Big da­ta à bord

De la té­lé­ma­tique et des cartes pour re­cueillir les don­nées, puis des pla­te­formes pour les agré­ger et les ana­ly­ser. Une fois les freins le­vés, la vie des ges­tion­naires de flotte de­vrait en être fa­ci­li­tée

Le Nouvel Économiste - - LA UNE - MA­RIE LYAN

Consom­ma­tion de car­bu­rant, ki­lo­mé­trage, en­tre­tien mais aus­si com­por­te­ment des conduc­teurs… La ges­tion de flotte s’est mise à l’heure du big da­ta, en col­lec­tant un grand nombre de don­nées pro­ve­nant de dif­fé­rentes sources, dont la té­lé­ma­tique em­bar­quée. Des in­for­ma­tions de­ve­nues ca­pi­tales pour les ges­tion­naires de flottes, qui cherchent à op­ti­mi­ser leur parc de vé­hi­cules. Face à eux, dif­fé­rents sec­teurs (loueurs, édi­teurs de lo­gi­ciels, four­nis­seurs de car­bu­rants) sont en train de se po­si­tion­ner sur ce mar­ché. Leur en­jeu : dé­ve­lop­per des lo­gi­ciels in­ter­opé­rables, ca­pables de ras­sem­bler et d’or­ga­ni­ser ces im­por­tants flux de don­nées.

Le lo­gi­ciel a le vent en poupe dans le do­maine de la ges­tion de flottes. Et pour cause : face à des parcs de plu­sieurs cen­taines voire mil­liers de vé­hi­cules dans cer­taines en­tre­prises, il est de­ve­nu né­ces­saire pour les ges­tion­naires de flottes de dis­po­ser d’ou­tils in­for­ma­tiques pour les ac­com­pa­gner dans leur ana­lyse des coûts et de l’en­tre­tien des vé­hi­cules. “Nous sommes dé­jà en plein dans l’ère du big da­ta”, sou­ligne Aman­dine Ch­ris­tol­homme, res­pon­sable mar­ke­ting chez Ve­ri­zon Con­nect. “Le sec­teur a pris conscience du coût que re­pré­sentent ces flottes, sou­vent plus éle­vé qu’il n’y pa­raît, car il peut réunir jus­qu’à une quin­zaine de com­po­santes”, ob­serve Ro­bert Mau­bé, di­ri­geant du ca­bi­net RRMC, spé­cia­li­sé dans ce do­maine. Se­lon lui, peu d’en­tre­prises par­viennent à avoir une vi­sion exacte des dé­penses réa­li­sées au cours de l’an­née écou­lée. “Lors­qu’on prend en compte l’en­semble des coûts, une flotte se chiffre en moyenne à 12 000 eu­ros par vé­hi­cule, ce qui peut re­pré­sen­ter jus­qu’à 12 mil­lions d’eu­ros pour un parc de 1 000 voi­tures”, ajoute-il.

Alain Guille­mier, di­rec­teur gé­né­ral du ca­bi­net Afi­car, spé­cia­li­sé en op­ti­mi­sa­tion et ges­tion de flottes, abonde : “au­jourd’hui, le leit­mo­tiv des clients et de tous les ac­teurs du mar­ché est le cal­cul du TCO (coût to­tal de pos­ses­sion) par vé­hi­cule, en pre­nant en compte l’en­semble des pa­ra­mètres, en vue de choi­sir en­suite les mo­dèles où le TCO est le plus faible”.

Plé­thore d’ou­tils

De­puis quelques an­nées, les lo­gi­ciels vi­sant à ras­sem­bler un plus large pa­nel de don­nées se dé­ve­loppent de toutes parts. “Le mar­ché est de­ve­nu très écla­té, avec des in­ter­ve­nants pro­ve­nant de mé­tiers très dif­fé­rents comme les banques, les construc­teurs au­to­mo­biles, les so­cié­tés de dé­ve­lop­pe­ment in­for­ma­tique, et les four­nis­seurs de cartes car­bu­rant. Cha­cun d’eux amène une brique de fonc­tion­na­li­tés”, constate Alain Guille­mier. Après avoir élar­gi les ser­vices com­pris au sein de sa carte car­bu­rant, le groupe To­tal a par exemple lan­cé sa propre pla­te­forme, GR Ana­ly­tics, qui agrège l’en­semble des in­for­ma­tions conte­nues dans ce sup­port pour ou­tiller les ges­tion­naires à mieux cal­cu­ler le TCO de chaque vé­hi­cule. “Si les grands groupes étaient dé­jà bien équi­pés en lo­gi­ciels, nous nous sommes aper­çus que les PME ne dis­po­saient pas tou­jours d’un ou­til”, af­fiche Gilles Lan­glois,

Face à des flottes de plu­sieurs cen­taines voire mil­liers de vé­hi­cules dans cer­taines en­tre­prises, il est de­ve­nu né­ces­saire pour les ges­tion­naires de flottes de dis­po­ser d’ou­tils in­for­ma­tiques

“Au­jourd’hui, le leit­mo­tiv des clients et de tous les ac­teurs du mar­ché est le cal­cul du TCO (coût to­tal de pos­ses­sion) par vé­hi­cule, en pre­nant en compte l’en­semble des pa­ra­mètres.”Alain Guille­mier, Afi­car.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.