mun, la ville a choi­si de faire des vé­hi­cules au­to­nomes le coeur de son fu­tur sys­tème de mo­bi­li­té. L’État ca­li­for­nien a par exemple mis en place des in­ci­ta­tions fis­cales à des­ti­na­tion des construc­teurs et équi­pe­men­tiers de vé­hi­cules au­to­nomes. Une cin­quan­taine d’entre eux fait ain­si cir­cu­ler leurs vé­hi­cules sur les routes de l’État. La ville de Sin­ga­pour se place quant à elle en lea­der de l’in­no­va­tion en termes de vé­hi­cules au­to­nomes, et des tests ont lieu de­puis quatre an­nées dé­jà. En Eu­rope, l’en­jeu est dif­fé­rent. Le trans­port pu­blic de masse est ex­trê­me­ment dé­ve­lop­pé dans la plu­part des mé­tro­poles. Les vé­hi­cules au­to­nomes sont en­core per­çus comme un com­plé­ment à l’offre de trans­port glo­bal, plu­tôt que comme le maillon es­sen­tiel du fu­tur sys­tème de mo­bi­li­té. C’est pour­quoi les ex­pé­ri­men­ta­tions se font da­van­tage sur le mo­dèle des vé­hi­cules au­to­nomes col­lec­tifs. C’est le cas à Pa­ris sur le pont Charles-de-Gaulle où pen­dant six mois, entre les mois de juillet et jan­vier 2017, des na­vettes au­to­nomes ont trans­por­té 35 000 pas­sa­gers entre les gares de Lyon et d’Aus­ter­litz. Une réus­site se­lon Ile-de-France mo­bi­li­tés (ex-Stif), qui a pous­sé à re­nou­ve­ler l’ex­pé­ri­men­ta­tion et la re­pro­duire dans le bois de Vin­cennes ou à la Dé­fense.

Pour­tant, si ces ex­pé­ri­men­ta­tions sont de bon au­gure, elles ne disent pas tout du grand bou­le­ver­se­ment pro­mis par les vé­hi­cules au­to­nomes.

Manque à ga­gner

L’un des im­pacts an­ti­ci­pés concerne la voi­rie, le sta­tion­ne­ment et la trans­for­ma­tion de l’es­pace pu­blique. En ef­fet, l’ap­pa­ri­tion de vé­hi­cules au­to­nomes par­ta­gés irait de pair avec une di­mi­nu­tion des voi­tures par­ti­cu­lières en zone ur­baine. 90 % des vé­hi­cules pour­raient à terme dis­pa­raître des rues des mé­tro­poles, es­time l’OCDE, dans un rap­port sur le vé­hi­cule de de­main. Les ro­bots-taxis et autres vé­hi­cules au­to­nomes se­ront ma­jo­ri­tai­re­ment par­ta­gés. “Ils cir­cu­le­ront en per­ma­nence pour ré­cu­pé­rer de nou­veaux voya­geurs, di­mi­nuant ain­si dras­ti­que­ment le be­soin en places de par­king”, note pour sa part Vin­ci.

Cette dis­pa­ri­tion du be­soin de sta­tion­ne­ment en sur­face et en sous-sol au­ra pour consé­quence une re­con­quête d’une par­tie de l’es­pace pu­blique, sur la­quelle les villes planchent dé­jà. Mais elle pour­rait aus­si de­ve­nir sy­no­nyme d’une perte de re­ve­nus pour les pou­voirs pu­blics. “Sans ré­gu­la­tion, la pré­sence de vé­hi­cules au­to­nomes veut dire moins de re­ve­nus liés au sta­tion­ne­ment en sur­face ou sou­ter­rain, et moins de re­ve­nus pour les opé­ra­teurs de trans­port pu­blic”, es­time Ni­co­las Bof­fi, di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment-Ci­ty exe­cu­tive Pa­ris chez Ar­ca­dis. Pour ce qui est du sta­tion­ne­ment en sur­face, ce­la re­pré­sen­te­rait un manque à ga­gner de 300 mil­lions d’eu­ros par an pour la ville de Pa­ris. Un ar­gent né­ces­saire pour­tant à l’en­tre­tien de cette même voi­rie qu’em­prun­te­ront les vé­hi­cules au­to­nomes. Quelles sont alors les pistes pour y re­mé­dier? “Il existe dé­jà la so­lu­tion des conces­sions ac­cor­dées à cer­tains construc­teurs” rap­pelle Ni­co­las Bof­fi. “Concer­nant les vé­hi­cules au­to­nomes non liés à des flottes, un péage ur­bain pour­rait agir comme une re­de­vance, pour les vé­hi­cules cir­cu­lant dans Pa­ris.” À cet égard, il ap­pa­raît qu’une ville comme

“Sans ré­gu­la­tion, la pré­sence de vé­hi­cules au­to­nomes veut dire moins de re­ve­nus liés au sta­tion­ne­ment en sur­face ou sou­ter­rain, et moins de re­ve­nus pour les opé­ra­teurs de trans­port pu­blic”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.