Un cer­cueil ré­gle­men­taire

L’offre en ma­tière de cer­cueils s’étoffe et suit la de­mande so­cié­tale, qui tend vers plus d’éco­lo­gie et de per­son­na­li­sa­tion. Tou­te­fois, la ré­gle­men­ta­tion s’im­pose à tous.

Le Nouvel Économiste - - LA UNE - SO­PHIE SEBIROT

Que l’on choi­sisse l’in­hu­ma­tion ou la cré­ma­tion, le cer­cueil est obli­ga­toire. Au­pa­ra­vant li­mi­tée, l’offre dans ce do­maine est dé­sor­mais plé­tho­rique. En chêne ou aca­jou pour les plus chers, en pin pour les plus éco­no­miques, le cer­cueil est éga­le­ment dis­po­nible en car­ton, en ver­sion low cost ou pre­mium. Sui­vant la de­mande so­cié­tale, il est éga­le­ment plus éco­lo­gique ou per­son­na­li­sable. Tou­te­fois, quels que soient votre choix et votre bud­get, le cer­cueil doit obéir à cer­taines règles qu’il convient de res­pec­ter ab­so­lu­ment.

Pour ho­no­rer un proche ou pour pré­pa­rer vos ob­sèques, tôt ou tard il vous fau­dra ache­ter un cer­cueil. Même en cas de cré­ma­tion. Car, en France, le cer­cueil est obli­ga­toire. “Le droit fran­çais in­ter­dit la mise en terre sans cer­cueil”, confirme Phi­lippe Mar­ti­neau, di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué du Choix fu­né­raire. Il y a en­core quelques an­nées, le choix dans ce do­maine était re­la­ti­ve­ment simple : des cer­cueils en bois, chêne ou aca­jou pour le haut de gamme, pin pour les moins chers. Dé­sor­mais, l’offre en ce qui concerne notre der­nière de­meure de­vient plé­tho­rique que ce soit en termes de ma­té­riaux, de formes ou en­core de cou­leur. “La gamme de cer­cueils s’élar­git de plus en plus. Ce­la concerne au­tant l’es­sence du bois que la forme”, ob­serve Ophé­lie Chauf­fert, di­rec­trice de Fu­né­ris. Car, le cer­cueil, comme tout autre pro­duit, obéit aux modes et évo­lu­tions de la so­cié­té.

De nou­veaux ma­té­riaux et pro­duits

L’un des pre­miers cri­tères de choix du cer­cueil est le ma­té­riau qui le com­pose. Tra­di­tion­nel­le­ment, il est en bois mas­sif. L’es­sence re­te­nue dé­pen­dra bien évi­dem­ment du bud­get de cha­cun, mais aus­si de son choix pour l’in­hu­ma­tion ou la cré­ma­tion. Les cer­cueils peuvent éga­le­ment être consti­tués de pan­neaux de par­ti­cules, de fibres ou de car­ton. De­puis 2008, il est pos­sible d’ache­ter des cer­cueils en car­ton en France. “Le pro­fil des per­sonnes fai­sant le choix d’un cer­cueil en car­ton est ce­lui de per­sonnes sen­sibles aux ques­tions éco­lo­giques et à la dé­fo­res­ta­tion. Un cer­cueil équi­vaut à un arbre. Ce n’est plus ad­mis­sible. Il faut ar­rê­ter de brû­ler des arbres”, dé­clare Mar­tine Saus­sol, gé­rante d’Eco-Cerc, spé­cia­li­sé dans la fa­bri­ca­tion de cer­cueils en car­ton. Et de pour­suivre : “les cer­cueils en bois coûtent cher : l’amour pour un dé­funt ne se si­tue pas dans le prix d’un cer­cueil. Il se si­tue ailleurs”. “Le cer­cueil Eco-Cerc ré­pond aux cri­tères du cer­cueil tra­di­tion­nel et aux normes NF. Il est res­pec­tueux de l’image du dé­funt. Il est per­son­na­li­sable ; on peut le peindre, col­ler des images, des poèmes, écrire des­sus au feutre noir, le cer­cueil étant ver­ni à l’eau”, in­di­quetPour un cer­cueil en car­ton, comp­tez en­vi­ron 300 à 400 eu­ros. “Il nous ar­rive fré­quem­ment de re­ce­voir des de­mandes de la part de per­sonnes ai­sées”, sou­ligne la gé­rante d’Eco-Cerc.

Un pro­duit loin de faire l’una­ni­mi­té chez les so­cié­tés de pompes fu­nèbres. “Nous avons connu un très grand élan en fa­veur des cer­cueils en car­ton ; mais il faut sa­voir que ceux-ci sont consti­tués d’ag­glo­mé­rés de par­ti­cules de bois en­ve­lop­pées dans du pa­pier. Si ce­la est très at­trac­tif d’un point de vue mar­ke­ting, ce n’est pas très na­tu­rel”, sou­ligne Phi­lippe Mar­ti­neau. “Ils n’ont d’in­té­rêt ni éco­no­mique, ni éco­lo­gique, car les fa­bri­cants uti­lisent des sol­vants pour

Toutes les de­mandes sont en­vi­sa­geables à condi­tion que l’on res­pecte la ré­gle­men­ta­tion

“Le pro­fil des per­sonnes fai­sant le choix d’un cer­cueil en car­ton est ce­lui de per­sonnes sen­sibles aux ques­tions éco­lo­giques et à la dé­fo­res­ta­tion. Un cer­cueil équi­vaut à un arbre.”Mar­tine Eco-Cerc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.