La

Le Nouvel Economiste - - Dossier -

so­cié­té Pim­co pro­pose des so­lu­tions de pla­ce­ment dans 11 pays. “Dans la ca­té­go­rie haut ren­de­ment, les so­cié­tés qui gé­nèrent un cer­tain ca­sh­flow de fa­çonç ré­cur­rente ppré­sentent un in­té­rêt, ana­lyse Ève Tour­nier, re­sponf sable eu­ro­péenne de la ges­tion de por­te­feuille cré­dit. Le poids de la dette est ren­du plus sup­por­table dans un en­vi­ron­ne­ment de taux très bas en­cou­ra­gé par la BCE.” Quant aux émet­teurs de type “fal­len angel”, dont la note a été abais­sée à haut ren­de­ment par les agences de no­ta­tion, “ils re­viennent dans la ca­té­go­rie in­ves­tis­se­ment ou res­tent dans le haut ren­de­ment (comme Fiat ou Te­le­com Ita­lia), mais avec un ppro­fil re­la­ti­ve­ment dé­fen­sif, com­mente Ève Tour­nier. Très sou­vent, ces so­cié­tés veulent re­ve­nir dans la ca­té­go­rie in­ves­tis­se­ment même si ce­la peut prendre plu­sieurs an­nées. Ces en­tre­prises pré­sentent un pro­fil re­la­ti­ve­ment in­té­res­sant juste après que leur note ait été abais­sée”. La crainte liée à l’évo­lu­tion du sec­teur de l’éner­gie est éga­le­mentg pré­sente chez Pim­co. “Aux États-Unis, en­vi­ron 15 % des émet­teurs à haut ren­de­ment sont liés au pé­trole. Avec la très forte baisse des cours des matières pre­mières de­puis 18 mois, un cer­tain nombre de ces so­cié­tés vont de­voir re­né­go­cierg leur dette.” Ce­pen­dant, pour Ève Tour­nier, le mar­ché l’a dé­jà an­ti­ci­pé : “même si le dé­faut sur­vient, la perte sur le mar­ché est dé­jà prise en compte”. En Eu­rope, c’est da­van­tage le sec­teur fi­nan­cier qui est sous pression. “Mal­gré la re­mon­tée des taux amé­ri­cains et les pres­sions sur le sec­teur éner­gé­tique, au­jourd’hui nous pen­sons que la crois­sance amé­ri­caine va être su­pé­rieure à 2 %, sou­te­nue par un taux de chômage très bas et par le faible prix de l’es­sence qui pro­fite au consom­ma­teur, re­la­ti­vise Ève Tour­nier. De même, l’Eu­rope de­vrait croître au­tour de 1 %, ai­dée par la po­li­tique mo­né­taire des banques cen­trales qui reste très ac­com­mo­dante. Pour les douze pro­chains mois, le risque d’une ré­ces­sion nous pa­raît li­mi­té.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.