L’al­liance de la phy­to­thé­ra­pie chi­noise et de la tech­no­lo­gie oc­ci­den­tale

La marque chi­noise Beau­trio et le CNRS étu­dient l’ef­fet an­ti-vieillis­se­ment de di­verses plantes chi­noises

Le Nouvel Économiste - - LA UNE - LA CHINE S’EST ÉVEILLÉE, PHI­LIPPE BAR­RET

Ré­cem­ment s’est te­nue, à Pa­ris, à la ga­le­rie Xinhua, à la suite de la “fa­shion week” pa­ri­sienne, une réunion à l’ini­tia­tive de Ma Rui, ex­pert en es­thé­tique asia­tique, et Isa­belle Pain, spé­cia­liste du ma­quillage et des soins de la peau. Cette réunion s’ins­cri­vait dans la col­la­bo­ra­tion ini­tiée au dé­but de 2017 entre la Chine et le CNRS-Uni­ver­si­té de Pa­ris-Di­de­rot pour créer le Beau­trioCentre in­ter­na­tio­nal de re­cherche sur les soins de la peau. Beau­trio est une marque de pro­duits cos­mé­tiques fa­bri­qués à par­tir de plantes chi­noises, conçue par le groupe chi­nois In­fi­ni­tus. C’est une pre­mière : la col­la­bo­ra­tion entre une en­tre­prise chi­noise et le CNRS dans deux do­maines : la pré­ven­tion du vieillis­se­ment de la peau, et la tech­no­lo­gie des po­ly­sac­cha­rides à base de plantes chi­noises.

Dans le centre Beau­trio de l’uni­ver­si­té de Pa­ris-VII, des cher­cheurs étu­dient l’ef­fet an­ti-vieillis­se­ment de di­verses plantes. Un re­pré­sen­tant des cher­cheurs de cette uni­ver­si­té a pré­sen­té les ré­sul­tats de leurs tra­vaux. Se­lon lui, il existe une com­plé­men­ta­ri­té entre la phy­to­thé­ra­pie chi­noise et la tech­no­lo­gie mo­derne, tan­dis que la tech­no­lo­gie mo­derne per­met de vé­ri­fier ses ré­sul­tats et d’ex­plo­rer les moyens de rendre les plantes chi­noises plus ef­fi­caces. Il a aus­si été ques­tion des ex­pé­ri­men­ta­tions d’ex­trac­tion et de culture des tis­sus phy­sio­lo­giques cu­ta­nés hu­mains : la cy­to­mé­trie en flux, pour comp­ter et cri­bler les cel­lules, et la mi­cro­sco­pie confo­cale à ba­layage la­ser pour en­re­gis­trer l’état de crois­sance des cel­lules.

Beau­trio col­la­bore aus­si avec le centre de re­cherche d’Ash­land à Nice. Ce centre de re­cherche dé­tient un bre­vet qui re­tient ef­fi­ca­ce­ment l’ac­ti­vi­té bio­chi­mique des com­po­sants ex­traits des plantes. Les agents an­ti-al­ler­giques et an­ti-âge sont dé­ve­lop­pés pour contri­buer à la mise au point de deux pro­duits de Beau­trio : Beau­trio In­ten­sive Re­pair Es­sence et Beau­trio Ex­treme.

La re­cherche plu­tôt que la pub

Dans cette même réunion, le di­rec­teur du mar­ke­ting chez In­fi­ni­tus a dé­cla­ré : “La sa­gesse orien­tale pour le soin de la peau s’est ac­cu­mu­lée au fil du temps, et Beau­trio en est un hé­ri­tier, en com­bi­nant la phy­to­thé­ra­pie tra­di­tion­nelle chi­noise et la tech­no­lo­gie oc­ci­den­tale.”

Avec le re­nou­veau des soins de la peau, cer­taines marques chi­noises ont émer­gé dans l’in­dus­trie in­ter­na­tio­nale des pro­duits cos­mé­tiques. Ce n’est évi­dem­ment pas un ha­sard si les chi­nois ont choi­si la France dans leur ten­ta­tive de s’im­plan­ter dans cette in­dus­trie. Les marques fran­çaises oc­cupent la pre­mière place dans la consom­ma­tion chi­noise des cos­mé­tiques étran­gers. Pour as­su­rer cette im­plan­ta­tion, la Chine choi­sit donc la France comme par­te­naire ; elle com­mence par la re­cherche – plu­tôt que par la mise sur le mar­ché de ses pro­duits à grands coups de ré­clame – et elle met en avant le bé­né­fice que tout le monde pour­rait ti­rer de l’al­liance entre la tech­no­lo­gie mo­derne et la phy­to­thé­ra­pie tra­di­tion­nelle chi­noise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.