Ex­cep­tion cultu­relle

Le livre nu­mé­rique, l’in­no­va­tion dont per­sonne ne veut (vrai­ment). Ni les lec­teurs, ni sur­tout les édi­teurs. En France en­core moins qu’ailleurs.

Le Nouvel Economiste - - La Une - ÉDOUARD LAU­GIER

Verre à moi­tié plein ou verre à moi­tié vide ? Il y a tou­jours deux fa­çons de voir les chiffres. Le monde de l’édi­tion a beau se ré­jouir de la pro­gres­sion du nombre de lec­teurs et de ventes de livres nu­mé­riques, q, la si­tua­tion fait quand même peine à voir. À l’heure du tout di­gi­tal, l’e-book – dans sa forme ac­tuelle – ne ré­pond pas aux at­tentes du pu­blic : 76 % des Fran­çais dé­clarent ne pas en­vi­sa­ger sa consom­ma­tion ! Se fé­li­ci­ter de pers­pec­tives de mar­ché am­pu­tées des trois quarts de sa clien­tèle frise le sus­pect. Sur le ter­rain du di­gi­tal, le sec­teur de l’édi­tion se hâte len­te­ment, très len­te­ment. Voi­là une at­ti­tude com­pré­hen­sible tant il est im­por­tant de prendre place sur la nou­velle chaîne de va­leur nu­mé­rique tout en évi­tant qu’un ac­teur tech­no­lo­gique ne s’em­pare du gâ­teau. Seule­ment voi­là : dans le nu­mé­rique, au­cune digue ne ré­siste éter­nel­le­ment aux vagues du chan­ge­ment. À force de trop at­tendre, le­sen­treg prises s’ex­posent à la las­si­tude des clients et des consom­ma­teurs, et à l’ima­gi­na­tion sans bornes des nou­veaux entrants. Ce phé­no­mène a un nom : “l’ubé­ri­sa­tion”. De­mande in­sa­tis­faite et offre vo­lon­tai­re­ment ti­mide, jus­qu’à quand le livre di­gi­tal va-t-il se jouer de son mar­ché ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.